Entrez un mot-clé
Acariens
Acariens



Les acariens sont des chélicérates de la classe des arachnides. Chez les espèces supérieures,le céphalothorax et l'abdomen fusionnés leur confèrent une forme ovoïde, mais les espèces primitivespeuvent paraître métamérisées et articulées en plusieurs segments.

Ixodes ricinus ou tique du mouton gonflée de sang
Les acariens fréquentent tous les milieux : les eaux marines comme les eaux douces ou les boues des stations d'épuration.Mais la plupart des espèces sont terrestres.



Les niches des acariens terrestres sont extrêmementvariées. Certains sont détritivores et fréquents dans les poussières des sols ou des literies, dans les farinesou sur les croûtes des fromages (Dermatophagoides sp.) et jouent un rôle important dans ledéveloppement de certaines allergies. D'autres sont prédateurs, principalement de petits invertébrés.


La grande majorité est parasite des végétaux ou des animaux.
Acariens veloutés (Euthrombidium rostratus) sur
une minuscule particule alimentaire.


C'est le cas, par exemple, de Trumbicula automnalis,parasite des végétaux dont la larve (rouget ou aoûtat) s'attaque aux vertébrés, y compris à l'homme.C'est aussi le cas des ixodes ou tiques, essentiellement hématophages et redoutables vecteurs de maladies virales (babésioses), rickettsiales (fièvre pourprée des Rocheuses),bactériennes (maladie de Lyme) ou parasitaires, des sarcoptes responsables de gales ou encore les redoutables araignées rouges(Tetranychus sp.) qui causent d'énormes dégâts sur les cultures.

Notons que pour lutter contre les invasions d'araignées rouges pour lesquelles les traitementschimiques sont devenues inopérants à la suite du développement de résistances aux pesticides, on utilisemaintenant la lutte biologique avec diverses espèces d'acariens prédateurs (Phytoseiulus,Therodiplosis ou Amblyseius).


Classification des acariens :

La classification des acariens s'appuie sur le nombre et la disposition des orifices respiratoires ou stigmates.

Groupes
Caractéristiques
Familles / Exemples
NotostigmatesQuatre paires de stigmates. Traces de segmentationEspèces primitives, exotiques et rares
MésostigmatesUne paire de stigmates au niveau de la 3e paire de pattesGamasidés (parasitiformes)
Uropodes
Phytoséidés
MétastigmatesUne paire de stigmates en arrière de la 4e paire de pattesIxodidés ou tiques
AstigmatesPas de stigmates. La respiration se fait au travers des tégumentsSarcoptiformes ou acarididés
Acariens des poussières
Acariens des plumes
Ériophydés ou tétrapodes
Acariens des fromages
HétérostigmatesUne paire de stigmates en avant de la 1e paire de pattesTarsonémidés parasites d'insectes
CryptostigmatesQuatre paires de stigmates cachés sous la base de chaque patteOribates
ProstigmatesUne paire de stigmates au niveau des chélicèresThrombidions
Tétranyques ou araignées rouges
Hydracariens (acariens d'eau douce)
Halacariens (acariens marins)


Lagria hirta (Coléoptère Lagridae) attaqué par des acariens.
Les acariens parasites :

Si quelques formes d'acariens vivent libres, la très grande majorité d'entre eux est parasite, soit toute leur vie, soit comme écophase.



Groupes
Caractéristiques
GamasoïdesParasites et prédateurs de petits arthropodes
IxodoïdesParasites temporaires des vertébrés dont ils sucent le sang. Ixodes, Argas, Ornithodoros, etc.
TarsonémoïdesParasites des végétaux
Parasites des insectes (Acarapis woodi parasite les abeilles en s'introduisant dans leurs trachées respiratoires)
TrombidioïdesLes Tétranyques ou araignées rouges provoquent de gros dommages aux végétaux
Les Thrombidiidés parasitent surtout des pucerons.
La larve de Thrombidium automnalis (Aoütat) s'attaque aux vertébrés et même à l'homme auquel elle inflige de cruelles démangeaisons.
DémodicoïdesCe sont des parasites des glandes sébacées des vertébrés (Demodex)
EriophyoïdesCe sont des parasites des plantes (Eriophyes)
SarcoptoïdesCe sont les agents de la gale chez l'homme et divers autres mammifères (Sarcoptes, Psoroptes)
D'autres parasitent les oiseaux (Cytodites)
Certains sont seulement détriticoles (Tyroglyphus, Glycophagus)





Santé. Cette maladie se soigne, mais est souvent confondue avec le paludisme.

La borréliose, fièvre oubliée de l'Afrique

Par Sylvie BRIET / QUOTIDIEN : Libération / Samedi 15 juillet 2006

De forts accès de fièvres qui reviennent ? En Afrique, on pense immédiatement au paludisme. Pourtant, derrière ces symptômes, une autre maladie peut se cacher : la borréliose, transmise à l'homme par une tique. Complètement méconnue parce qu'on ne sait pas la diagnostiquer. Durant quinze ans, des chercheurs de l'IRD (Institut de recherche et de développement) ont suivi l'évolution de cette maladie en Afrique de l'Ouest pour mesurer son incidence sur la population. Pour découvrir qu'elle est très répandue : elle touche en moyenne 11 % des habitants dans les zones étudiées.

Par accident. "Tout est parti de mon fils qui a attrapé cette maladie en 1990, explique Jean-François Trappe, médecin, directeur de recherche à l'IRD. Il nous a fallu trois mois pour découvrir qu'il s'agissait de la borréliose. On avait fini par penser à cette maladie mais les résultats étaient négatifs. Puis un collègue spécialiste des tiques a inoculé des souris et y a trouvé la bactérie." Le chercheur travaillait sur le paludisme au Sénégal. Il avait choisi le village de Dielmo, 300 habitants, dans la savane, au sud du pays. Il a profité de l'infrastructure mise en place pour étudier également la borréliose. "Mais si nous n'avions pas été alertés sur ce problème, je n'aurais pas eu l'idée de faire des recherches sur cette maladie." La borréliose provoque des fièvres récurrentes qui peuvent entraîner des méningo-encéphalites et parfois la mort des patients.

Entre 1990 et 2003, les chercheurs ont donc mesuré la fréquence et les signes cliniques du paludisme et de la borréliose à tiques. Chaque jour, ils se rendaient chez les villageois et un dispensaire, spécialement créé, était ouvert 24 heures sur 24. Parallèlement, les terriers étaient recensés, les tiques recherchées. En Afrique de l'Ouest, il s'agit de la tique Ornithodoros sonrai, "un type assez particulier que nous reconnaissons facilement. Ses hôtes naturels sont les petits mammifères, elle vit dans le sol et sort facilement la nuit".

Colonisation. L'équipe établit que dans le village, selon les années, entre 4 et 25 % de la population a présenté une borréliose. En moyenne, pendant quatorze ans, 11 % de la population a souffert tous les ans de la maladie, soit le taux le plus élevé observé pour une maladie bactérienne en Afrique. Seuls le paludisme pour les maladies parasitaires et la grippe pour les maladies virales touchent autant de personnes.

Les chercheurs prospectent plus systématiquement depuis trois ans, au Sénégal, au Mali et en Mauritanie, pour préciser la répartition géographique de la tique et établir la proportion des villages concernés. Sur les 30 étudiés, 26 étaient colonisés par la tique : elle est partout où la pluviométrie est inférieure à 750 mm. Aidée par la sécheresse, la tique s'est propagée hors de la zone sahélienne et a colonisé les terriers des rongeurs près des villages.

"Après les années 50, on a cru qu'elle avait disparu." Les examens de laboratoire sont rarement possibles pour rechercher la cause de la maladie, or on ne détecte la borréliose dans les prélèvements de sang qu'au moment des pics de fièvre. On continue à la confondre avec un paludisme résistant, elle n'est donc jamais diagnostiquée. Comme si elle n'existait pas. "On ne peut la reconnaître que de façon indirecte : une forte fièvre qui dure plusieurs jours chez un adulte, alors que la crise de paludisme dure moins de 48 heures, explique Jean-François Trappe. Chez les enfants, un échec du traitement antipaludique doit faire penser à la borréliose."

Si, en Afrique de l'Ouest, la borréliose provoque peu de décès (en Afrique de l'Est, une autre forme de borréliose est bien plus souvent mortelle), les chercheurs insistent sur la nécessité de faire connaître cette maladie. Car un traitement antibiotique efficace et bon marché existe. Elle se soigne facilement. Encore faut-il y penser.

En Afrique, morbidité record pour une maladie émergente méconnue :
http://www.futura-sciences.com/news-afrique-morbidite-record-maladie-emergente-meconnue_9236.php

Borréliose :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Borr%C3%A9liose




La borréliose africaine ne doit pas être confondue avec la maladie de Lyme, borréliose également mais dont le vecteur est une tique du genre Ixodes

Des extraits d'un article sur la maladie de Lyme
(http://www.caducee.net/DossierSpecialises/infection/lyme/lyme.asp)

La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse transmise à l'homme par un vecteur : une tique du genre Ixodes.

Ce n'est qu'en 1982 aux États-Unis qu'une étiologie infectieuse a été attribuée aux nombreux cas d'arthrite observés quelques années plus tôt dans la région de Lyme, dans le Connecticut. Willy Burgdorfer découvrait la présence de la bactérie responsable, le spirochète Borrelia Burgdorferi, dans le tube digestif d'une tique.

Il existe plusieurs espèces d'Ixodes vecteurs. En France, Ixodes ricinus est la tique qui infeste le plus fréquemment les humains.

Agent infectieux

Le genre Borrelia est une bactérie de forme hélicoïdale (spirochète) qui comporte une vingtaine d'espèces, toutes transmises par des arthropodes vecteurs (poux, tiques, etc.).

Trois espèces de bactéries responsables de la maladie de Lyme, co-existant en Europe, ont été décrites à l'Institut Pasteur, dans l'Unité de Bactériologie Moléculaire et Médicale.

Elles semblent provoquer des manifestations cliniques différentes chez l'homme : Borrelia burgdorferi sensu stricto (seule espèce présente aux États-Unis) entraîne préférentiellement des arthrites, Borrelia garinii est plutôt associée à des symptômes neurologiques et Borrelia afzelii à des manifestations cutanées.

Les manifestations cliniques :

1 - Manifestation primaire

Au stade primaire survient une lésion cutanée, 3 à 30 jours après la morsure, l'érythème migrant chronique de Lipschutz (EMC). C'est une lésion annulaire, non inflammatoire, peu ou pas prurigineuse, centrée par le point de piqûre, plus claire dans la partie interne qu'en bordure et qui évolue de façon centrifuge, pouvant atteindre jusqu'à 10 cm de diamètre.

Cet EMC se voit dans 50% des cas. Il disparaît spontanément, sans traitement, après 3 à 4 semaines. Asthénie, fébricule (petite fièvre), céphalées ou myalgies (douleurs musculaires) peuvent survenir lors de cette phase.

2 - Manifestations secondaires

Troubles neurologiques : Méningite lymphocytaire, parfois isolée ou associée à :

- Douleurs radiculaires
- Troubles de la sensibilité
- Atteinte des nerfs périphériques et crâniens (syndrome de Garin-Bujadoux-Bannwarth)

Troubles Cardiaques :

- Troubles de la conduction
- Péricardite

Troubles articulaires :

- Oligoarthrite régressive

3 - Manifestations tertiaires

Le stade tertiaire qui peut survenir 10 ans après la morsure, regroupe des lésions rhumatologiques, dermatologiques et neurologiques :

- Encéphalomyélite progressive
- Dermatite chronique atrophiante
- Arthrite chronique destructive

Traitement

Le traitement consiste à absorber des antibiotiques : Il est parfois nécessaire d'intervenir chirurgicalement sur les articulations atteintes.

Une fois identifiée, et en dehors des cas d'atteinte neurologique ou cardiaque justifiant une hospitalisation, sous traitement adapté, la maladie de Lyme reste bénigne.

Vigilance :

En cas de morsure de tique, on consultera systématiquement en cas d'apparition d'un érythème migrant autour de la piqûre. Il arrive que l'on ne s'aperçoive pas que l'on a été piqué. Pareillement, tout érythème migrant doit faire penser à la maladie de Lyme.






Sites Internet :

Les zoonoses.
http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/zoonose/index.htm

Maladie de Lyme - SNOF
http://www.snof.org/maladies/lyme.html

La maladie de Lyme - Institut Pasteur
http://www.pasteur.fr/actu/presse/documentation/Lyme.html

La maladie de Lyme en bref ...
http://www.md.ucl.ac.be/infect/lyme/lyme_en_bref.htm

Maladie de Lyme - La Société d'arthrite
http://www.arthrite.ca/types%20of%20arthritis/lyme%20disease/default.asp?s=1

Maladie de Lyme - Institut scientifique de la santé publique de Belgique
http://www.iph.fgov.be/epidemio/epifr/plabfr/lyme.htm

La maladie de Lyme invalide-t-elle à long terme?
http://www.crsfa.ulaval.ca/umf/articles/2000/00_04_19.htm

La maladie de Lyme Borrelia burgdorferi sensu lato
http://lyme.fr/

Les Nymphéas
http://www.lesnympheas.org/

Lyme Net
http://www.lymenet.org/

Les maladies humaines transmises par les tiques
http://www.esculape.com/fmc2/tique.html

Agent causal
http://www.pasteur.fr/recherche/borrelia/Welcomefr.html

Borrelia Burgdorferi
http://lyon-sud.univ-lyon1.fr/bacterio/ecolo/borrelia.html






Acariens cannibales : Les Envahisseurs invisibles
http://www.cndp.fr/tice/teledoc/dossiers/Dossier_acariens.htm

http://www.inra.fr/Internet/Produits/HYPPZ/ZGLOSS/3g---011.htm




[ Corrélats : Parasites / Lutte biologique / Chélicérates / Arachnides / Zoonoses / Vecteurs / ...]

Retour