Entrez un mot-clé
Afrique
Afrique



L'émergence d'un panafricanisme radical... Une chance pour l'Afrique ?

Pour être franc, ça fricote au Gabon

La France joue à Ping Bongo

Gabon: La mission d’observation de l’UE transportait des urnes
et des PV pour le compte de l’opposition : AH AH AH !!!


L'actualité en continu



Microcrédit, l’exploitation des plus pauvres


Veni, vici, tuerie...


Africains, si vous parliez !






La démocratie du coucou consiste à s'installer dans le nid d'un autre oiseau,
puis de lui proposer un référendum pour décider qui est propriétaire des lieux...
Jean-Marie Tjibaou


L'organisation du pillage par les occidentaux


Boko Haram: Les secrets de l'accord entre le Cameroun et les Etats unis
ou comment faire entrer les renards dans son poulailler !


Voir aussi l'article sur la Zambie (Les crises)


Six raisons rationnelles de contester le franc CFA



La bonne nouvelle quand on apprend que Ben Ali est tombé, c'est que l'Europe qui chancelait, va enfin perdre l'équilibre...
En 2015, c'est fait !



Pour mémoire et à ne jamais oublier : Discours de Thomas SANKARA à Addis-Abeba, le 29 Juillet 1987, quelques mois avant sa mort.


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Un continent dévasté / Les problèmes écologiques et sociopolitiques au Mali / Sans fin, le Niger gère sa faim / L'afrique au quotidien@@@@ : le site SYFIA = Plus de 5000 articles en ligne / Dans la série l'afrique n'a pas d'histoire : Tiken Jah Fakoly: "Foly sundjata" / Pas d'histoire : 176. Alpha Blondy: "Bori Samory". / Le Ghana qu'à bien se tenir / Mali: de l'invention d'un pays à la guerre (1/3), (2/3) et (3/3) / Le dictateur de la françàfric en flagrant délit d'exagération / Accord de défense France-Mali : Un retour au temps béni des colonies / Centrafrique : Du temps des colonies à la Françafrique / Le journal de l'Afrique /

Sites Internet et articles / Tableau des articles archivés (.docm) / Corrélats /


☞ RwandaMali : un génocide programmé... On parie ? I, II, III, IV et des milliers d'autres /
☞ RESSOURCES MINIERES AU MALI : Un potentiel non négligeable Partie I, II, III et IV /
L’association Survie étale ses inquiétudes : quel avenir pour le Mali après l’opération Serval ? /
Les zones d’ombre de l’intervention française au Mali /
Les différentes ethnies au Mali /
La montée en puissance des salafistes déstabilise le Mali (Le Monde 2010 !) /
Qui donc sauvera le Mali ? Courtes considérations sur les crises africaines /
La Rd Congo vit-elle ses derniers moments ? /
Centrafrique : Réflexions autour d'un pustch... Quelle est la part réelle de la France ?@@@ /
La Zone Franc : Perpétuation du pacte colonial et frein au développement /
Un pavé dans la mare à Hollande : Rendez les clés du Mali au peuple malien ! /
Le début de la fin ? /
Le début de la fin ! /
Ça craint /
L’Occident à la reconquête de l’Afrique /
Guinée: corruption, putsch et eldorado minier /
VOICI POURQUOI TOUTES LES STATISTIQUES SUR L'AFRIQUE SONT FAUSSES /
La Zone Franc : Perpétuation du pacte colonial /
L’ensauvagement du monde /
L'afrique dépecée /
« Le colonisateur n’est plus là (au Mali), mais ses intérêts y sont toujours » /
Le Sud : Quelles alternatives ? /
Revisiter Thomas Sankara 26 ans plus tard : Oser inventer le futur /
THOMAS SANKARA OU LA RÉVOLUTION ASSASSINÉE /
Le dernier discours que devait faire Thomas Sankara /
Si le CPI veut chasser du nègre pour génocide et autres crimes de guerre, qu'il commence par Obama /
La paix en Afrique ne doit pas se décider à l’Elysée avec des dictateurs ! /
République centrafricaine. La France peut achever les travaux de pillage /
Mali : Le général Sanogo offert comme gages à la France /
Une autre vérité historique ! /
☞ Les morts sont tous de braves types :

* La France était le meilleur soutien de l'apartheid en Afrique du Sud - Gilles Devers
* Mandela, Cuba et la fin de l'apartheid - Marc Vandepitte
* Le club des faux amis de Mandela - Matt Carr
* Qui est l'héritier de Mandela ?- Bernard Desgagné

Afrique du Sud: un rapport accable M. Zuma pour les travaux payés par l'Etat dans sa maison /
Centrafrique : les raisons cachées de l’intervention française /
L’Afrique perd Mandela, mais garde Déby, Biya, Sassou et l’armée française /
Paix et sécurité en Afrique : la France fait partie du problème, pas de la solution /
Centrafrique : Faites entrer l’accusé !ou comment anticiper l'urgence à venir ! /
La fleur au fusil /
Centrafrique : Un ordre qui annonce une autre guerre /
Genèse de la crise en République centrafricaine /
Centrafrique : Ne pas exonérer les responsabilités de la France /
La Françafrique coupable : Centrafrique : Faites entrer l’accusé ! /
Afrique : Redéploiement de l’impérialisme français et sidération humanitaire de la gauche /
La Centrafrique paye (la France fait payer...) aujourd’hui le prix de la diversification des partenaires économiques /
Le Sommet Afrique-Etats Unis : Pour le contrôle des ressources africaines /
Blaise Compaoré ne doit pas échapper à la justice /
Journal de l’Afrique n°4 : Spécial Burkina Faso /
Lettre ouverte à quelques pourritures africaines /
L’heure a sonné pour Sankara /
Afrique : Les paysans africains livrés aux agro-impérialistes /
365 jours au Mali /
Les assassins de la mémoire /
Si la marche vers le génocide vous était contée… par un observateur /
OBAMA EN AFRIQUE, UNE IMPOSTURE NEOCOLONIALISTE /
Les armes israéliennes alimentent les atrocités en Afrique /
L’héritage de Frantz Fanon /
Le Journal de l'Afrique : le pillage triangulaire /


Vaste continent où la désertification, la déforestation, la malnutrition, la démographie, la destruction de la faune et de la flore, la paupérisation, le nombre de coups d’états, le développement du SIDA, du paludisme et autres affections, sont galopants.

Première étape... Pour la seconde; cliquez ici
Mais où le tourisme est encore assez peu développé sur les côtes et reste donc à l'abri des tsunamis.

N'est-ce pas le principal ?


Et puis, en Côte d'Ivoire, tant que la route du cacao est protégée par l'armée française, tout va bien... Non ?

Bonne nouvelle : le président Bush vient d'y acheter des voix pour qu'elles s'élèvent contre d'éventuelles poursuites de ressortissants américains devant le tribunal pénal international... Comme si les américains avaient quelque chose à se reprocher d'autre que le génocide des amérindiens...




Un exemple parmi tant d'autres.... Les problèmes écologiques et sociopolitiques au Mali. **

Les problèmes sociopolitiques et environnementaux du Mali ne sont peut-être pas représentatifs de l’Afrique subsaharienne, mais considérés ensemble, ils constituent un bon exemple d’un pays en prise avec des obstacles complexes et étroitement entremêlés.

La croissance démographique :

Comme partout ailleurs dans le monde en développement, les maliens désirent avoir autant d’enfants que possible. Cela s’explique non seulement par l’influence des traditions, des religions, et des comportements et mentalités, mais aussi par une forte mortalité des nouveau-nés et enfants en bas âge.
Le taux élevé des naissances pèse de plus en plus vu le caractère limité des ressources naturelles. Les conséquences sont nettement sensibles tant au niveau de l’économie qu’aux niveaux de la structure sociale et de l’environnement. En effet, exception faite des « bonnes années » des points de vue climatique et économique, le Mali ne peut subvenir aux besoins alimentaires de sa population. Tant que le taux des naissances restera élevé, la tâche de réaliser une autosuffisance durable (sans même parler d’une gestion saine des ressources naturelles) constituera un but difficile à atteindre.

Le phénomène de l’urbanisation :

Au Mali et au Sahel, comme dans tous les pays du Tiers-Monde, la population urbaine augmenteencore plus rapidement que celle de l’ensemble du pays. Les centres urbains maliens grandissentau rythme de 5,2 % par an et les autorités municipales éprouvent de plus en plus de difficultés à assurer les services fondamentaux (apport d’eau potable, électricité, logements, installations sanitaires, évacuation des eaux usées et des déchets, etc.).
La circulation de plus en plus dense et la multiplication des fours à charbon et à bois donnent lieu à pollution atmosphérique redoutable, cause de maladies comme il a déjà été constaté, en particulier dans la capitale. Cependant, en raison des faibles moyens dont dispose le Mali pour financer son développement et de par la nécessité de freiner l’exode rural, les investissements indispensables à l’amélioration de l’infrastructure urbaine ne seront certainement pas effectués de si tôt.

Maladies dues à la pauvreté :

Vue globalement, la population malienne est en mauvaise santé. La mortalité est très élevée, en particulier celle des enfants de moins de cinq ans. Pauvreté et maladie constituent un cercle vicieux qu’il est très difficile de rompre. En effet, plus un pays est socialement et économiquement sous-développé, plus nombreux sont ceux qui vivent dans la misère et ceux qui ne peuvent s’assurer un minimum vital (alimentation, eau potable, installations sanitaires, logement, etc.).
Partout dans le monde, l’impossibilité de créer les conditions essentielles à la survie entraîne une augmentation des maladies et de la mortalité, ce qui entrave à son tour le développement économique.

L'absence d'eau potable :

L’absence d’eau potable est un facteur critique causant la propagation de maladies infectieuses. Seul un tiers de la population rurale et moins de la moitié des citadins a accès à une eau de qualité acceptable. Beaucoup de puits traditionnels sont des puits ouverts dont l’eau trop souvent salie se mélange avec des eaux usées en surface. Impropre à la consommation, cette eau est néanmoins utilisée, faute de mieux.
D’autres causes de maladies sont l’insuffisance des services sanitaires et le problème des immondices, qui créent les conditions idéales pour le développement de la vermine. Les régions inondées du delta du Niger sont un véritable foyer d’escargots transmettant l’onchocercose et d’insectes porteurs de la bilharziose et de la malaria.

L’agriculture :

Tout comme dans les autres pays du Sahel, l’agriculture malienne a une très faible productivité et rapporte peu. Les terres sont en général la propriété collective d’un groupe (famille, village, clan) et les allocations individuelles se font suivant des règles bien établies. Ce système a pour avantage de résoudre en partie le problème de la pénurie de terres (et des groupes pauvres qui n’en possèdent pas), contrairement à ce qui se passe en Asie, par exemple.
Les désavantages liés aux droits d’exploitation des sols sont cependant considérables à cause du manque de garanties pour les crédits ou du danger de la surexploitation des sols appartenant à la collectivité.
Un équipement agricole approprié est également nécessaire ; les moyens et méthodes modernes sont peu répandus dans l’agriculture traditionnelle, alors qu’ils sont utilisés pour les cultures d’exportation.
La plupart des paysans n’ont ni la motivation ni les moyens financiers pour investir dans la préservation de leurs sols. Il en résulte un appauvrissement des terres qui provoque une rapide déstabilisation due à l’érosion.

Sécheresses :

Les sécheresses récurrentes sont l’un des problèmes les plus graves de la zone sahélienne et donc du Mali. Elles sont davantage fonction de la nature que de l’homme.
Les sécheresses sont un phénomène climatique chronique dans toute la région du Sahel. Elles accablent l’agriculture et les hommes qui en dépendent. Aujourd’hui, il est encore impossible de les empêcher. On pourrait cependant appliquer des mesures planificatrices et infrastructurelles qui réduiraient le plus possible les effets prévisibles et périodiques des sécheresses. Une meilleure planification des besoins et un modèle approprié d’exploitation pour les ressources limitées en terres et en eau seraient indispensables afin d’éviter l’épuisement total.

Migration :

L’une des stratégies traditionnelles pour fuir la sécheresse consiste à migrer vers les régions méridionales humides du Mali. Le climat y est meilleur et les sols plus fertiles. Toutefois, ces régions ne peuvent accueillir un nombre illimité d’immigrants sans dépasser leur propre potentiel d’exploitation, créant ainsi de nouveaux problèmes.

Déboisement :

Le déboisement excessif pour l’alimentation en bois de chauffage ou de construction, sans qu’il y ait un programme de reboisement adéquat constitue un autre gros problème. De nombreuses forêts ont ainsi été complètement détruites. Environ 90 % de l’énergie est tirée du bois de chauffage; comme aucune autre source d’énergie ne peut remplacer celle-ci et de ce fait réduire la dépendance par rapport au bois, il y a lieu de craindre que d’ici peu, les besoins excèdent les ressources disponibles. En effet, si aujourd’hui l’approvisionnement en bois ne cause pas encore de véritables soucis en soi, le déboisement à outrance expose le sol à l’érosion, et cela entravera de plus en plus les efforts de reboisement devant assurer une production future.

Surpâturage :

L’augmentation des troupeaux de bétail au Mali lors de bonnes périodes climatiques sollicite de plus en plus les surfaces de pâturage restreintes pendant les périodes sèches. Le bétail meurt, les pâturages perdent les herbes pluriannuelles riches en substances nutritives et s’épuisent, les arbres et les buissons donnant de l’ombre disparaissent. L’érosion est accélérée.

Surexploitation des sols marginaux, érosion et dégradation des sols :

Pour faire face aux pressions croissantes, la population rurale, au Mali comme ailleurs dans le Sahel, est obligée d’étendre son agriculture dans des régions marginales. Là, si une sécheresse survient, il n’est plus question de récolte. Les sols mis à nu sont rapidement usés par l’érosion éolienne et donc incultivables à long terme.
Un rétablissement serait peut-être possible si despériodes de jachère étaient observées. Cependant, environ 15 années de jachère seraient nécessaires pour rehausser ces terres à un niveau qualitatif encore très bas.
La croissance permanente de la population rend impossibles des phases de repos aussi longues pour les sols. Lorsque l’érosion a entamé son chemin, elle avance sans qu’aucune intervention humaine ne soit nécessaire...


** [Extrait d'un dossier sur l'Afrique sahélienne (www.isnar.cgiar.org)]






Il fut un temps où les pays africains, quand leur population souffrait de malnutrition, faisaient appel aux pays occidentaux et voyaient d'un œil bienveillant que leurs journalistes et leurs télévisions en parlent. Maintenant, c'est plutôt le contraire. Faut-il les blâmer ?

Alimentation. Les ONG combattent la malnutrition sans pouvoir s'attaquer à ses causes.

Sans fin, le Niger gère sa faim

Par Thomas HOFNUNG

QUOTIDIEN : Vendredi 7 juillet 2006 - 06:00

Il y a juste un an, les médias du monde entier se précipitaient au chevet du Niger. Sous l'oeil des caméras défilait une cohorte de nourrissons et d'enfants décharnés dans les bras d'humanitaires occidentaux. La crise alimentaire qui a frappé le pays le plus pauvre de la planète, selon le classement de l'ONU, avait provoqué une vive émotion. En réalité, comme le rappelle Jean-Hervé Bradol, président de Médecins sans frontières (MSF), le Niger a connu "un pic de gravité" dans une situation de malnutrition chronique. Par le passé, il avait déjà vécu le même drame : en 1976, en 1984, en 2001. Au point que des institutions internationales avaient fini par considérer la faim au Niger comme une fatalité.



Chaque année, la période de soudure celle qui va de l'épuisement des réserves à la récolte suivante est critique. Bien que fragile, la situation globale semble moins dramatique cet été. Les récoltes de mil, la denrée de base, ont été meilleures, et les criquets n'ont pas dévasté les champs. "Les entrepôts sont pleins", affirme une humanitaire. Mais pas les estomacs. Selon l'association Action contre la faim (ACF), plus de 60 % des ménages se sont endettés pour survivre et le quart du cheptel a été décimé l'an dernier. "D'année en année, le nombre de ménages vulnérables ou très vulnérables augmente", assure la chef de mission d'ACF au Niger, Patricia Hoorelbeke.

Pour 2006, l'Unicef et les ONG ont prévu de prendre en charge 444 000 enfants souffrant de malnutrition "modérée" et 56 000 de malnutrition "sévère". MSF distribue à grande échelle un remède miracle pour lutter efficacement contre la faim des tout-petits : le Plumpy Nut. Cette pâte nutritive à base de cacahouètes permet de se passer des traitements à base de lait ou d'eau, sujets aux bactéries.

Gratuité. L'épisode très médiatisé de 2005 a servi d'électrochoc. Très critiqué par la société civile pour sa passivité, le gouvernement de Niamey a établi un plan d'urgence en faveur des plus vulnérables, en coopération avec l'Unicef et le Programme alimentaire mondial. Il prévoit notamment des distributions de nourriture gratuites. L'an dernier, les autorités avaient longtemps refusé de recourir à cette mesure prônée par MSF, de peur de déstabiliser les cours sur le marché céréalier. Le gouvernement a aussi annoncé la gratuité des soins médicaux pour les enfants de moins de 5 ans, avec l'aide de l'Organisation mondiale de la santé. Mais ces efforts n'ont pas calmé la colère de la population. Hier, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de la capitale pour dénoncer "la misère qui gagne le pays".

Globalement, la prise en charge des enfants dénutris s'améliore, mais elle risque de s'imposer pendant des années, faute d'action efficace sur les causes structurelles du fléau. Au Niger, la malnutrition frappe en priorité les moins de 3 ans. Selon Graziella Godain, de MSF, "ce phénomène est lié à la période de sevrage, où l'enfant a besoin d'une alimentation diversifiée que ses parents n'ont pas les moyens de lui fournir". Le gouvernement, lui, l'impute au manque d'éducation des mères qui cessent d'allaiter leurs enfants dès qu'elles sont enceintes, le lait maternel étant alors réputé souillé. "On leur reproche de ne pas prendre soin de leurs enfants. En réalité, elles sont prêtes à marcher des heures pour obtenir ce qu'elles appellent le biscuit, le Plumpy Nut", note un humanitaire.

Certains observateurs stigmatisent aussi la démographie galopante. Avec plus de sept enfants par famille et un taux de croissance annuelle de 3,5 % (record mondial), le Niger double sa population tous les vingt ans. Alibi, là encore ? "Dans tous les pays pauvres, comme en France sous l'Ancien Régime, les familles font beaucoup d'enfants. Au Niger, elles savent qu'un enfant sur quatre de moins de 5 ans seulement a des chances de survivre", souligne MSF. Ce pays connaît le taux de mortalité infantile le plus élevé de la planète : 278 pour 1 000.

Déficit céréalier. Paradoxalement, ce sont les régions du Sud, les plus fertiles de ce pays aux trois quarts désertiques, qui sont les plus touchées. "Ces crises ne sont pas liées à un déficit de production agricole, mais à la répartition des produits et des revenus au sein de la société", souligne Jean-Hervé Bradol . Un jugement tempéré par Julien Clémençot, de l'ONG SOS Sahel, qui insiste sur un déficit céréalier chronique au Niger, habituellement compensé par des importations des pays voisins. Ce qui n'a pu être le cas l'an dernier : "Toute la région a connu une pénurie de céréales, et la circulation des denrées ne s'est pas faite convenablement."

En autorisant les distributions gratuites et en facilitant l'accès aux soins pour les enfants de moins de 5 ans, le gouvernement de Niamey a remis en cause un credo majeur des politiques de développement des institutions financières internationales : le marché et la croissance économique ne peuvent réduire à eux seuls les causes de la malnutrition. Reste désormais à inventer des solutions.




Je fais le paris que le Ghana va merder très vite...
Alors que ce pays était un modèle de réussite de démocratie en Afrique (c'était quand même plutôt pas mal), on y a trouvé du pétrole il y a deux ans.
Le président John Atta Mills vient de mourir d'une terrible maladie fulgurante et mystérieuse. Le matin, il va bien et le soir, pof, miracle de la dysenterie sélectif et du choléra d'égout, il est mort.
Et dans trois jours, ça va merder... Et dans trois mois, c'est total qui domine le pétrole ghanéen en arrosant quelques connards et sans payer légitimement ce qu'il doit au peuple ghanéen. Et dans six mois, on se félicitera des bénéfices de Total, grande entreprise française signe de l'influence de la France sur le monde... Et dans un an, on nous rappellera que l'Afrique ne sait pas se prendre en main et que c'est que des sous-hommes et qu'il faut arrêter avec le poids du colonialisme, on va pas s'excuser jusqu'à la fin des temps.
Question : On va pas s'excuser non plus pour le meurtre de John Atta Mills, je suppose ?
Bien sûr, je ne suis qu'un odieux complotiste... La preuve qu'il n'y a pas de complot, le Ghana a survécu deux ans à son pétrole !
Olivier Davoust / 24 juillet 2012 /






Le dictateur de la françàfric en flagrant délit d'exagération
 
La Françafrique coupable : Centrafrique : Faites entrer l’accusé !

Accord de défense France-Mali : Un retour au temps béni des colonies

Centrafrique : Du temps des colonies à la Françafrique





On ne perd pas son temps à consulter ce document : GUIDE CITOYEN DU FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL à l'attention des militants et des ONG / http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/doc-172.pdf

Géopolitique de la faim
http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=103&var_recherche=g%

La fertilité perdue de la terre d'Afrique
http://www.africatime.com/Afrique/nouv_pana.asp?no_nouvelle=248438&no_categorie=3

La gestion de la fertilité des sols dans différentes zones agroécologiques
http://www.fao.org/DOCREP/006/X9681F/x9681f05.htm

Info : Coton, Commerce, OGM & Travail
http://www.fibris.fr/fr/pg_12.html

L'AVENIR de l'ENVIRONNEMENT en AFRIQUE
http://www.grida.no/aeo/french/index.htm

Après avoir éjecté Bockel, la Françafrique fera ce qui lui plaît en mai
http://www.cellulefrancafrique.org/Apres-avoir-ejecte-Bockel-la.html

Françafrique : le réseau Chirac, la relève Sarkozy ?
http://survie-france.org/article.php3?id_article=929

Le Centre d’information et de gestion des migrations inauguré à Bamako
http://www.afrik.com/article15378.html

La france et le génocide au Rwanda
http://survie.org/La-France-et-le-genocide-au-Rwanda.html

Le document Poncet : Clic

Ressources végétales de l'Afrique tropicale
http://www.prota.org/fr/prota/

Articles :


Sans patrie de Nathalie M’Dela-Mounier /
L’Afrique de Nicolas Sarkozy, Analyse d’un discours présidentiel /
Les biens mal acquis des dictateurs africains. Dossier spécial. /
Areva acclamée par la critique pour son rôle au Niger /
Nous devons défendre la dignité de l'Afrique quand elle est menacée /
Makhily Gassama : "Philippe Bernard ou la voix de son maître" /
L’Afrique en France après le discours de Dakar /
Discours de Virus au peuple des Savanes /
Des rhétoriques coloniales à celles du développement - Archéologie discursive d’une dominance (Thèse Françoise Dufour) /
Médecine coloniale et mythologie impériale républicaine /
Les changements environnementaux redessinent la carte de l'Afrique /
Voir aussi /
AFRICA Atlas of Our Changing Environment /
L'Afrique subsaharienne : de la décolonisation à la mondialisation /
La France n’a plus les moyens d’aucune politique en Afrique. /
Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy /
La politique de la France en Afrique : le duo Sarko-Guéant à l’œuvre /
Dette, pétrole et dictature Biens mal acquis : un 21 janvier de sinistre mémoire /
Razzia /
4,2 millions d’euros ont été saisis sur les comptes d’Omar Bongo en France /
Les affaires africaines du french doctor kouchner (Document France Inter) /
Lettre ouverte à M. Paul Biya /
Pourquoi l'Afrique fut elle conquise au 19 ème siècle ? /
Françafrique. Sarkozy, la continuité /
Bongo et Sassou Nguesso devant la justice : séisme en Françafrique ! /
Voir la carte des résidences /
Port, rail, plantations : le triste bilan de Bolloré au Cameroun /
Obama , Sarkozy, et l’Afrique : Un constat et deux approches différentes /
L’industrie nucléaire française procède à un véritable pillage au Niger /
L’accaparement des terres africaines : « opportunité de développement » ou néocolonialisme foncier ? /
Biens mal acquis /
Immigration : Réciprocité Identitaire… /
50 ans de non indépendance des pays africains, ça se fête ? /
Survie et sa présidente Odile Tobner citées à comparaître pour « injures publiques » ! /
La RDC dans l’étau du FMI /
Tchad : le silence de la France /
2008-2010 : Dérives dictatoriales en Françafrique... /
Le franc CFA, un outil de contrôle politique et économique sur les pays africains de la zone franc /
Le Rwanda : les créanciers du génocide /
Il y a 50 ans, l’Afrique négociait son indépendance /
L'Afrique et ses élites prédatrices /
Côte d’Ivoire : une histoire réécrite /
LE DÉFILÉ DU 14 JUILLET : Le post-colonialisme en action /
Afrocentricité /
Afrique : capitaux en fuite /
L’Union européenne et ses agrocarburants provoquent une ruée sur les terres africaines /
Les entreprises françaises en Afrique : Pillage contre transparence /
Les dessous de la présence économique de la France en Afrique /
Non à la répression des Touaregs au Niger (Areva 1) /
Stratégique, vraiment (Areva 2) /
Une région pillée, un peuple sacrifié ! (Areva 3) /
Les Touaregs du Niger déboutés face à Areva 4 /
Les transnationales au centre de la grande évasion /
1960-2010, 50 ans d’interventions militaires françaises en Afrique /
Afrique : terre(s) de toutes les convoitises /
Otages du Niger : le vrai prix de l’électricité nucléaire /
Au Sahel, un nouveau front à haut risque /
Sous-développement en Afrique : l’économie de la Françafrique /
Désertification du Sahel /
Tiken Jah Fakoly: Foly Sundjata : l'histoire des royaumes médiévaux africains /
La guerre des sables /
Sortir de la grande nuit : essai sur l’Afrique décolonisée /
Biens mal acquis : une brèche dans l’impunité de la Françafrique /
Jusqu’où ira la « leçon de journalisme » de Vincent Bolloré ? /
Que du beau monde sur la photo ! /
Indépendances africaines : un travail non fini ? /
Bollorépugnant, suite /
☞ Françafrique, ses secrets et vilénies clic1 et clic2 /
L’alternance du pouvoir en Afrique : l’ingérence continuelle de l’Occident /
De la Françafrique à la crise ivoirienne actuelle : un même modèle, l’allégeance de l’Afrique à la France /
Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy /
☞ Congo, Kivu, Katanga, ce magnifique gâteau africain I, II, III, IV, V, VI et VII /
Côte d’Ivoire : la France pyromane ne doit pas jouer au pompier /
Côte d’Ivoire : Pourquoi la France veut-elle abattre le président insoumis, Laurent Gbagbo ? /
Cameroun 1955-1962 : la guerre cachée de la France en Afrique /
Côte d’Ivoire : élections, piège à c... ! /
Tunisie : Non au savoir faire et aux techniques d'ingérence de Madame Alliot Marie ou comment passer du statut de pourriture à celui d'immondice /
Que l’étincelle tunisienne embrase tout le monde arabe ! /
Votez DSK : Quand Dominique Strauss-Kahn soutenait la politique de Ben Ali /
Re-votez Sarkozy : Un document historique : quand Sarkozy léchait les bottes du dictateur Ben Ali. /
La véritable nature du régime de Ben Ali (et de ses complices) (Toute ressemblance avec Sarkozy et ses complices serait un fait-exprès ou une coïncidence, à voir) /
☞ Juste un lien sur les évènements en Tunisie : clic /
Ben Ali ya djaban (poltron) ! /
Indécences franco-tunisiennes /
La semaine qui a fait tomber Ben Ali /
Les colonisations et décolonisations dans les manuels d’histoire de collège : une histoire partielle et partiale. /
L'Égypte se révolte pour chasser Moubarak : plusieurs morts (victimes d'un manque de savoir faire ?) /
Le monde arabe se révolte : De la Tunisie à l’Egypte, un air de liberté /
L'accaparement des terres en Afrique, une nouvelle forme de colonisation... en attendant la bollorépression ? /
Le franc CFA, une monnaie coloniale qui retarde l’Afrique /
Les dictateurs ne dictent pas, ils obéissent aux ordres /
Votez DSK : La Tunisie et les dictats du FMI : Comment la politique macro-économique entraîne la pauvreté et le chômage dans le monde /
Tunisie, Égypte, Maroc : Ces « dictatures amies » /
☞ Il y a cinquante ans, l’assassinat de Patrice Lumumba : Partie 1, 2 et 3 /
Entretien avec Mohamed Hassan : Où va l’Egypte ? Où va le monde arabe ? /
☞ Tunisie & WikiLeaks: portrait d'une diplomatie française soumise au régime de Ben Ali : article 1, article 2 et article 3 /
Forcément poussé à la dictature : Ahmed Sékou Touré (1922-1984) : un symbole de l'émancipation africaine /
Patrice Emery Lumumba : un combat politique à méditer (et à mettre en perspective avec les événements qui touchent la Tunisie, l'egypte et la Lybie...) /
Libye : fallait-il empêcher que prenne corps le rêve des États-Unis d'Afrique ou plus simplement l'idée d'un panarabisme ? /
Burkina Faso : La France doit cesser de soutenir un dictateur face à la révolte de son peuple ! ou Sarko au TPI ? /
Libye : je me refuse à hurler avec les loups /
Suivi de point de vue /
Et de piqûre de rappel /
Y'a bon bolloré /
Bolloré-Vilgrain : la terre, la sueur et le sang /
L’implacable ascension d’Alassane Ouattara /
Les Affaires du président libyen marchent le plus normal au Monde : Le tropisme kadhafien en Afrique /
Grotesque : Deux fractions oligarchiques déchirent le pays et s'il n'en reste qu'une : c'est la pire ! /
La grande diversion libyennen ou le grand enfumage occidental, au choix ! /
L’Axe du Mal colonialiste prépare l’invasion de la Libye (Answer) /
Al-Qaida, le Tchad et la France en Libye /
Wikileaks : une certaine idée de la France et de sa politique étrangère /
IBA MAR FAYE: l'accaparement des terres en Afrique /
Algérie, 1845, un jour de mai : Il était une fois les enfumades. /
Génocide des Tutsi du Rwanda 17 ans d’impunité au « pays des droits de l’Homme » (avril 2011) /
« La Rwandaillaise » : nouvelle tuerie de Doc Génocido et DJ Mitterhamwe /
MASSACRES EN CÔTE D’IVOIRE « LIBÉRÉE » PAR LES COLONIALISTES /
Afrique : crise alimentaire, dictatures et nouveaux éléphants blancs /
Cela sert-il à quelque chose (encore) de mourir pour les africains ? /
RDC : La Banque mondiale complice de la privatisation de l’électricité creuse à nouveau la dette congolaise /
Thomas Sankara, Patrice Lumumba : Vérité, justice et réparations ! /
Quelle politique africaine pour la France en 2012 ? /
Biens malakis /
Circulez, y'en a rien à voir, ladidon ! /
Éthiopie : la famine menace mais les agrocarburants se portent bien /
Françafrique, dette publique ou escroquerie néocoloniale ? @@@@ /
La famine en Afrique, encore ! /
Le cercle infernal de la guerre et de la famine en Somalie /
Somalie : Mogadiscio est complètement libérée des shebab /
Somalie : Mogadiscio est complètement libérée des shebab / Somalie : les shebab font barrage aux hommes fuyant la famine /
Famine dans la Corne de l'Afrique : au nom de la solidarité /
Somalie : la famine s'étend /
Guerre et famine en Somalie : un cercle vicieux qui menace des millions de vies /
Famine dans la Corne de l'Afrique : la communauté internationale traîne des pieds /
La guerre de l’OTAN contre la Libye est une guerre contre le développement de l’Afrique /
Exploitation de l'uranium : Imouraren ou le projet du pillage du siècle /
Il n’y a jamais eu de révolution égyptienne /
L'Afrique au XXIème siècle : une conversation de bistrot /
Du Riz et des Hommes /
Il est urgent que les peuples d’Afrique passent à l’action ! /
Tunisie : commentaires sur la révolution à l’occasion des élections /
VIE ET MORT DE LUMUMBA /
Gbagbo et la CPI : Florent Geel de la FIDH dans ses œuvres sur France 24 /
Françafrique, chinafrique : toujours la bride ! /
Accord PS-EELV : la fin de quelle Françafrique ? /
Guinée : Avancée majeure dans l’affaire du 28 septembre 2009 avec l’inculpation de Tiegboro Camara /
☞ Bulletins Nyéléni :

- Bulletin Nyéléni Num0 sur la question de la terre et Références Num0
- Bulletin Nyéléni Num1 sur le changement climatique et Références Num1
- Bulletin Nyéléni Num2 sur l’élevage industriel et Références Num2
- Bulletin Nyéléni Num3 sur les semences paysannes et Références Num3
- Bulletin Nyéléni Num4 sur la volatilité des prix et les marchés alimentaires
- Bulletin Nyéléni Num5 sur Nyéléni Europe
- Bulletin Nyéléni Num6 sur les femmes et la souveraineté alimentaire
- Bulletin Nyéléni Num7 sur pêche et changement climatique
- Bulletin Nyéléni Num8 sur l’eau

Du Mali et de l’indécence française /
Palme : une ONG met de l’huile sur le feu /
Que serait l’agriculture africaine sans les femmes ? /
RuralStruc : réinvestir dans l’agriculture familiale pour faciliter la transformation rurale au Sud /
Mali : Deux Touaregs assassinés /
Non, le mal du peuple Malien ne vient pas des Touaregs, /
La recolonisation du Sahara : Business, profits souterrains et stratégie de la terreur /
☞ Dossier Mali (2012) /
L'histoire cachée :
Les leaders maliens qui dérangent, la France les élimine - Modibo Keïta
Les intérêts :
Le Mali, une terre riche, un État endetté... - Interview d'Eric Pauporté par Michel Collon, Mouâd Salhi et Fatma Kassoul
Ruée vers l'or au Mali. Qui accourt ? Interview d'Eric Pauporté par Investig'Action
Qui déstabilise et pourquoi ?
Le Mali dans l'oeil du cyclone - Odile Tobner
Gros appétits pour le Sahel Comaguer
Le Mali dans la tourmente Tahirou Bah
Un pays pris dans un jeu d'échec - Firoze Manji
Du côté du peuple :
Les voix de la résistance - Oumar Mariko et Victor Sy
Le Capitaine Sanogo condamne la "démocratie de coquille vide" du président déchu - Boukarou Daou et Salim Togola
VIDEO : « Les puissants passent, nous, restons ! » Chants de femmes maliennes recueillis par Eric Pauporté


Mali, révolte touareg : et si l'on parlait vrai ? /
Mali : la voix des sans-voix /
Insécurité alimentaire au Mali : Identifier les ménages vulnérables avec précision /
Le Nord-Mali aux mains des rebelles /
Scandale judiciaire autour des déchets toxiques ; Ils sont tous mouillés ! /
Situation politique et accaparement des terres au Mali ! /
Pas étonnant qu'ils n'aient pas d'Histoire ! /
François Hollande : la fin de la Françafrique ? /
Côte d’Ivoire : la démocratie version Françafrique - Entretien avec Grégory Protche /
Le changement, c'est maintenant ou jamais ? /
Crise malienne : quand un diplomate français se lâche /
Le Ghana qu'à bien se tenir /
Accaparement des terres et souverainete alimentaire en Afrique de l’Ouest et du Centre /
Nord Mali : « Une intervention militaire étrangère embraserait toute la sous-région » /
☞ Le 25 ème anniversaire de la mort de Thomas Sankara /
Hollande et la françafrique : c'est re-mort /
Invitation à la découverte des littératures africaines /
L'Afrique sans histoire, la France sans mémoire : Après le 17 octobre 1961, la France serait-elle prête à reconnaître la guerre du Cameroun ? /
La télévison publique italienne dénonce les crimes de la France en Côte d’Ivoire /
L’accaparement des mers, un danger pour l’Afrique /
Femmes du Mali, disons « NON ! » à la guerre par procuration /
Mali : l'intervention militaire est-elle la solution ? /
Comment le Mali s'est effondré en moins d'un an /
Dossier Mali /
La boîte de Pandore du Malistan /
Falea ou la colonisation minière au Mali /
Accords de partenariat économique : Les termes inacceptables d’une négociation /





[ Corrélats : Réfugiés écologiques / Condition de la femme / Désertification / SIDA /...]

Retour