Entrez un mot-clé
Arctique
Arctique




Contrairement à l'Antarctique, l'Arctique est composé d'un océan polaire (l'océan glacial arctique - le plus petit océan de la planète -) recouvert d'une calotte glaciaire / banquise et entouré d'une ceinture de terres essentiellement en régions subpolaires.
L'ours polaire (Thalarctos maritimus) donne son nom à l'arctique
Le froid - moins intense, toutefois, qu'au pôle Sud - joue un rôle tout aussi déterminant sur le milieu presque partout et toujours recouvert de glaces.


Ces glaces sont présentes sous deux formes : la glace d'eau douce des glaciers continentaux (inlandsis) et la glace de mer de la banquise, formée d'eau salée. On peut estimer la superficie totale de la calotte glaciaire / banquise à environ 18 millions de kilomètres carrés pour un rayon de 2 400 km.

L'Arctique englobe presque tout le Groenland et les parties les plus septentrionales de la Russie, du Canada, de l'Alaska, de la Finlande, de la Norvège et de la Suède.

On considère généralement le cercle polaire arctique comme la limite de la zone arctique. Certains auteurs proposent l'isotherme + 10 °C en juillet qui se calque, effectivement, sur le cercle polaire en Eurasie, mais descend nettement plus au sud en Amérique. La limite septentrionale des arbres est aussi une bonne indication.

Le climat polaire se caractérise par des hivers longs et froids et des étés courts et frais.

En raison de son inclinaison, la région reçoit peu de rayonnement solaire. En hiver, le soleil n'apparaît jamais. Les températures sont le plus souvent inférieures à - 10 °C, et n'approchent 0 °C au pôle Nord qu'en juillet et août.

L'Arctique est le siège d'un anticyclone, quasi permanent, qui confère à cette région une forte aridité. L'arctique est un véritable désert froid. Il reçoit - sauf exceptions localisées - moins de 250 mm de précipitations annuelles en moyenne, le plus souvent sous forme de neige. Cependant, des perturbations atlantiques remontent les côtes toute l'année en apportant vents, brouillards et neiges et même tempêtes marines.

La flore arctique est absente des zones enneigées, très pauvre sur les regs ou les dunes côtiers. Elle ne devient intéressante que sur les toundras, à la condition que les permafrosts qui les recouvrent dégèlent suffisamment profondément et suffisamment longtemps pour que quelques plantes puissent s'établir.

La vie animale terrestre est strictement observée sur les toundras. Les inlandsis ne sont que des zones seulement traversées par des espèces au cours de leurs pérégrinations (bœuf musqué) ou de leurs migrations (rennes et caribous). Les autres espèces doivent être considérées strictement comme des animaux marins. C'est, bien entendu, facile à comprendre pour les baleines ou les orques, également dans le cas des phoques ou de morses, mais, et même si cela peut paraître moins évident, c'est aussi le cas pour l'ours polaire dont l'existence est totalement liée à l'océan et aux animaux qu'il y capture.

Les hommes ont colonisé l'arctique, il y a environ 10 000 ans. Les populations qui s'y sont établies sont soit d'origine mongole (Inuit ou Esquimaux au Canada et en Alaska ; Samoyèdes et Iakoutes en Sibérie), soit d'origine finno-ougrienne (Samis ou Lapons, Nénètes).

En un peu moins d'un siècle, ces peuples ont eu beaucoup à souffrir des explorations ; de l'ethnocentrisme blanc et surtout chrétien, évangéliste et toujours aussi complètement Bushé comme au temps de l'Aymery ; des régimes marxistes ; de la guerre froide… et maintenant du réchauffement climatique.

Bof, après tout ce ne sont que des apparentés Indiens, qui ont encore l'indécence de réclamer leurs terres autour de Thulé… et chacun sait bien qu'il n'y a de bons Indiens qu'un Indien ivre mort au volant de son skidoo.

Depuis peu (octobre 2005), ces gens ont même l'indécence de porter plainte contre Bush et les États-Unis au prétexte qu'ils représentent à peine 5 % de la population mondiale et qu'ils rejettent 25 % du CO2 émis dans le monde et que l'effet de serre qui s'ensuit entraîne la fonte des glaces de l'arctique, la disparition du gibier (les phoques, les morses et même les caribous ou les ours polaires) et annonce leur mort programmée.

Je pense que G deubeuliou ne devrait pas tarder à nous convaincre que les esquimaux possède des armes de destruction massive (en os de pénis de renards polaires ?) et qu'il faut leur rétablir la démocratie dans les dents. C'est quelque chose quand même tous ces sauvages, incapables d'apprécier les bienfaits de la colonisation, non ?




Les mers polaires et leurs rivages :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/merpolaire.html

La neige: son importance dans le monde tempéré et polaire :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/neigeetli.html

Les glaciers et l'érosion glaciaire :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/glaciers.html

Le gel du sol et les milieux périglaciaires :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/etligelsol.htm

L'océan Glacial Arctique aux avant-postes du changement climatique global :
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/biblio/pigb12/04_ocean.htm

L’Arctique se désagrège à une vitesse record
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/larctique-se-desagrege-a-une-vitesse-record_16613/






[ Corrélats : Polaire / Banquise /...]

Retour