Entrez un mot-clé
Amphibiens ou Batraciens
Amphibiens ou Batraciens




Grenouille agile (Rana dalmatina)
Chez les vertébrés, les amphibiens ou batraciens regroupent des animaux capables de fréquenter aussi bien les milieux aquatiques que les milieux terrestres.


Ce sont des animaux poïkilothermes, c’est-à-dire que leur température, variable, dépend de la température du milieu qu’ils fréquentent.

La plupart d’entre eux présentent un stade larvaire (têtards) généralement aquatique, planctophage ou herbivore, avec une respiration branchiale et un stade adulte, carnivore, avec une respiration pulmonée. Quelques espèces sont strictement aquatiques (protée), d’autres strictement terrestres et ovovivipares comme les microhylidés mangeurs de termites du genre Breviceps.

Chez les amphibiens, on distingue généralement trois ordres :
» les apodes, dépourvus de pattes, comme leur nom l’indique et présents uniquement dans les régions tropicales humides ;
» les urodèles comprenant les protées, les salamandres et les tritons ;
» les anoures comprenant les crapauds, les grenouilles et les rainettes.

Beaucoup de batraciens terrestres sont actifs pendant la nuit, profitant du plus grand taux d’humidité relatif. Cela tient au fait que si les batraciens terrestres respirent (mal) au moyen de poumons rudimentaires, la part la plus importante des échanges gazeux se fait par la peau laquelle doit toujours être conservée humide. Chez les salamandres des bois du genre Pseudotritus, la respiration est exclusivement épidermique.
Salamandre tachetée (Salamandra terrestris)


Grenouille verte (Rana esculenta)


Crapaud commun (Bufo bufo)

Grenouille rieuse (Rana ridibunda)
Grenouille rousse (Rana temporaria)
Grenouille rousse (Rana temporaria)
Cette grenouille a été photographiée en août 2009, très au-delà du cercle polaire arctique, sur les planches qui aident à traverser les tourbières...

Bien que cela puisse paraître souvent étonnant, les régions subarctiques abritent aussi des animaux à sang froid : des vipères péliades, des lézards vivipares, des grenouilles rousses et plusieurs milliards de moustiques au m3, parfois !
Grenouille de Perez (Rana perezi)
Crapaud accoucheur (Alytes obstetricans)


La peau de nombreux batraciens sécrète des toxines. Seulement irritantes chez le crapaud commun, mal odorantes chez le crapaud calamite, ces toxines peuvent s’avérer mortelles, par simple contact, pour l’homme ou les animaux, quand elles sont sécrétées par certaines espèces de rainettes tropicales comme celles appartenant au genre Dendrobates et que les indiens d’Amazonie utilisent pour empoisonner leurs flèches. Les rainettes toxiques (à l’instar des insectes) se parent souvent de couleurs vives qui sont comprises comme des avertissements par les prédateurs potentiels. Quelques rainettes, non toxiques, trichent en se parant aussi de couleurs vives et évitent ainsi d’être dévorées.

Grenouille des champs (Rana arvalis)
Cette espèce est pratiquement absente de France, sauf dans l'extrême Est. À l'exception des Pays Bas et du Danemark qui jouissent d'un climat plutôt océanique, la grenouille des champs, encore appelée grenouille oxyrhine fréquente plutôt les contrées nordiques et continentalisées, jusqu'au-delà du cercle polaire.

Cet individu a été photographié près de Karasjok (Finnmark).
Triton palmé (Triturus helveticus)
Triton de Blasius (Triturus blasii)


Chant d'amour (et territorial) de la grenouille verte
Contrairement à ce qui se passe pour les enfants à la piscine, les grenouilles n’ont pas besoin de flotteurs pour apprendre à nager… Ce que l’on voit sur cette photo, ce sont les sacs vocaux d’une grenouille verte mâle qui apparaissent gonflés au moment où elle coasse. Le chant est produit par l’air qui passe par le larynx et qui fait vibrer des cordes vocales. Ce chant est amplifié par le ou les sacs vocaux quand ils sont gonflés. Les crapauds et les rainettes ont un sac vocal sous la gorge. Les grenouilles vertes ont deux sacs vocaux de chaque côté du cou. Seuls les mâles ont des sacs vocaux, mais les femelles peuvent aussi émettre des chants, mais de plus faible intensité. Chez la grenouille agile ou le sonneur qui possèdent des sacs vocaux internes, le chant est également de plus faible intensité. Le chant des grenouilles, des rainettes ou des crapauds peut s’entendre à plusieurs kilomètres de distance. On pense souvent que le chant des grenouilles est simplement émis à la saison de la reproduction, ça n’est pas exact. Les grenouilles, par exemple, émettent des sons en diverses circonstances comme pour avertir et menacer un intrus, appeler ou répondre à un congénère, en cas de surprise, de frayeur ou d’impatience. On ignore évidemment si ces chants correspondent ou non à des émotions, ce qui serait parfaitement loisible puisque les anoures possèdent un cerveau parfaitement équipé pour cela.






Amphibiens :
http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/PetitBuffon/amphibien/index.htm

Un excellent site : http://www.herp.it (Amphibiens et reptiles d'Europe)
Voir aussi : http://batrachos.fr

Batraciens / Reptiles / Site de Pierre Yves Vauchet :
http://www.batraciens-reptiles.com/classification_batraciens.htm

Batraciens : http://batraciens.net/batraciens2.php

Batraciens du Leman : http://www.lemanlake.com/pages/faune/amphib.htm

Batraciens de la Sarthe : http://photosinsectes.fr/batraciens/batracie.html

Batraciens : http://pdubois.fr/liste.php?MyGallery=30

Atlas cartographique des batraciens de l'Isère :
http://alpesoiseaux.fr/php/atlas_batraciens.php

____________________

Parasites de batraciens :
http://www.eman-rese.ca/rese/ecotools/protocols/terrestrial/herp_parasites/page2.html





[ Corrélats : Espèces protégées / Amazone / ...]

Retour