Pour différentes raisons, certaines rédhibitoires (âge, cessation d'activité professionnelle), à partir du 1er mars 2016,
je n'actualiserai plus cette page de façon suivie. On trouvera facilement les liens vers les sites auprès desquels je m'informais.
Entrez un mot-clé
Bio-aérosols



Spores de moisissure
Les bio-aérosols sont des particules aéroportées vivantes ou provenant de microorganismes vivants. Ils comprennent les microorganismes vivants, cultivables ou non, les microorganismes morts, des fragments de ces microorganismes (parois, flagelles, matériel génétique, antigènes, etc.) et des toxines.


La plupart de ces bio-aérosols sont sans danger pour l’homme ou les êtres vivants, animaux ou plantes, voire importants pour leur développement. D’autres, a contrario, sont pathogènes ou au moins préoccupants dans le cas de leur prolifération.

Les bio-aérosols se rencontrent chez les virus, les bactéries, les spores fongiques, les moisissures, les levures, divers algues et protozoaires, des acariens, des pollens, des fragments animaux ou végétaux dès lors qu’ils sont assez petits pour être aérotransportables et surtout assez petits pour pénétrer dans les organismes par voie respiratoire ou digestive et / ou de contaminer les revêtements cutanés ou muqueux des organismes vivants.

1) Les virus :

Les virus sont de très petites particules « vivantes », la plupart de taille inférieure à 250 µm. Les virus sont composés d’ARN ou d’ADN dans une capsule protéique. Les virus sont des parasites obligatoires d’une cellule hôte animale, végétale, bactérienne et même virale sans laquelle ils ne peuvent pas se reproduire. Le plus souvent, une infection virale s’accompagne de troubles spécifiques plus ou moins graves, sinon mortels. Certaines infections virales peuvent être évitées par la vaccination. D’autres, très rares, peuvent être soignées par des traitements spécifiques. La plupart n’ont pas de traitement connu… Si le malade guérit, il sera ou pourra être vacciné.

Les bio-aérosols viraux sont légions dans le milieu du travail. C’est d’abord particulièrement vrai dans les secteurs de la santé (hôpitaux, cliniques, dispensaires, etc.) et touche tous les personnels des médecins aux techniciens y compris ceux qui ne sont jamais au contact avec des malades. C’est aussi le cas des travailleurs soumis au risque des zoonoses virales : éleveurs, paysans, vétérinaires, personnel des IAA, etc. Mais c’est plus largement vrai dans toutes les professions en contact avec des publics potentiellement contagieux : enseignants, policiers, pompiers, personnel au service d’une clientèle ou d’usagers, personnel chargé de l’entretien, employés de la voirie, des stations d’épuration, postiers, commerçants, etc.

2) Les bactéries :

Les bactéries sont des organismes cellulaires dont les dimensions se situent entre 0.3 et 15 µm. Ces organismes se reproduisent par scissiparité.

Les bactéries se manifestent dangereusement par la capacité de développement de leurs populations (virulence) et / ou du fait des toxines qu’elles sécrètent, particulièrement les endotoxines des bactéries Gram moins (toux, fièvres, troubles pulmonaires et gastro-intestinaux).

Les bactéries les plus susceptibles de poser problème en terme de bio-aérosols sont surtout des eubactéries saprophytes des flores normales des hommes, des animaux ou des végétaux. Ainsi, les Bacillus sp., les Staphyllococcus sp., les Corynobacterium, les Micrococcus sp., les Acinetobacter sp., les Moraxella, qui sont des bactéries de l’épiderme et des muqueuses de l’homme, sont les plus fréquemment trouvées dans les bio-aérosols des intérieurs (bureaux, ateliers, écoles, habitations, etc.). Ensuite, on rencontrera surtout des bactéries telluriques (Actinomycetes, Flavobacterium, Rhodococcus, Nocardia, etc.) et de façon plus rare, sinon exceptionnelle, des bactéries d’origine fécale (Proteus, E. coli, etc.

Les bactéries Gram moins, parce qu’elles possèdent une paroi plus résistante qui leur permet de supporter des déshydratations importantes sont plus fréquentes dans les bio-aérosols que les bactéries Gram plus, plus fragiles.

Tous les milieux de travail où se conjuguent la présence d’humidité et la richesse en matière organique morte, sont particulièrement exposés aux bio-aérosols bactériens. C’est le cas pour l’agriculture, l’élevage, les abattoirs et les industries agroalimentaires dérivées, le traitement des déchets et des eaux usées, les équarrissages, les secteurs de la santé (maladies nosocomiales), les vétérinaires, les animaleries, ainsi que les installations de climatisation (Légionelles).

3) Les levures et les moisissures :

Si les levures peuvent être aéroportées, les moisissures ne le sont guère du fait de leur nature filamenteuse. Ce sont surtout leurs spores que l’on retrouvera dans les bio-aérosols d’origine fongique.

Les levures et les moisissures se développement principalement sur des végétaux en décomposition ou tous matériaux cellulosiques, à la surface des sols ou des parois humides. Les spores qu’elles produisent sont tout à fait capables de survivre à des conditions peu favorables et de se développer aussitôt que les conditions redeviennent plus favorables.

Naturellement, les levures et les moisissures se développent plutôt à l’extérieur des locaux, pourtant c’est en se développant dans les locaux que ces organismes sont les mieux à même d‘entraîner des troubles sur les humains ou les animaux contaminés. Les nouvelles techniques de construction ont introduit de nombreux éléments riches en composés cellulosiques sur lesquels ces champignons vont trouver de très bonnes conditions de développement et, de surcroît, dans les locaux, les températures qui y règnent le plus souvent, sont particulièrement favorables (Placoplatre, colles, cartons, papiers peints, tapis, tentures, bois particulaires, etc.)

Les moisissures les plus fréquemment rencontrées sont les Penicillium, les Aspergillus et les Cladosporium. Ces organismes sont responsables de divers effets désagréables ou dangereux par la libération de mycotoxines, de composés organiques volatils (COV et odeurs de moisi) et des glucanes. Les effets notables sont surtout des irritations, des allergies, des mycoses, des réactions immunitaires, des intoxications aiguës (Syndrome toxique aux poussières organiques ou ODTS), des intoxications chroniques (mycotoxycoses), etc.

Certaines moisissures touchent des professions spécifiques comme Histoplasma ou Blastomyces ; histoplasmose chez les éleveurs, les agriculteurs, les paysagistes, etc. ou blastomycose chez les bûcherons ou les pêcheurs.

Je rappelle pour mémoire que les archéologues peuvent être gravement atteints par des spores d’Aspergillus associées ou non à d’autres fongi (Pneumocystis carinii) lors de l’ouverture de monuments funéraires (tombeau de Toutankhamon, crypte des rois de Pologne).

4) Les protozoaires :

Les bio-aérosols à protozoaires sont peu fréquents et n’affectent que des milieux professionnels proches des milieux aquatiques comme les piscicultures, les piscines, les stations d’épuration, les usines de traitement de l’eau, les châteaux d’eau, les parcs d’attractions nautiques, etc. Un des agents le plus fréquemment incriminé est Cryptosporidium. Toutefois, ce protozoaire est surtout un problème de santé publique en Amérique du Nord.

5) Les acariens :

Ce sont surtout les excréments des acariens et des tiques qui posent problème en termes de bio-aérosols. Ces excréments sont des allergènes responsables de l’asthme.




Guide sur la protection respiratoire contre les bioaérosols / Recommandations sur le choix et l’utilisation
http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/RG-497.pdf

Les bioaérosols en milieu de travail : guide d’évaluation, de contrôle et de prévention
http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/T-23.pdf

Les bioaérosols
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bioa%C3%A9rosol

Métrologie des bioaérosols
http://www.inrs.fr/htm/thematique_metrologie_des_bioaerosols.html

L'échantillonnage et l'analyse des aérosols microbiens
http://en.inrs.fr/htm/l_echantillonnage_analyse_aerosols_microbiens.html

ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE SUR L'ÉVALUATION DES RISQUES LIÉS AUX BIO-AÉROSOLS GÉNÉRÉS PAR LE COMPOSTAGE DES DÉCHETS
http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/etud_impact/rapcar_ei52.pdf

Risques biologiques en entreprise : tous concernés
http://www.sante-travail-lyon.org/diaporamas/risque-bio-en-entreprises-inrs.pdf

Métrologie des polluants
http://www.inrs.fr/htm/metropol_metrologie_des_polluants.html

Élimination des DASRI et assimilés / Déchets infectieux
http://www.univ-nc.nc/IMG/pdf/INRS_-_dechets_infectieux.pdf

Risques biologiques au travail
http://biotec.ac-dijon.fr/enseigne/dossier.doc/doc.stocks/risques.biologiques.autravail.pdf






[ Corrélats : Risques biologiques / ...]



Retour