Entrez un mot-clé
*
Front de gauche




Au risque de paraître totalement immodeste, je revendique fortement d’avoir été au Front de Gauche dès les années 1958 et fait du Mélenchon comme M. Jourdain faisait de la prose, peut-on lire dans cette pièce dont j’ai toujours exécré le titre !

Évidemment, cette posture n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat d’une éducation, d’une origine, d’une culture, peut-être aussi de relents judéo-chrétiens qui collent aux basques (aux bretons aussi) et même après récurage.

Des lectures, des rencontres, des apprentissages, des voyages, des expériences, des engagements, des blessures, des deuils, des peines, des désespoirs, des grandes joies ont patiemment forgé une manière d’être, de dire, de penser, de piquer des colères, de partager, de dénier, de rejeter, d’offrir, de construire une personne dont je pense que je la regretterai quand elle sera réduite en cendres.

Je déteste qu’on se prévale d’être de droite comme si l’on ne devait jamais rien qu’à soi-même, à sa petite personne bien souvent pitoyable et sans intérêt aucun. Je déteste, en bloc et en détail, toutes les formes d’appropriation, de tricherie, de malhonnêteté, surtout intellectuelle. Je n’ai jamais rien volé à personne. Et s’il m’est arrivé de mentir, c’est en racontant des histoires afin qu’elles soient crédibles ou fassent rêver.



Je ne crois pas que quiconque à ma place aurait pu faire de ma vie quelque chose de plus riche, de plus agréable, de plus passionnant, de plus complet que ce que j’ai réussi à faire avec ceux que j’ai accompagnés et auxquels je dois tant. Et tant mieux si cela fut réciproque.

Je désespérais pourtant de la dégradation sociale qui s’installait toujours plus fortement sous cette Ve république et cela d’autant plus vivement que notre génération avait su manifester tant de bonnes idées de progrès sociétal jusqu’à ce que les mouvements qui connaissent leur point d’orgue en 1968 soient trahis par ceux-là même qui, aujourd’hui, trahissent toutes les gauches et tous ceux qui aspirent à autre chose que l’ordre bourgeois : soumettre par la violence.

Je fonde une attente raisonnable sur le Front de Gauche, moins en raison des personnalités, souvent remarquables, qui s’y sont engagées que de la philosophie des programmes politiques proposés. J’ai l’impression de retrouver mes vingt ans et si c’est illusoire, sur bien des plans physiques s’entend, c’est parfaitement jubilatoire sur le plan intellectuel et si ça ne fait pas mieux dormir, ça permet de rêver ou de remettre à encore un peu plus tard l'usage de la chevrotine, même si je ne doute pas que l'on sera bien obligé d'y passer pour se débarrasser des inhumains : gredins et autres goinfres...

Quelques liens :

Blogue de Mélenchon : http://www.jean-luc-melenchon.fr/

Front de gauche : http://www.placeaupeuple2012.fr/

Demain est à nous : un discours fondateur !

Cela précisé, un peu plus d'un an après avoir mis en lien le discours de Mélenchon, je constate qu'il a suscité désespoir puisque seuls les traitres socialistes, les faschistes du FN et les pourritures de droite sont les seuls qui ont droit de cité... On pourra bientôt tous se lever pour Daesh, daesh...

Retour