Entrez un mot-clé
Commensalisme
Commensalisme


Le moineau domestique (Passer domesticus) est un des
plus connus et des plus familiers commensaux de l'homme.
Le commensalisme (littéralement : manger à la même table) correspond à un type de relation où une espèce en " exploite " une autre, mais sans établir de relation de nature parasitaire.




L'exploitation se résume la plupart du temps au fait qu'une espèce grappille un peu de la nourriture que l'espèce exploitée gaspille. C'est le cas des relations qu'entretiennent les poissons-pilotes avec les requins, des relations qu'entretiennent diverses espèces de crabes avec des anémones ou encore des relations qu'entretient Monsieur Chien mal élevé avec son maître quand il déjeune en lisant le journal…

Dans de très nombreux exemples de commensalisme, les relations qui s'établissent entre les deux espèces sont très proches des relations qualifiées de mutualisme, voire des relations symbiotiques, c'est-à-dire des relations où les deux espèces s'apportent mutuellement quelque chose.

Milichiidés commensaux d'une thomise
Sur la photo ci-contre, des petites mouches, probablement du genre Desmometopa de la famille des milichiidés, sont installées dans le spathe d'un arum et vivent en commensales avec les araignées thomises avec lesquelles elles "partagent" les proies.


Ces petites mouches procèdent de la même façon avec les mantes religieuses. Il n'est pas certain que les araignées ou les mantes tirent un quelconque avantage à cette relation. C'est d'ailleurs la raison qui fait qu'on parle aussi de kleptoparasitisme. C'est aussi ce terme que l'on retient pour les comportements de vols de proie tels qu'ils se pratiquent, par exemple, du lion vis-à-vis du guépard ou des lycaons vis-à-vis du lion.

Des mouches du genre Desmometopa autour d'une argiope
Plus étonnant encore, ces petites mouches du genre Desmometopa qui pratiquent le kleptoparasitisme sur une argiope et, pour ce faire, n'hésitent pas à se promener sur sa toile en toute impunité !





L'auteur de cette page est, bien entendu, seul responsable de ses propos sur la charge de travail supplémentaire apportée aux baleines par des balanes surnuméraires (cf. phorésie) :
http://lasymbiose.fr/html/commensalisme.html

Plantes myrmécophiles :
http://nepenthes-tipe.ifrance.com/commensalisme_et_symbiose%202.htm

Des bactéries commensales qui savent aussi être pathogènes :
:http://www.microbes-edu.org/etudiant/neisseria.html

Brucellose :
http://www.microbes-edu.org/etudiant/brucella.html

Résistance aux antibiotiques des bactéries commensales isolées chez les éleveurs de porcs :
http://www.invs.sante.fr/display/?doc=publications/2004/resistance_atb_eleveurs

L’impact des antibiotiques sur les flores commensales conditionne l’avenir de la résistance :
http://disc.vjf.inserm.fr:2010/basismedsci/2002/ms_3_2002/sommaire/364_andremont.pdf

Entérobactéries commensales :
http://www.chups.jussieu.fr/polys/bacterio/bacterio/POLY.Chp.7.1.5.html






[ Corrélats : Mutualisme / Symbiose / Facteurs biotiques / ...]

Retour