Entrez un mot-clé
Compétition
Compétition



Un des fondements de la morale bourgeoise est " soumettre, y compris par la violence ". La morale populaire est davantage libertaire... S'il n'y a plus de libertés, c'est bien parce que le peuple a tout perdu, son âme et jusqu'à son pouvoir d'achat,
en croyant qu'il gagnerait à devenir bourgeois.


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Généralités / La dynamique des groupes sociaux / La non-solidarité ouvrière et syndicale / Égalité des chances ou égalité tout court ? / Chez les babouins, le pouvoir est stressant / Sites Internet et articles / Corrélats /


En écologie, la compétition est donnée comme le fait que des individus d'une même espèce (compétition intraspécifique) ou d'espèces différentes (compétition interspécifique) se concurrencent pour l'accès à des ressources alimentaires, territoriales, partenariales, etc. quand ces ressources sont exploitées au même endroit et de façon simultanée.

C'est aussi un jeu... surtout quand le combat oppose
des sujets jeunes... hors de la saison du rut !
On ne peut pas nier, bien sûr, que la compétition existe. Mais, je doute qu'elle soit aussi intensément permanente qu'on veut souvent l'accréditer.


Il est vrai que la lecture de Darwin*** selon que l'on soit né riche et puissant ou pauvre et misérable n'offre pas les mêmes interprétations.

[*** Je voudrais préciser que contrairement à ce que l'on entend trop souvent à la radio, lit dans les journaux ou voit à la télé, Darwin n'a pas inventé l'évolution, pas même l'idée d'évolution. Cette notion était déjà connue depuis les philosophes grecs. Darwin n'ignorait rien des travaux de Lamarck ou de ceux de Wallace. Darwin a su, en son temps; et sans conteste; faire la synthèse de toute une série de travaux disparates sur ce thème; travaux qui donnaient surtout lieu à toute une série d'interprétations, d'hypothèses ou de théories peu crédibles. Darwin n'a jamais été véritablement un chercheur, j'allais écrire un scientifique, ce serait peut-être exagéré, mais l'histoire a quand même retenu, par exemple, qu'il ne s'intéressait guère aux fossiles, ce qui peut sembler paradoxal... Non ? ]
Deux machaons s'affrontent à grands coups d'ailes...
.
Dans la réalité, les espèces animales, et probablement aussi les espèces végétales, s'arrangent d'une manière ou d'une autre à ce que le niveau de compétition entre les individus soit le plus abaissé que possible.

Dans les cas des compétitions intraspécifiques, ce sont surtout des règles comportementales et sociales qui en abaisse le niveau. Par exemple, la mise en place de statuts hiérarchiques permet, par exemple, d'éviter que tous les individus d'une troupe fasse la mêlée sur une proie ou une mangeoire…

" Humilié, je ne sais pas, mais groggy et une
déchirure à l'aile... J'ai l'air de quoi ? "
Dans les cas des compétitions interspécifiques, ce sont surtout l'occupation de niches disjointes qui en règle le problème. Dans la compétition dite de combat, c'est-à-dire les affrontements qui se déroulent pour la possession d'un territoire, pour l'obtention ou la conservation d'un statut hiérarchique ou encore au cours des combats rituels entre mâles au moment du rut ou au moment des pariades, une chose remarquable, c'est que cette compétition ne s'accompagne que très rarement de blessures ou de mort…



Je dirais même, que contrairement à ce qui se passe trop souvent dans l'espèce humaine, le vaincu d'un tel affrontement n'est jamais humilié.



La dynamique des groupes sociaux :

C’est principalement la rareté d’une ressource qui favorise l’apparition des mécanismes de compétition entre les individus intéressés par cette ressource. Lorsque la ressource est un partenaire sexuel, la compétition est uniquement intraspécifique. Lorsque la ressource est alimentaire ou liée à l’espace vital (sites favorables à la nidification, dortoirs, territoires de chasse, etc.) la compétition est tout aussi bien intraspécifique qu’interspécifique.

Normalement, la question de la dynamique d’un groupe social ne devrait se poser que pour des relations de compétition intraspécifique. Mais dans certains cas, la notion de groupe social peut se trouver élargie artificiellement lorsque la question de la niche écologique est perturbée pour diverses raisons.

C’est caractéristiquement le cas sur les mangeoires hivernales puisque la fourniture artificielle de graines ne tient aucunement compte des spécialisations alimentaires d’oiseaux aussi différents que les verdiers, les tarins, les pinsons, les sittelles, le rouge-gorge, l’accenteur et diverses espèces de mésanges… Le groupe social des oiseaux sur la mangeoire est donc élargi à pratiquement une dizaine d’espèces différentes. L’expression des formes de compétition en est donc compliquée.

Dans le schéma classique, et pour les groupes sociaux intraspécifiques, trois cas sont à considérer. Le cas où la ressource est rare, auquel cas c’est plutôt l’entraide (altruisme) entre les individus qui prévaut. Le cas où la ressource est abondante auquel cas on n’observe pas de véritable compétition (et pas de véritable lien social non plus).

La compétition est notable lorsque la ressource est limitée. Lorsque la ressource est limitée, mais dispersée, c’est la compétition de vitesse qui prévaut… C’est à qui va se trouver le premier sur la ressource qui l’emporte. Lorsque la ressource est limitée, mais concentrée, c’est la compétition agressive qui prévaut, c’est-à-dire que c’est le statut hiérarchique des individus qui prévaut quant à l’accès à la ressource. Généralement, les individus dont le rang est le plus élevé sont prioritaires. On pourra cependant observer des exceptions, par exemple, du fait de l’établissement d’alliances qui permettent de contrer les dominants ou d’établir des passe-droits. La compétition agressive (qui est particulièrement contre passionnelle) s’accompagne toujours d’une phase (compassionnelle) de réduction des tensions (toilettage, bavardages,…).

Dans le cas des mangeoires,* et seulement sur la mangeoire avec des graines de tournesol, ce sont essentiellement les verdiers qui installent des mécanismes de compétition, soit entre aux, soit vis-à-vis de deux ou trois espèces comme les mésanges charbonnières, les pinsons et dans une moindre mesure les mésanges bleues.

Remarquablement, lorsque les mangeoires viennent d’être approvisionnées (nourriture abondante et facile d’accès), je n’observe aucune compétition, sauf peut-être de la part des sitelles dont la seule présence laisse les mangeoires promptement vidées de tout occupant.

C’est quand la quantité de graines de tournesol commence à diminuer dans la mangeoire, c’est-à-dire lorsque les oiseaux sont obligés de descendre au fond de la mangeoire, que la compétition devient plus vive. Les mâles commencent par être agressifs vis-à-vis des femelles, puis à mesure que les graines se font moins nombreuses, ce sont les mâles de statut hiérarchique le plus élevé qui se nourrissent, puis le mâle dominant n’accepte plus la présence des mésanges charbonnières, puis de certaines mésanges bleues. Les mésanges nonnettes et les tarins ne semblent pas impressionnés d’aucune façon par les mimiques du verdier et plongent entre ses pattes pour se nourrir.



* [je précise qu’il s’agit uniquement d’observations sur les mangeoires dont je m’occupe : l’une est approvisionnée en graines de tournesol, une autre en gras de rognon de veau et la troisième (directement sur le sol) en graines diverses (chènevis, millet, blé, etc.) pour moineaux, pigeons, tourterelles, merles et autres oiseaux qui ne pourraient pas se poser sur les autres mangeoires].

La mangeoire vient d'être approvisionnée... Les oiseaux sont seulement pressés de se nourrir...
La mangeoire commence à se vider... les oiseaux sont encore calmes sauf un mâle qui houspille une femelle...
La mangeoire se vide de plus en plus... Un oiseau de statut élevé houspille ses voisins...





Sites Internet :

Compétition et approvisionnement alimentaire chez 2 souches de souris domestique, Mus m. domesticus (DDO) et Mus m. musculus (MDH) : Interactions entre mâles et effet des odeurs sociales :
http://www-leec.univ-paris13.fr/fiches/jacquot/Jacquot-VersionDef.pdf

Etes-vous stratégie [K] ou stratégie [r] ?
http://lesmutants.site.voila.fr/strategie.htm

Thlaspi caerulescens : une plante métallique lourdement lestée :
http://www.petzi.org/thlaspi/
http://www.petzi.org/thlaspi/content.html

Notion d'écologie :
http://www.geocities.com/boss_be_99/notion_ecolo.htm

Stratégies de ponte et d'alimentation larvaire chez la pyrale de la canneberge, Acrobasis vaccinii (Lepidoptera : Pyralidae) :
http://www.theses.ulaval.ca/2003/20885/20885.html






[ Corrélats : Condition de la femme / Travail / Industrie / Harcèlement / Ambiance / Altermondialisme / Stratégies adaptatives / Partage / Altruisme / Dynamique des écosystèmes / Concurrence vitale / Cohabitation / Notion de niche / Relations intra et interspécifiques / Parasitisme / Tropical / Chenilles / Cyanobactéries / ...]

Retour