Entrez un mot-clé
Dimorphisme sexuel
Dimorphisme sexuel


Argiope lobata
Le mâle profite que la femelle est occupée
à dévorer une proie pour s'en approcher
Lorsque dans une espèce, il est possible de distinguer le mâle de la femelle sur des critères autres que les caractères sexuels primaires, on peut parler de dimorphisme sexuel.


Cela peut concerner la taille, comme chez les araignées où les mâles sont le plus souvent plus petits que les femelles ; on observe la même chose chez certains oiseaux (tiercelets d'autour ou d'épervier) ; chez beaucoup de mammifères, c'est plutôt le contraire ; cela peut concerner la coloration différenciée, par exemple, chez les oiseaux où les mâles sont plus ou différemment colorés que les femelles ou le contraire comme chez les phalaropes. La crinière des lions ou des otaries, la crête des coqs, la barbe chez l'homme quand bien même il la raserait ou les seins chez la femme (encore que maintenant, ceux-là se greffent ou s'imitent et peuvent fournir des raisons d'être confus...), sont d'autres exemples de dimorphisme sexuel.

Le dimorphisme sexuel peut être exagéré comme chez certaines espèces de poissons chez lesquelles le mâle minuscule, pratiquement réduit à ses gonades, vit en « parasite » sur sa femelle. Le dimorphisme peut même être extrême comme chez des rotifères où l'on n'a jamais observé de mâles !... Il n'existe pas d'espèces où l'on n'a jamais observé de femelles...

Naturellement, s'il existe des différences entre les mâles et les femelles chez certaines espèces, c'est que ça sert à quelque chose, par exemple, à ne pas perdre du temps à séduire un partenaire du même sexe... surtout si l'on veut se reproduire.
Misumena vatia
L'idée selon laquelle les femelles d'araignées seraient de grosses dévoreuses de mâles est très surfaite. Sur la photo ci-contre, on voit parfaitement que le mâle de l'araignée thomise est très bien accepté par la femelle. Sans doute aura-t-il dû prendre quelque précaution pour se faire reconnaître et accepter autrement que comme une proie potentielle.

Mais cela fait, tout se passe harmonieusement comme dans bien des couples animaux.



Il faudrait quand même ajouter que si les femelles avaient dû tant que cela manger leur futur conjoint, nous ne connaîtrions pas le mot araignée !




Très sérieusement !!! Un article plus en rapport avec le sexe ratio qu'avec le dimorphisme sexuel / À lire..." Toujours plus pratiquantes ". La permanence du dimorphisme sexuel dans le catholicisme français contemporain / Claude LANGLOIS /

Ce texte (1995) se concluait par : " Entre le dogme et la pratique, l'anthropologie ? Peut-être… " En 2004, parlerait-on de voile et de vapeurs ? : http://clio.revues.org/document533.html?format=print

Puberté et dimorphisme sexuel :
http://www.megapsy.com/Mental/Sexualite/005.htm

Dans : La vie sexuelle de l'homme :
http://www.megapsy.com/Mental/Sexualite/index_sexualite.htm

Dans : La vie mentale de l'enfance à la vieillesse :
http://www.megapsy.com/Mental/index_mental.htm

LES ARCTIIDES, des "Écailles" aux chenilles "oursonnes" http://aramel.free.fr/INSECTES13ter-5.shtml

LES LYMANTRIIDES, des "faux Bombyx" aux chenilles forestières ravageuses :
http://aramel.free.fr/INSECTES13ter-6.shtml

LES PIÉRIDES, des papillons communs blancs, jaunes, orangés ou verts souvent tachés de noir
http://aramel.free.fr/INSECTES13ter-7.shtml

Dessins de Albert Dubout :
http://www.dubout.fr/fr/dessins/couples/index.php






[Corrélats : Sexe ratio / ...]
Retour