Entrez un mot-clé
Dormance
Dormance


Sans la dormance, j'aurais sûrement du mal à
conserver ma récolte de haricots "Soissons"
L'état de dormance désigne, chez les végétaux, un arrêt momentané du développement.


Cet arrêt peut concerner toute la plante comme au cours de la diapause qui intervient chez les arbres caducifoliés pendant l'hiver ou à d'autres moments (saison sèche ou saison humide, mousson, etc.) dans d'autres biomes tropicaux. L'arrêt peut ne concerner qu'une partie de la plante. C'est le cas pour les graines qui ne germent généralement pas aux époques défavorables même si certaines conditions de température ou d'humidité semblent réunies.

Dans les graines des spermaphytes, plantes qui regroupent les gymnospermes et les angiospermes, l'embryon est protégé et mène une vie au ralenti. Ce ralentissement est très certainement dû au fait que la graine est un milieu très déshydraté, comme le sont les spores bactériennes, les spores des champignons, ou celles des mousses et des fougères.

L'état de dormance de l'embryon dans la graine peut durer plusieurs années et même plusieurs dizaines d'années. Cette année 2004, 31 ans après que j'ai défriché pour la première fois un petit bout de terrain pour y faire pousser quelques fleurs, j'ai eu la surprise de voir resurgir des pommes épineuses (Datura stramonium) dont je me souvenais parfaitement que je m'en étais débarrassé, au même endroit, en 1973, pour la raison surtout que leurs graines sont toxiques et que mes enfants étaient encore bien jeunes et peu formés à la toxicologie.

Pour que la graine germe, il faut que l'état de dormance dans lequel elle se trouve, soit levé. Cet état peut être maintenu par diverses enveloppes de la graine. C'est le cas souvent tant que la graine est encore entourée par le fruit lequel contient des substances inhibitrices à la germination. La graine ne germera que si le fruit est détruit, mangé, pourri, etc. C'est aussi le cas des téguments de la graine dont beaucoup contiennent de l'acide abscissique, c'est-à-dire une hormone végétale qui s'oppose à la germination. La graine ne pourra donc germer que si le tégument est détruit ou si l'action de l'acide abscissique est inhibée.

L'état de dormance est levé au cours d'un certain nombre de processus parmi lesquels on connaît l'action de l'exposition prolongée à la lumière. Chez les graines à photosensibilité positive, le tégument de la graine contient un phytochrome. C'est un pigment qui, activé, stimule l'embryon et provoque la germination. L'activation du phytochrome est assurée par l'exposition à la lumière. Le phytochrome activé stimule la synthèse des protéines et surtout agit sur la perméabilité membranaire des cellules. On notera que l'action des phytochromes est synergique de celles de gibbérellines.

Certaines graines possèdent leur phytochrome sous forme activée. La dormance est donc assurée par d'autres processus.L'altération des enveloppes de la graine est un processus mécanique souvent observé. Les jardiniers savent depuis très longtemps que le trempage de certaines graines favorise la levée. Il en va de même avec la scarification.

La température d'exposition des graines est aussi un phénomène bien connu maintenant pour la levée de la dormance. On sait qu'un nombre important de graines ont besoin d'une exposition au froid pour germer. Le froid ne lève d'ailleurs pas seulement la dormance des graines, mais plus largement celle de différents autres organes de la plante, comme les bulbes, les tubercules, etc.

Un des aspects parmi les plus remarquables associés à la levée de la dormance de la graine, c'est le processus d'imbibition et de gonflement qui en résulte. Les forces osmotiques mises en jeu sont considérables. Cette phase ne dure guère plus de 48 heures. On peut considérer que la fin de la germination correspond avec l'apparition de la radicule.




Cauchemar :

Vous ne le saviez peut-être pas, mais les hivers trop doux au Maroc retardent ou inhibent le débourrement des bourgeons des pommiers de variété Golden.

Catastrophe : pas moyen d'avoir des pommes dès le mois d'avril pour satisfaire les consommateurs qui ne sauraient pas attendre juillet, date normale pour récolter cette pomme précoce malgré tout, même sous notre climat.

Heureusement, la chimie pourvoit ! Pour provoquer ce débourrement, il suffit d'appliquer du dinitro-orthocrésol (DNOC) et miracle : la levée de dormance du pommier `Golden Delicious' cultivé en plaine marocaine permet de produire pommes à pas cher…

Sauf que le dinitro-orthocrésol est un produit chimique qui provoque des dommages sur les ouvriers qui le manipulent. Ces produits entraînent même des maladies inscrites au tableau des maladies professionnelles, en tout cas en France, au Maroc, je ne sais pas.

Mais à côté d'anémies et autre joyeuseté, je lis que ces produits ont aussi des atteintes psychiques : de l'euphorie… jusqu'à l'extase. Ouf… Me voilà rassuré.

Je peux même me passer de vous raconter que ce produit a des effets préjudiciables sur la microflore des sols.

__________

Effets du dinitro-orthocrésol (DNOC) sur la levée de dormance du pommier `Golden Delicious' cultivé en plaine marocaine :
http://www.edpsciences.org/articles/fruits/abs/2001/05/mahhou/mahhou.html

Effect of dinitroorthocresol on soil microflora :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=4731241&dopt=Abstract

Tableau des maladies professionnelles :
http://www.cpam-ardeche.fr/maladies_prof/tableaux/14.html

etc.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le DNOC est aussi un insecticide, très largement utilisé, par exemple, contre les psylles. Oui, mais pour cet usage, et dans la communauté européenne, le DNOC a été interdit.

Heureusement Sygenta veillait et peut maintenant proposer, pour remplacer le DNOC, trois autres produits à appliquer à différentes époques de l'année... pour (et c'est Sygenta qui l'écrit) " arriver à la récolte sans trop de problèmes " ... sans doute, mais pour qui ?

L'Agrimec est l'un des trois produits recommandé... Ci-après une extrait de la fiche Teletox qui le concerne :
INGESTION : Pour les faibles doses les symptômes sont souvent mineurs à type de troubles digestifs notamment pour des doses de l'ordre de 20mg/kg.
En cas d'ingestion massive, des manifestations plus graves ont été rapportées notamment hypotension, troubles de la conscience pouvant aller au coma** avec dépression respiratoire, pour de fortes doses (à partir de 100mg/kg)

INHALATION : Pas de données disponibles chez l'homme.


** Vous avez dit dormance ?




Sommeil et monde végétal :
http://sommeil.univ-lyon1.fr/SFRS/pub/bulletins/7/vegetal.html

Inhibition tégumentaire et dormance embryonnaire :
http://www.botanique.org/botanique/germination/inhibition-tegumentaire-dormance-embryonnaire-article24401.html




[ Corrélats : Diapause / Hivernage / Hibernation / Vernalisation / Dynamique des écosystèmes / Adaptations / Notion de succession / Pyrophiles / Vivaces, bisannuelles, annuelles / Décidu / Cyanobactéries / Orobanchacées / ...]

Retour