Entrez un mot-clé
Dunes continentales


Peuplement ouvert à Corynephorus canescens*
En France, les dunes continentales sont constituées soit sur des sables siliceux plus ou moins mobiles, soit sur des sables et des arènes, plus ou moins fixés et riches en calcaire.


[* Corynephorus canescens n'est pas une graminée propre aux seules dunes continentales, on trouve aussi cette espèce sur les arrières dunes littorales fortement décarbonatées, ainsi que sur des alluvions sableuses comme le long de la Loire ou de l'Allier.]

I Les dunes sur sables siliceux.

Le terme de dune est probablement impropre, puisque ces habitats sont plutôt localisés à des clairières forestières, à des chemins, des trous et autres lieux provisoirement ouverts sur lesquels on observe, sur des sables blanchâtres, une végétation clairsemée, rapidement desséchée dès la fin du printemps.

Ces dunes sont généralement soumises à de fortes insolations estivales. C'est ce facteur qui conditionne principalement la dynamique des peuplements végétaux. Dès la fin de l'hiver, diverses annuelles fleurissent rapidement, puis disparaissent. Puis, au début de l'été, les touffes dispersées de Corynephorus canescens (Corynéphore) fleurissent. C'est vers l'automne que fleurit Jasione montana (Jasione des montagnes) tandis que les annuelles, qui fleuriront au printemps, germent.

Toutes les plantes rencontrées sur cet habitat présentent de fortes adaptations à la sécheresse (espèces crassulescentes comme les orpins, racines très développées des corynéphores, mousses reviviscentes, annuelles fugaces à fort potentiel reproductif, etc.).

Si, au départ, sur des sables mobiles (dunes blanches), les peuplements sont clairsemés, rapidement la végétation fixe le substrat et enrichit le sable de matière organique et d'humus. On passe à la dune grise, puis à la dune noire. Deux scénarii sont possibles : soit la mise en place d'une lande à Callune, soit l'établissement d'une pelouse sur sol siliceux enrichi avec Anthyllis vulneraria, Allium sphaerocephalon, Arabis hirsuta, Bromus erectus, Sesleria caerulea, Sanguisorba minor, Filipendula vulgaris, Euphorbia cyparrias, Carlina vulgaris, Teucrium chamaedrys, etc.

Cet habitat est très sensible au piétinement et au tassement. Rapidement les peuplements originaux sont remplacés par une végétation où domine la canche caryophyllacée (Aira caryophyllacea), la vulpie queue-de-rat (Vulpia myuros) ou la cotonnière naine (Filago minima).

Mais tout autant, des animaux fouisseurs comme le lapin peuvent jouer un rôle important sur l'évolution de cet habitat, en particulier en bloquant plus ou moins durablement le passage de la dune blanche à la dune grise ou noire, lesquelles sont retardées, voire inhibées.

D'une manière synthétique, on peut proposer la typologie des habitats sur sables siliceux mobiles suivante :

1) Habitat à Corynéphore sur sables encore très mobiles ou rendus à nouveau mobiles. Les facteurs écologiques sont une forte luminosité, un fort albédo, de fortes variations de températures au cours de la journée, une évapotranspiration intense, une forte sécheresse. Les plantes les plus fréquemment observées sont Corynephorus canescens, Teesdalia nudicaulis (Teesdalie), Filago minima (Cotonnière naine), Spergularia morisonii (Spargoute printanière).Cet habitat présente, en outre, trois phases dynamiques : une phase pionnière à Corynéphores (dune blanche), une phase à Agrostis et Fétuque ovine (dune grise) et une phase à lichens très recouvrants (dune noire).

2) Habitat à Canche printanière, principalement sur les chemins qui parcourent l'habitat à Corynéphores où le sable est tassé, donc moins mobile.

3) Habitat à Fétuque ovine et agrostide des chiens, préalable à une évolution vers une pelouse fermée.

4) Habitat à Vulpie queue-de-rat et Cotonnière naine aussitôt que les sables deviennent moins acides (enrichissement humifère).

5) Habitat à Nardure de Lachenal si le substrat s'appauvrit et s'acidifie davantage (présent surtout dans les Vosges).

II Les dunes sur sables calcaréo-siliceux.

Le plus souvent, ces dunes se rencontrent sur des dépôts fluviatiles, quelques fois sur des affleurements de roches sableuses. Les facteurs écologiques qui caractérisent principalement ces milieux sont une extrême variation de température quotidienne, surtout si la couverture végétale est clairsemée, un très fort rayonnement et une évapotranspiration intense. Mais le degré de fixation des sables, la quantité de calcaire par rapport à la silice et la cinétique de décarbonatation, donc d'acidification, sont aussi des facteurs écologiques déterminants.Ces habitats se présentent comme des pelouses. Selon la quantité de calcaire présente dans les sables, on distingue généralement :

1) Sur sables fortement calcareux :Habitat à Immortelles des sables (Helichrysum arenarium), Œillet prolifère (Petrorhagia prolifera), Calament acinos (Acinos arvensis), Alsine à feuilles ténues (Minuartia hybrida) et Alysson (Alyssum alyssoides).

2) Sur sables faiblement calcareux :Habitat à Silène conique (Silene conica), Céraiste des sables (Cerastium semidecandrum), Fausse gesse (Vicia lathryoides), Orpin âcre (Sedum acre), Érigéron âcre (Erigeron acre).

3) Sur sables en voie d'acidification (cinétique de décarbonatation importante) :Habitat à Œillet couché (Dianthus deltoides), Agrostide des chiens (Agrostis canina), Agrostide commun (Agrostis capillaris).

Ces habitats n'ont jamais ni une grande amplitude, ni une grande fréquence. La plupart d'entre eux s'observent le long des chemins forestiers, près des clairières ou des lisières forestières. Ils méritent qu'on leur prête beaucoup d'attention ne serait-ce qu'au regard des plantes qu'ils hébergent. Pourtant ces habitats pionniers sont toujours transitoires et voués à une évolution soit vers des pelouses fermées, soit des fruticées (landes à genêt à balai) et des groupements forestiers. Cette évolution peut être bloquée, voire inversée, soit par l'activité des animaux (lapins), soit par l'intervention des hommes (travaux forestiers ou agricoles).




Physique des dunes et des tas de sable :
http://www.lps.ens.fr/~hersen/data_html_french/dunes.html

L'instabilité en vagues des dunes :
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/754.htm?debut=0&theme=4

Études sur les dunes de sable et le changement climatique :
http://gsc.nrcan.gc.ca/climate/sanddune/index_f.php

Great Sand Dunes National Park :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Great_Sand_Dunes_National_Park_and_Preserve

Une étude sur les mini-dunes du Sahara pourrait s'appliquer au sol martien :
http://fr.news.yahoo.com/050928/202/4lvxp.html






[Corrélats : Habitat / Corine / ...]

Retour