Entrez un mot-clé
éco-conception
L'éco-conception



Un bel exemple d'éco-emballage...
Dans une page consacrée au développement durable, pour illustrer un des rôles que pourraient tenir les consommateurs - citoyens dans une gouvernance écologiquement responsable, j'avais choisi de parler du choix qui pourrait être le leur entre les bouteilles de lait en plastique, coûteux en énergie non renouvelable ou bien en carton, plus aisément recyclable.

L'éco-conception s'inscrit pour partie dans une démarche de gouvernance, à ceci près que la démarche est industrielle, c'est-à-dire qu'elle s'inscrit d'abord dans une logique économique (et capitaliste) et qu'il n'est pas certain que la perspective à long terme de l'éco-conception industrielle soit totalement satisfaisante.


LA JAUNE ET LA ROUGE de septembre 2003 :

L'ENTREPRISE ET L'ENVIRONNEMENT, QUELLES MÉTHODES, QUELS OUTILS ?


L'éco-conception : un tour d'horizon

Serge SIDOROFF, LINKS Conseil, GECOB Conseil Environnement et Marc JANIN, Responsable Environnement-Produit, ALSTOM Transport

Origine, définitionsDans les années 70, la réaction aux premiers grands accidents de pollution a essentiellement été la recherche de procédés curatifs visant à traiter les pollutions en aval des processus de production.

Dans les années 80, certains industriels sont passés du curatif au préventif (technologies "sobres et propres"), passant ainsi d'une attitude réactive à une attitude "proactive", mais toujours centrée sur la phase de fabrication.

Dans la décennie suivante s'est généralisée la prise en compte, dès la conception, des impacts sur l'environnement de l'ensemble du cycle de vie du produit. Cette démarche a été baptisée "éco-conception".


Définition de l'éco-conception : Approche systématique et systémique permettant de concevoir des produits satisfaisant les besoins de la clientèle tout en réduisant les impacts environnementaux de ces produits sur l'ensemble de leur cycle de vie.


Le cycle de vie d'un produit


Quelles sont les marges de manœuvre à la disposition de "l'éco-concepteur" ?

1. Choix de matériaux peu impactants

» Moins toxiques

» Renouvelables

» Peu énergivores

» Recyclés

» Recyclables

2. Réduction de l'emploi de matériaux

» Réduction de la masse

» Réduction du volume

3. Emploi de techniques propres de production

» Moins d'étapes de production

» Moindre consommation d'énergie

» Moindre production de déchets (dangereux ou non valorisables)

4. Optimisation du système de distribution

» Emballages réutilisables, plus propres, moins nombreux, moins volumineux

» Modes de transport moins énergivores, moins polluants

5. Réduction de l'impact de la phase d'utilisation

» Moins de consommation énergétique

» Sources d'énergie plus propres

» Moins d'énergie non renouvelable

6. Accroissement de la durée de vie des produits

» Durabilité et fiabilité

» Maintenance et réparation facilitées

» Structure modulaire des produits

» Fort lien produit-consommateur (valeur d'estime élevée)

7. Optimisation des traitements en fin de vie

» Désassemblage des constituants facilité

» Possibilité de réutilisation

» Possibilité de " refabrication " ou remise à neuf

» Possibilité de recyclage des matériaux (facilité par le marquage des pièces)

» Incinération plus propre

8. Optimisation des fonctions du produit

» Dématérialisation produit ==> service

» Partage entre plusieurs utilisateurs

» Intégration de nouvelles fonctions

» Optimisation fonctionnelle des produits



Les flux à prendre en compte à chaque étape du cycle de vie d'un produit

Entrants
» Matières premières

» Ressources énergétiques

» Consommation d'espace (utilisation de sol)

Sortants
» Émissions dans l'air

» Émissions dans l'eau

» Émissions dans le sol


Les enjeux

Les exigences croissantes subies par les entreprises en matière d'environnement, provenant tant de la clientèle que de la puissance publique, les conduisent à intégrer ce paramètre à la fois pour la gestion des sites de production (mise en place de systèmes de management de l'environnement) et pour le développement des produits.

Dans des secteurs d'activité comme les produits électriques et électroniques ou l'automobile, la réglementation va prochainement exiger des fabricants de prendre en charge la collecte et le traitement de leurs produits en fin de vie. Une bonne anticipation facilitera le recyclage, la réutilisation de certains éléments, et permettra de minimiser les quantités de déchets ultimes.

Par ailleurs les exigences environnementales des clients sont de plus en plus fréquentes dans les appels d'offre, notamment pour les produits industriels.


L'exemple des transports ferroviaires : les exigences environnementales nordiques

Toute réponse à un appel d'offre d'un opérateur ou exploitant de réseau ferroviaire danois, norvégien, suédois ou finlandais doit respecter les spécifications du "Nordic Environmental Manual", qui définit des exigences minimales de consommation d'énergie, de niveau de bruit, de vibrations, de champs électromagnétiques, de consommations de ressources, d'emploi de substances réglementées, etc.




UNE PRISE DE CONSCIENCE INITIALE ET LA DÉFINITION D'UNE STRATÉGIE

On n'hérite pas la Terre de nos ancêtres, mais on l'emprunte à nos enfants (St Exupéry)

Depuis la parution retentissante, en 1972, du rapport au Club de Rome intitulé "the limits to growth", on peut dire que la prise en compte de l'environnement dans l'activité industrielle a été autant le fait des écologistes que des industriels eux-mêmes.

Aujourd'hui, cette prise en compte est largement imposée par des obligations réglementaires, en application notamment du principe "pollueur-payeur" puis, plus récemment, du principe de précaution et du respect des engagements nationaux tels que le protocole de Montréal (non-emploi des CFC et autres gaz destructeurs de la couche d'ozone) et de Kyoto (limitation des émissions de gaz à effet de serre).

Cependant, le strict respect des exigences réglementaires, attitude purement réactive, est souvent moins efficace qu'une anticipation des évolutions réglementaires qui permet de planifier les investissements.

Par ailleurs, les mesures de réduction des impacts sur l'environnement sont souvent "à double bénéfice" (économique et environnemental), notamment toutes les mesures visant à diminuer les consommations de matières premières et d'énergie.

La façon dont un décideur va prendre conscience de l'intérêt d'intégrer de façon proactive l'environnement dans la stratégie de son entreprise via la mise en place d'une démarche d'éco-conception peut prendre des formes multiples, illustrées par les exemples ci-dessous.

Chronologie d'une démarche d'éco-conception

Schématiquement, une démarche d'éco-conception se décompose en quatre points, que nous allons brièvement passer en revue :

1. Une prise de conscience initiale qui se traduit par un engagement de la direction et la définition d'une stratégie

2. Du bon sens mis au service d'une préoccupation nouvelle

3. Une mobilisation de compétences et une acquisition de savoir-faire et d'outils

4. La mise en place d'une veille environnementale technologique et réglementaire



La consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre du secteur du bâtiment en France


On constate que le secteur résidentiel et tertiaire représente près de la moitié de la consommation d'énergie du pays, et près du quart des émissions de gaz carbonique. Or cette consommation et cette émission sont celles des bâtiments lors de leur phase d'utilisation. Quand on sait que les techniques permettant de diviser par deux ces valeurs sont parfaitement connues et maîtrisées, cela permet de mesurer les enjeux d'une politique de réhabilitation massive du parc de bâtiments existants. L'éco-reconception des bâtiments existants passe donc en priorité par une diminution de leurs consommations d'énergie.

La stratégie des pétroliers européens


Certaines compagnies pétrolières européennes savent qu'elles ne doivent pas compter sur le pétrole, ressource fossile aux réserves limitées, pour maintenir leur activité à long terme. C'est pourquoi elles investissent depuis longtemps, notamment en France, dans les énergies renouvelables, solaire, thermique ou photovoltaïque et plus récemment, éolienne, grâce à un tarif de rachat du kWh intéressant.


LE BON SENS AU SERVICE D'UNE PRÉOCCUPATION NOUVELLE

Une fois définies les priorités environnementales et la stratégie de mise en place d'une démarche d'éco-conception, la première mesure concrète est de permettre à la créativité des salariés, mais aussi des clients, de s'exprimer. Les premiers pourront être conviés à une présentation de la nouvelle stratégie environnementale produits de l'entreprise et à une formation sur les questions environnementales liées aux produits dont ils ont la charge, tandis que les seconds pourront faire l'objet d'une enquête de satisfaction comportant un volet "environnement".

Quelques exemples montrant que l'éco-conception est souvent au départ affaire de bon sens :


Les sociétés de vente par correspondance

Les principaux impacts sur l'environnement de l'activité de vente par correspondance sont dus à la fabrication des catalogues et à la livraison des colis. Les mesures d'éco-conception ont alors porté sur :

» les pigments des encres d'impression et le blanchiment du papier des catalogues,

» la modernisation du parc de camions, un entretien plus strict (contrôles techniques avec réglages anti-pollution), la formation des chauffeurs à la conduite économe, la recherche de transports moins polluants, etc.

Les emballages de lessive

Les lessives liquides sont vendues en flacons plastique rigides de 3 à 5 l, conçus pour faciliter leur manutention (bouchons doseurs, cols anti-coulures, etc.). Le flacon a une durée de vie technique très élevée par rapport au temps d'utilisation de son contenu, d'où l'idée de proposer des "éco-recharges" en plastique souple de masse très faible devant celle du flacon rigide qui peut ainsi être utilisé beaucoup plus longtemps.

Les briques de boisson


Les briques de lait ou de jus de fruit sont conçues pour une préhension facile (les premières briques de lait étaient de forme tétraédrique malcommode), mais aussi pour optimiser l'utilisation de la place offerte par les camions de livraison. Cette optimisation a conduit certains fabricants à proposer des briques de forme légèrement modifiée afin de maximiser le volume de liquide transporté par palette.


MOBILISER LES COMPÉTENCES, ACQUÉRIR SAVOIR-FAIRE ET OUTILS

Mobiliser les compétences

Chaque acteur principal de l'équipe projet a un rôle à jouer :

» Le marketeur identifie les besoins des clients et repère les actions des concurrents (benchmarking environnemental),

» Le concepteur intègre les spécifications environnementales du marketing et joue un rôle central dans la recherche de compromis et d'innovations,

» L'acheteur est chargé de la sensibilisation environnementale des fournisseurs et assure la veille technologique environnementale.

L'éco-conception nécessite également des relations étroites avec les fournisseurs (amont) et les acteurs intervenant en fin de vie, comme les collecteurs et les recycleurs (aval).



Acquérir savoir-faire et outils

L'éco-conception nécessite des connaissances à la fois sur le produit (cycle de vie, substances, réglementation, exemples réussis) et sur le processus (modèles de structure, règles essentielles, outils). Ces connaissances devront être traduites par l'expert en éco-conception et transmises à l'équipe qui devra, avec son aide, s'approprier progressivement la démarche.

Cet expert n'a pas de localisation typique: il peut être incarné dans un membre du service environnement, un concepteur " senior " (interne) ou un consultant (externe). Il est par contre important que :

» cette expertise soit facilement accessible à l'équipe projet,

» tous ses membres soient sensibilisés aux questions d'environnement,

» l'équipe accepte et intègre les outils et les choix de conception.



Quels outils ?

Deux types d'outils seront utiles à l'équipe projet :

» des outils d'analyse, permettant d'évaluer l'impact environnemental d'un produit et d'identifier ses points faibles,

» des outils de synthèse permettant d'aider l'équipe à trouver les options d'améliorations du produit



Outils d'évaluation de l'impact environnemental d'un produit (analyse) :

Évaluation quantitative

» Analyse du cycle de vie (ACV)

4 étapes (normes ISO 14040 à 14043)

Pour l'étape d'évaluation, il n'y a pas de consensus, et plusieurs méthodes multicritères coexistent : agrégés par pondération : EPS (S), Ecopoints (CH), Eco-indicators 95 et 99 (NL) ou non agrégées : CML (NL).

Plusieurs logiciels d'aide à l'éco-conception sont basés sur des calculs d'ACV : EIME et TEAM (France), SimaPro (Pays-Bas), Gabi (Allemagne), KCL ECO (Finlande)

ACV simplifiée : mono-étape (exemple : inventaire des émissions) ou monocritère (exemple : contenu énergétique, sans évaluation)



Évaluation semi-quantitative

» Évaluation Simplifiée et Quantitative du Cycle de Vie (ESQCV) (MEDD / AFNOR)



Évaluation qualitative

» Matrices : ADEME (F), M.E.T. (NL)

» Tableaux prenant en compte plusieurs critères d'évaluation et plusieurs phases du cycle de vie du produit. Pour chaque cellule de la matrice, données chiffrées à renseigner ou données qualitatives (uniquement des matériaux sans masses, par exemple).

» Indice écologique : Indice Eco de Renault (pour les emballages)

Plusieurs critères sont regroupés en classes. Des pénalités sont attribuées en fonction de la situation par rapport à l'environnement : de favorable à insatisfaisante. Le calcul de l'indice ECO est égal à 100 - S pénalités

» Check-lists : Liste de questions dont les réponses sont notées, par exemple sur une échelle à trois niveaux (bon, acceptable ou besoin d'agir)

» Listes de substances : Listes de VOLVO (S) - Noire (substances interdites), Grise (à éviter) ou Blanche (recommandées)

Listes permettant d'évaluer rapidement dans un produit la présence d'une substance à bannir, par exemple.


Outils d'amélioration (synthèse) :

Normes

Normes nationales ou internationales : FD X30-310, ISO TR 14062

Normes internes d'entreprises : Définitions, principes généraux, préconisations

Guides ou recommandations

Recommandations pour l'équipe projet

Guides généraux : guide de l'ADEME "90 exemples d'éco-conception"

Guides internes d'entreprise : Philips, "Point of no return"

Check-lists

Listes de questions permettant d'imaginer des voies d'amélioration

Eco-Wheel (H. Brezet, TU Delft)

Product Improvement Matrix (AT&T)

Logiciels

» DfE (Design for Environment),

» DfD (Design for Disassembly),

» DfR (Design for Recycling)

Face à une telle profusion, la question qui vient à l'esprit est : quel(s) outil(s) choisir ? En bonne maïeutique, on répondra à cette question par une série de questions, à se poser à chaque étape :

» qui utilisera l'outil et pourquoi ?

» de quelles informations aura-t-il besoin ? en dispose-t-il à cette étape ?

» dispose-t-il des compétences nécessaires ?

» quels résultats sont-ils attendus ? sous quelle forme ?

» ces résultats seront-ils exploitables par l'intéressé ?



LA MISE EN PLACE D'UNE VEILLE ENVIRONNEMENTALE TECHNOLOGIQUE ET RÉGLEMENTAIRE

La veille technologique peut être assurée par l'acheteur pour les questions amont, par les concepteurs pour l'innovation, par le marketeur pour le suivi des concurrents. La veille réglementaire peut être assurée par le service environnement ou le service juridique. Internet est un outil précieux dans tous les cas de figure, et même un consultant peut parfois s'avérer utile !

L'efficacité de cette veille est essentielle : l'apparition de technologies de rupture est fréquente sur les process énergivores ou polluants, et elles constituent à la fois des opportunités et des menaces si les concurrents les adoptent les premiers.

Citons en vrac la catalyse enzymatique et les solvants supercritiques en chimie fine et en agro-alimentaire, les vitrages clairs peu émissifs et à faible facteur solaire dans le bâtiment, l'éclairage par diodes électroluminescentes blanches à 95 % d'efficacité lumineuse, etc.

La veille doit bien sûr porter également sur les données environnementales des process amont, aval et concurrents.


En résumé, l'éco-conception implique :

» Une vision à moyen ou long terme : penser à l'utilisation et à la fin de vie des produits

» Une relation plus étroite avec ses fournisseurs (co-conception)

» Une mobilisation de tous les services concernés : bureau d'études, marketing, achats, méthodes, industrialisation (concurrent engineering)

» Une sensibilisation environnementale de tout le personnel

» Une démarche d 'amélioration continue

» Une veille environnementale technique et réglementaire

La phase de conception d'un produit est le vecteur pertinent de l'intégration de l'environnement dans l'entreprise car :

» 80 % des nuisances d'un produit sur son cycle de vie y sont déterminés

» 90 % des coûts y sont engagés

» 10 % des dépenses y sont réellement effectuées.

La mise en place d'une démarche d'éco-conception permet à une entreprise :

» d'améliorer son image de marque

» de réduire ses coûts

» d'améliorer la qualité de ses produit

» de responsabiliser son personnel

» d'innover


Conclusion et Perspectives

La diffusion de la démarche d'éco-conception se heurte à divers obstacles qui devront être abordés chacun à leur niveau :

» l'incompréhension ou la méconnaissance de certains enjeux par les décideurs (réglementation, opportunités concurrentielles, baisse de coûts),

» la perception d'une opposition entre l'éco-conception et la logique commerciale

» l'insuffisance de connaissances, le manque de savoir-faire

» le manque de consensus dans les méthodes d'évaluation environnementale

» le manque de normes et de guides de conception

» les nombreuses incertitudes sur les acteurs concernés, les échelles temporelles, l'évolution des technologies, l'économie des filières de fin de vie.

La réglementation évoluant inéluctablement dans le sens de l'éco-conception, les industriels ont enfin tout intérêt à réagir de manière proactive, en anticipant les exigences environnementales et en assurant une veille sur les techniques permettant d'y parvenir au moindre coût (Plusieurs Directives Européennes récemment adoptées désignent le producteur comme responsable de ses produits en fin de vie : Directive VHU 2000/53/CE (Traitement des Véhicules Hors d'Usage), Directive DEEE 2002/96/CE (Traitement des Déchets d'Equipements Electr(on)iques), ou réglemente l'emploi de certaines substances : Directive LSD 2002/95/CE (Limite de l'Emploi de Substances dans les équipements Électr(on)iques). Une autre Directive sur l'éco-conception des Produits Électr(on)iques est en préparation : Directive EUP (Energy Using Products).).

L'APEDEC

L'Association Professionnelle d'Experts pour le Développement de l'Éco-Conception a pour ambition de regrouper l'ensemble des experts français travaillant dans le domaine de l'éco-conception, qu'ils soient concepteurs, enseignants ou chercheurs.

Son principal objectif est d'offrir un espace de réflexion et de travail collectif sur les métiers et les pratiques liés à l'éco-conception afin de contribuer à en définir le cadre conceptuel, méthodologique et déontologique et à en promouvoir les bonnes pratiques, notamment :

» en intervenant lors des débats ou colloques liés à la qualité écologique des produits

» en développant différents outils de sensibilisation, de veille et de formation.

(contact : info@apedec.org ou www.apedec.org)


BIBLIOGRAPHIE

Pratiquer l'éco-conception, L. Grisel et G. Duranthon, AFNOR collection pratique, 2001

Éco-conception, module de sensibilisation ADEME, www.ademe.fr

Éco-Conception, J. Vigneron, J-F Patingre, S. Sidoroff, Ph. Schiesser et al., éditions Economica, Paris, 2001

Vers une écologie industrielle, Suren Erkman, éditions Charles Léopold Mayer, 1998

Facteur 4, E. U. von Weizsäcker, A. Lovins et L. H. Lovins, éditions Terre vivante, 1997-2000

Notre empreinte écologique, M. Wackernagel et W. Rees, éditions Ecosociété, www.wwf.fr, 1999

Conception des produits et environnement : 90 exemples d'éco-conception, Ademe Editions, 1999




Bruno Peuportier*, chercheur à l'École des mines de Paris, spécialiste de l'éco-conception des bâtiments (Source ADIT / Libération) :

"En France, l'écologie a été confisquée"

Par Laure NOUALHAT samedi 14 janvier 2006

Un BedZed ou Beddington Zero Energy Development (pour plus de précison sur les BedZed : BedZED : le premier éco-village est né) peut-il voir le jour en France ? Il n'existe pas de projets aussi aboutis que BedZed ou le quartier Vauban à Fribourg (Allemagne) dans notre pays. En partie parce que les décideurs français connaissent mal les avantages et inconvénients des techniques environnementales dans la construction. Mais aussi parce que cela coûte plus cher et que les promoteurs ne veulent pas risquer de se retrouver avec des logements, même énergétiquement efficaces, sur les bras. Selon les techniques que vous choisissez, le coût du bâtiment peut passer du simple au double. Sans compter les blocages qui surviennent lors de l'élaboration d'un projet...

Par exemple ?

Vous ne pourrez jamais installer des panneaux photovoltaïques sur les toits de bâtiments situés à moins de 500 mètres d'un monument historique. C'est soumis à l'appréciation des architectes des bâtiments de France, et ils refusent systématiquement l'installation de capteurs, même s'ils acceptent des toits en tôle ondulée ou des antennes de téléphonie mobile. Par ailleurs, en France, les questions écologiques ont été confisquées par les industriels du bâtiment et quelques institutionnels qui ont créé la démarche HQE (haute qualité environnementale), que tout le monde prend pour un label ! Or, elle ne fixe en fait aucune exigence de performance. Certaines entreprises craignent de se voir imposer une efficacité énergétique réelle, comme par exemple le label Minergie en Suisse qui impose une consommation de 15 à 50 kWh/m2/an sur le chauffage et l'eau chaude. Il existe un label français, HPE (haute performance énergétique), mais il n'impose guère que d'atteindre 8 % d'économie sur la norme, qui se situe en 60 et 200 kWh/m2/an.

Le cas BedZed est-il reproductible en France ?

Ce qui me gêne avec BedZed, c'est qu'on ne connaît toujours pas les bilans énergétiques exacts de ces bâtiments quatre ans après leur construction. En revanche, ils ont vraiment essayé de construire un quartier écologique en analysant au plus près l'empreinte écologique des bâtiments. Le site fourmille d'idées, peut-être même trop, au risque de passer pour une compilation de tout ce qui existe en matière de technique environnementale, et, parfois, les choix ne sont pas très heureux.

Par exemple ?

Les architectes ont privilégié une meilleure isolation, notamment en utilisant du triple vitrage. C'est simple et efficace à tous les coups. En revanche, il y a un gros point d'interrogation concernant les cheminées colorées qui servent à la ventilation naturelle. C'est compliqué à faire fonctionner efficacement : en hiver, plus d'air froid entre dans la maison. Et en été, au contraire, alors qu'on aurait besoin d'une plus grande ventilation, l'air a tendance à stagner. Idem pour les toits végétaux : si une toiture est bien exposée au soleil, mieux vaut l'utiliser pour capter l'énergie renouvelable. On sent qu'ils ont voulu créer une vitrine. En tant que scientifique, il me semble qu'il vaut mieux privilégier la rationalisation des choix en fonction d'objectifs de performance.

Comment convaincre élus et promoteurs d'initier des projets respectueux de l'environnement ?

J'assistais il y a quelque temps à une réunion où un ingénieur des Ponts expliquait à l'assemblée que l'écologie était vécue comme un péché originel par les décideurs. Si la préservation de l'environnement devient la priorité, on se les met à dos, disait-il. C'est malheureusement vrai. Alors, il préconisait de faire du développement durable, c'est-à-dire de mêler environnement, économie et social. Comme par exemple faire des logements sociaux efficaces énergétiquement et peu chers... Ce qu'il faut surtout, c'est faire des démonstrations honnêtes, avec des objectifs précis à atteindre et une validation par la mesure.

[* Bruno Peuportier, chargé de recherches à l'École des Mines de Paris, est l'auteur d'un ouvrage très intéressant intitulé : Éco-conception des bâtiments / Bâtir en préservant l'environnement / 2003 / publié aux presses de l'École des Mines de Paris]

Voir aussi : L'efficacité énergétique, la maîtrise de l'énergie et les économies / Villages "zéro énergie" :
http://resosol.org/SolMaitr/villages0energie.html




Sites Internet et articles parlant d'éco-conception :

Politique européenne de l'énergie :
http://www.senat.fr/rap/r05-259/r05-259.html

Portail :
http://www.technologies-propres.com/modules/LiensUtiles/LiensUtiles.asp?IdCateg=0

De l'urbanisme durable à l'architecture écologique
http://mediatheque.nancy.archi.fr/consultation/Bibliogr/Enseignement/Gauzin-Muller.html

Écoconception :
http://www.admi.net/cgi-bin/wiki?EcoConception

Des produits plus respectueux de l'environnement :
http://www.environnement.ccip.fr/management/produit/demarche-hqe.htm

ManagEnv - Produit - Éco-conception
http://www.ademe.fr/entreprises/Management-env/Approche-produit/eco-conception/

L’éco-conception : un outil indispensable du développement durable
http://www.notre-planete.info/ecologie/devdurable/eco-conception.php

Eco-conception, mode d'emploi
http://www.ademe.fr/htdocs/publications/dossier/26/p2.htm

Sites sur Planète écologie
http://www.planetecologie.org/search/SITES_M/E/ecoconception.html

Concevoir bioclimatique...
http://www.ateliers-habitatvivant.com/index_fichiers/concevoir_bioclimatique.htm

En France, l'écologie a été confisquée (voir aussi Bruno Peuportier / éco-conception des bâtiments / 2003 / Les presses de l'école des mines de Paris) :
http://www.ecologie-pratique.org/construire/article.php/20060118232929989

Prorecyclage (ressources diverses)
http://www.prorecyclage.com/concepts_generaux/eco-conception/eco-conception1.html

Durabilis (ressources diverses)
http://www.durabilis.com/FRANCAIS/sommaire.htm

L’éco-conception a toutes les chances de devenir un outil incontournable
http://www.actu-environnement.com/ae/news/1437.php4

Une étude de l'éco-conception par AFNOR (65 pages)
http://portailgroupe.afnor.fr/v3/pdf/etude_eco_conception.pdf

L'éco-emballage
http://www.ecoemballages.fr/

Directive sur l'Éco-conception des produits consommateurs d'énergie
http://www.clermont-fd.cci.fr/europe/doss/2005/0905.php

Efficacité énergétique : performance énergétique des bâtiments
http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l27042.htm

L'APEDEC
http://apedec.fr/

Micro-ordinateurs : entre éco conception, recyclage et seconde vie
http://www.novethic.fr/novethic/site/dossier/index.jsp?id=76395

Les fauteuils de bureau de Steelcase intègrent l'éco-conception
http://www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=87732

L'écoconception a le vent en poupe
http://www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=87731

Directive 2005/32 CE
http://www.strasbourg.cci.fr/photos/2400_eco_conception.pdf






[ Corrélats : Recyclage / Développement durable / Décroissance soutenable / ...]

Retour