Entrez un mot-clé
Endémiques
Endémiques


Viola cazorlensis, une violette qui n'existe que
sur la sierra de Cazorla en Espagne.
On dit qu'une espèce est endémique à un endroit quand elle ne vit ou ne pousse qu'à cet endroit.




L'endémisme est probablement le résultat d'une spéciation particulière affectant des individus d'une espèce quand ceux-ci se retrouvent isolés (voir refuge) pendant suffisamment longtemps dans une aire restreinte.

Les espèces endémiques sont celles qui ont le plus à craindre toute perturbation des milieux où elles se sont adaptées.

C'est particulièrement vrai des espèces insulaires. Ainsi le dronte de la Réunion, le dodo de l'île Maurice ou encore la majeure partie des plantes propres à l'île Sainte Hélène ou aux îles Kerguelen ont disparu avec l'arrivée des hommes, de leur activité (chasse, agriculture) et de leurs animaux domestiques (chats, rats, lapins, chèvres, etc.).




L'escargot de Quimper (Elona quimperiana) est une espèce rare et localisée aux espaces forestiers humides et ombragés.
Escargot de Quimper (Elona quimperiana)


On ne rencontre cette espèce que dans la partie sud du Finistère et du Morbihan et... au Pays Basque*.

Cette espèce possède une coquille très caractéristique de 2 à 3 cm de diamètre, aplatie et composée de 5 à 6 tours. La coquille, très fine, translucide est assez fragile et présente souvent des traces de " réparation ".

[* On ne sait toujours pas précisément laquelle des deux populations est indigène ; si elles ont été séparées et quand ; ou si l'une des deux populations a été introduite]

http://www.mnhn.fr/mnhn/bimm/protection/fr/Especes/Fiches/Elonaquimperiana.html

Voir aussi le cas de la Clausilie romaine Leucostigma candidescens : clic






Le panicaut vivipare (Eryngium viviparum) vit dans des landes et des pâturages humides, proches des côtes. Cette plante supporte bien des inondations hivernales et une relative sécheresse estivale, mais assez peu la concurrence des autres plantes.

Panicaut nain vivipare (Eryngium viviparum)
C'est en réalité une pionnière qui recolonise les terrains décapés ou piétinés par le bétail.



Cette petite plante de 10 cm de hauteur fleurit en août. Vers octobre, les graines germent sur la plante et donnent naissance à des plantules qui s'enracineront. C'est cette particularité qui lui vaut son nom de vivipare.

À l'heure actuelle, il ne subsiste plus en Europe que deux stations abritant cette espèce. L'une d'elle se situe près de Belz et abrite quelques centaines de pieds. Cette station est protégée par un arrêté de biotope datant de 1998 ! En 1980, il y avait encore 45 stations connues de cette plante dans le Morbihan.




Notion de refuge : L'endémisme a pu survenir après que des espèces thermophiles (qui aiment le chaud), se soient réfugiées et/ou aient subsisté, pendant les périodes glaciaires dans des endroits abrités et chauds ; ou encore, après que des espèces psychrophiles (qui aiment le froid) aient trouvé refuge dans des endroits froids pendant les périodes de réchauffement.




Carotte de Gadeceau (Daucus carota subsp. gadeceaui)
Il y a d'autres endémiques en Bretagne.

Parmi celles-ci, on peut citer la carotte de Gadeceau (Daucus carota L. subsp. gadeceaui) qui ne se trouve que dans quelques stations de la côte dans le Finistère Sud et dans le Morbihan.

Cette petite carotte, assez peu visible, se tient cachée dans la végétation des hauts de plage à l'étage aérohalin.

Remarquablement et à l'instar de l'escargot de Quimper, cette petite plante est une endémique bretonne et ... basque !





Thym de la Tana (Thymus serpyllumssp. tanaensis
Dans le Finnmark norvégien, le long de la rivière Tana, on peut observer une endémique du thym serpolet connue sous le nom de Thymus serpyllum ssp.tanaensis.. Ce thym serpolet à feuilles étroites aurait les feuilles moins étroites que le type. Cette plante se rencontre le long de la Tana, évidemment, où elle est plutôt abondante, mais aussi vers l'est, jusqu'à la presqu'île de Mourmansk et plus au sud, jusqu'en Finlande et en Suède.

L'aire de répartition de cette plante est très liée au réseau hydrographique liée à la rivière Tana et à ses affluents.





De l'avenir de la diversité biologique chez les végétaux :
http://www.inra.fr/dpenv/p-guys10.htm

La carotte de Gadeceau / Une espèce rare et menacée propre à la Bretagne :
http://www.bretagne-environnement.org/index.php/Patrimoine-naturel/La-flore/Les-plantes-a-fleurs-menacees/La-carotte-de-Gadeceau

Le narcisse des Glénan, endémique ou pas ?
http://www.sciences-ouest.org//f0160017.htm">



[Corrélats : Espèces / Spéciation / Insularité / Montagnes / Epidémies / ESB / Ubiquiste / Vivaces / Aire protégée / Océans / Rupicoles / Vanille / Dunes littorales / Laisses de mer / Sénescence / ...]

Retour