Entrez un mot-clé
Experts
(en canicule, en retraite, en école, en foulard islamiste, en Sécu, en présomption d'innocence, en OGM, en santé, en alimentation, en honnêteté intellectuelle, en déontologie, ...)


Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche. Par prudence, il appelle son météorologue et lui demande l’évolution du temps pour les heures suivantes. Celui-ci le rassure en lui affirmant qu’il pouvait aller tranquillement à la pêche car il n’y avait pas de pluie prévue.

Tout heureux et pour complaire à la reine il met ses plus beaux atours. Sur le chemin, il rencontre un paysan monté sur son âne. Reconnaissant le roi, le brave homme lui dit : "Seigneur mieux vaudrait que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps." Bien sûr, le roi poursuit son chemin en pensant : "Comment ce gueux pourrait-il mieux prévoir le temps que mon spécialiste diplômé grassement payé qui m’a indiqué le contraire ? Poursuivons..."

Et c’est ce qu’il fait... Mais il se met bientôt à pleuvoir à torrents. Le roi rentre trempé et la reine se moque de le voir dans un si piteux état. Furieux, le roi revient au palais et congédie illico son météorologue, puis il convoque le paysan lui offrant le poste vacant... Mais le paysan refuse en ces termes : "Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo et de climat. Je sais seulement que si les oreilles de mon âne sont baissées cela signifie qu’il va pleuvoir."

Et le roi embaucha l’âne... C’est ainsi que commença en France la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers les mieux payés mais, par malice, on retourna le nom de l’animal qui devint : l’ E.N.A.

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24296


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Expertise / Quand elle rime avec bêtise / Camdessus / L'expert qui se trompe toujours / Le post libéralisme (SI ! ça vient de sortir !) / RAMONET Ignacio : Géopolitique du chaos / Votez DSK /

Un expert médiatique : Christian de Boissieu, économiste engagé… dans la finance /
Philippe Manière explose le mur du çon sur Europe 1 /
Quand gouvernent l’incompétence et l’imposture… /
Une nouvelle vérité émerge du monde arabe /
Les « experts » occidentaux… et la leçon arabe /
« Armer les esprits » Au nom du 11 septembre (Première partie) /
L’antiterrorisme et ses « experts » Au nom du 11 septembre (Deuxième partie) /
La nouvelle « bataille des idées » Au nom du 11 septembre (Troisième partie) /
L'expertise scientifique, entre confinement et citoyenneté /
Aspartame : l'indépendance des experts remise en question ou quand tout le monde joue à touche touche /
Avis d'expert : Réchauffement : le CO2 n'aurait pas tant d'influence /
Étude OGM, la vidéo qui accuse... les experts et les députés assassins /
Les économistes à gages sur la sellette /
Les marchands de doute, de Naomi Oreskes et Erick Conway /
Polémique sur la toxicité des OGM : ces conflits d'intérêts qui nuisent à la science /
Voir aussi OGM /
L'EFSA n'a plus aucune crédibilité /
Pour rappel : AESA : démission de Diana Banati pour conflits d'intérêts /
Seralini devant les députés : passionnant /
Expertise des OGM : l’évaluation tourne le dos à la science /
De l’intérêt du conflit /
Austérité : le grand mensonge /
L’expertise scientifique : dispositifs et nouveaux enjeux /
Controverses environnementales : expertise et expertise de l'expertise /
L'expertise, cache-sexe du délabrement syndical /
Les experts se font-ils des couilles en or ? /
☞ L’anti-terrorisme et ses « experts » I, II, III /


Corrélats /


Un expert est, le plus souvent, une personne choisie pour ses connaissances précises sur un sujet pour juger de quelque chose et pour lequel on aura une tendance naturelle et saine à croire en son avis dont on peut penser qu'il est sûr, puisque motivé par une expertise fiable.

Le devoir d'ignorer... l'émission la plus regardée par 60 millions
de Français, juste après 365 jours pour convaincre !
Normalement, un expert fait autorité* au sens que l'on donne primitivement à ce mot autorité, c'est-à-dire au sens de crédit, de considération ou de poids que l'on accorde à quiconque transmet un savoir reconnu grâce auquel il est plus aisé de se construire mieux qu'en restant ignorant.

[* Il ne faut pas confondre autorité et autoritarisme. Les gesticulations médiatiques ou les froncements de sourcil d'un quelconque ministre ne sont probablement jamais motivés par autre chose que par un conflit entre le milieu intérieur et l'hypothalamus. Ce conflit se soigne mal, sauf à accepter une camisole médicamenteuse.)


Malheureusement, les experts sont aussi et bien plus souvent la deuxième phase nécessaire à la communication des gouvernements.

La première phase consiste, généralement, en une présentation catastrophique d’une situation qui, au nom de la modernité, ne peut être redressée que par des réformes. Cette présentation fait l’objet d’un grand tapage médiatique sur toutes les chaînes de télévision, les radios, à chaque journal, de jour comme de nuit…

La troisième phase consiste en un « micro trottoir » où l’on demande leur avis sur la nécessité des réformes à des gens qui viennent d’être matraqués d’informations sur cette nécessité pendant plusieurs semaines, sans jamais qu’ils aient pu entendre qu’il existait des alternatives que l’on prit bien soin de taire ou que l’on traite en dérision, que l'on discrédite, voire que l’on culpabilise et même criminalise.

L’expert vient donc entre les deux et nous explique, par exemple, que si les vieux sont sur-morts en été, c’est moins d’hyperthermie que de pollution par les voitures individuelles à moteur diesel… et d’ajouter que cette pollution a entraîné un surcroît d’ozone pendant 20 jours à Paris, 30 à Strasbourg et 60 à Marseille… (A2 / 21 septembre 2003)

Manque de chance (si je puis m’exprimer ainsi), c’est à Marseille qu’il y a eu le moins de vieux à mourir de canicule…

Je prédis qu’un expert va bientôt nous affirmer que les vieux provençaux, qui vivent près de l’étang de Berre, sont mithridatisés à l’ozone… depuis le temps qu'ils en respirent.

**********


Par exemple, tous les experts s'accordent à dire que DSK est le meilleur candidat de gauche pour permettre à Sarkozy d'être réélu, d'ailleurs tous les sondages l'attestent déjà et même Marine Le Pen pourrait bien être en deux comme son père, ce qui permettrait de voter comme en 2002, en Venez-Ivoire à la côte le beau Bagbo qui passe...




L'expert en vogue aujourd'hui auprès du gouvernement Raffarin et de Nicolas Sarkosy est un certain Camdessus dont tout le monde ou presque s'accorde pour constater que cet expert s'est toujours gravement trompé.

Raffarin, Sarkosy et quelques autres seraient-ils les seuls à être trop stupides* pour ne pas s'en apercevoir ou bien nous prendraient-ils pour des imbéciles ce qui, venant d'eux, serait finalement jubilatoire ?

[* Tout autre mot de trois lettres convient bien]

Passer pour un con aux yeux d'un imbécile me procure toujours une grande jubilation... (Courteline écrivait : passer pour un crétin aux yeux d'un imbécile est un délice de fin gourmet...)

On pourra lire, dans le Monde Diplomatique de janvier 2005, l'article de Martine Bulard : Les fourberies de Michel Camdessus et l'article de Serge Halimi : Casse sociale sur fond de rapports officiels ou du FMI au Vatican, Camdessus, l'expert qui s'est toujours trompé.

Mais on pourra aussi développer un comportement de type épidémique en étant les vecteurs de ce qu'appréhendent le plus les experts : que tout le monde sache ce qu'ils aimeraient dissimuler.

Internet, sur ce point, est un outil fabuleux et parfaitement incontrôlable… Personne ne peut nous dire : De quoi j'me mail.

Ci-après des extraits de ces articles :

Les fourberies de Michel Camdessus, par Martine Bulard.

Qui a dit : " J'observe avec satisfaction que les Russes ont rempli les critères macroéconomiques en matière de désinflation et de budget " ? M. Michel Camdessus, alors directeur du Fonds monétaire international (FMI). C'était en janvier 2000 [1]. Au même moment, les statistiques officielles confirmaient une chute d'un tiers du produit intérieur brut en Russie entre 1989 et 2000, et un recul sans précédent de l'espérance de vie (3,7 ans) [2], sans parler de la naissance d'une mafia...

Qui a dit : " L'Argentine a une histoire à raconter au monde : une histoire sur l'importance de la discipline fiscale, des changements structurels, et une politique monétaire rigoureusement maintenue " ? M. Michel Camdessus.

C'était le 1er octobre 1998, au siège du FMI. On connaît la suite : un effondrement industriel et bancaire, une explosion de la misère [3]. Autant de déclarations - parmi des dizaines d'autres - largement ignorées lorsque M. Camdessus a présenté son rapport sur la France [4], en octobre dernier.

M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'économie et des finances à l'époque et récipiendaire de ce pensum, a aussitôt déclaré en faire son " livre de chevet " (lire page 10 l'article de Serge Halimi). Le gouvernement y puise son inspiration. Le Mouvement des entreprises de France (Medef) s'en sert comme d'une bible.

Les médias l'ont encensé : pas un journal télévisé, un débat politique, une émission littéraire (eh oui !) qui ait échappé à la présence de M. Camdessus.(...)

Casse sociale sur fond de rapports officiels, par Serge Halimi.

Les rapports se suivent et se ressemblent. Des experts, savants et reconnus, confortent par leurs diagnostics les discours officiels. Leurs remèdes ne troublent guère la pensée dominante :

plus de flexibilité pour plus de " croissance "...

Tous dans la même galère ! (S. H.)






Un site intitulé : Observatoire antilibéral de l'éducation et des services publics : www.oale.org/ peut être un bon germe pour initier une belle épidémie...




DU FMI AU VATICAN, L'EXPERT QUI SE TROMPE TOUJOURS

Les fourberies de M. Camdessus

En Allemagne, le chantage à la délocalisation a permis à Volkswagen de geler les salaires et de ne payer qu'une partie des heures supplémentaires. Déjà, le directeur des ressources humaines du groupe, M. Peter Hartz, avait concocté un plan de réduction des indemnités-chômage, retenu par le gouvernement de M. Gerhard Schröder pour le 1er janvier. Un programme proche de celui de M. Jean-Pierre Raffarin avec les dispositions sur les 35 heures et sur les licenciements. Nul chef d'orchestre, mais la pression des multinationales et d'institutions internationales. Elles savent pouvoir compter sur la caution d'experts, tel M. Michel Camdessus, dont les échecs répétés n'ont pas entamé la capacité à valoriser des mesures de régression sociale.

Par Martine Bulard / Monde diplomatique / janvier 2005

Qui a dit : " J'observe avec satisfaction que les Russes ont rempli les critères macroéconomiques en matière de désinflation et de budget " ? M. Michel Camdessus, alors directeur du Fonds monétaire international (FMI). C'était en janvier 2000 (1). Au même moment, les statistiques officielles confirmaient une chute d'un tiers du produit intérieur brut en Russie entre 1989 et 2000, et un recul sans précédent de l'espérance de vie (3,7 ans) (2), sans parler de la naissance d'une mafia...

Qui a dit : " L'Argentine a une histoire à raconter au monde : une histoire sur l'importance de la discipline fiscale, des changements structurels, et une politique monétaire rigoureusement maintenue " ? M. Michel Camdessus. C'était le 1er octobre 1998, au siège du FMI. On connaît la suite : un effondrement industriel et bancaire, une explosion de la misère (3). Autant de déclarations - parmi des dizaines d'autres - largement ignorées lorsque M. Camdessus a présenté son rapport sur la France (4), en octobre dernier. M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'économie et des finances à l'époque et récipiendaire de ce pensum, a aussitôt déclaré en faire son " livre de chevet " (lire Casse sociale sur fond de rapports officiels) Le gouvernement y puise son inspiration. Le Mouvement des entreprises de France (Medef) s'en sert comme d'une bible. Les médias l'ont encensé : pas un journal télévisé, un débat politique, une émission littéraire (eh oui !) qui ait échappé à la présence de M. Camdessus.

Pourtant cet ex-maître à penser du FMI, nouveau conseiller de Jean Paul II, a pour particularité d'être un expert qui se trompe tout le temps. Là où M. Camdessus est passé, les économies émergentes ont trépassé. Il a même dû démissionner de la direction de l'institution internationale, le 14 février 2000, un an avant la fin de son mandat, en raison des contestations de sa politique ultralibérale.

En treize ans de règne sur le FMI, il a pu appliquer son programme. Résultat : une dizaine de crises financières majeures. À chaque fois, les solutions imposées ont aggravé les crises, quand elles ne les ont pas tout simplement provoquées. Ce fut le cas au Mexique (1994), en Thaïlande (1997), puis dans l'ensemble des économies de l'Asie du Sud-Est (1997-1998), en Russie (1998), au Brésil (1999). L'expert quitta la place avant de constater les dégâts de sa politique en Turquie (2001) et surtout en Argentine (2001-2002). " J'avais l'illusion que je pouvais être architecte, a-t-il expliqué, le 19 juin 2000, devant l'assemblée de la Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur (Coface), à Paris. Je n'ai été que pompier. " Un pompier pyromane.

À elle seule, la crise indonésienne résume la méthode Camdessus. Partie prenante du " miracle asiatique ", l'Indonésie subit, durant l'été 1997, la vague de spéculation qui frappe la Thaïlande, avant de se propager à la Malaisie, à Hongkong, sans épargner le Japon. Les milliards de dollars placés dans l'immobilier et dans la Bourse - ce que les experts du FMI prenaient pour une preuve de la libéralisation réussie des marchés financiers indonésiens - fuient le pays, la roupie perd 80 % de sa valeur, l'immobilier s'effondre, l'État s'endette pour essayer de contenir le flot. En vain.

Le gouvernement fait alors appel au FMI et à la Banque mondiale, qui prêtent quelque 25 milliards de dollars, sous réserve d'application d'un " programme d'ajustement structurel " d'apparence technique : " améliorer l'efficacité des marchés (5) ", " resserrer la politique monétaire et budgétaire "... Dans la vraie vie, cela se traduit par un arrêt des aides aux produits de première nécessité et une flambée des prix : 200 % pour l'électricité, 50 % pour le lait, 36 % pour le riz, entre août 1997 et janvier 1998 (6). Les taux d'intérêt s'envolent (40 % pour une inflation de 12 %), faisant exploser les dettes, les faillites s'enchaînent, des banques sont fermées, l'emploi et les salaires s'effondrent. Pour réprimer les émeutes de la faim, le gouvernement fait tirer dans la foule : cinq morts. Le chaos est total, les divisions ethniques renaissent. L'Indonésie ne s'en est toujours pas remise.

" Ce qui est grave, écrit Joseph Stiglitz, Prix Nobel d'économie, ce n'est pas seulement d'avoir exigé des mesures qui ont abouti à la crise ; c'est de les avoir exigées alors qu'il n'y avait pratiquement aucune preuve qu'elles favorisaient la croissance, et de multiples preuves qu'elles faisaient courir aux pays d'énormes risques (7). "

A contrario, pendant la même période (1997-1998), la Malaisie, elle aussi aux prises avec les mouvements spéculatifs, refuse le programme d'ajustement concocté par M. Camdessus et sa bande d'experts. Le gouvernement impose des normes aux banques, maintient le contrôle des changes, ce qui lui permet de garder des taux d'intérêt relativement bas (6,4 % fin 1998). Le patron du FMI vilipende ce pays qui a " l'illusion qu'on peut se tenir à l'abri d'une crise internationale grâce à un contrôle des changes (8) ". Mais la Malaisie sort de la tourmente moins mal-en-point que ses voisins et redémarre plus rapidement.

" Aléa moral " en Argentine

Le choc est tel que même le président de la Banque mondiale, M. James D. Wolfensohn, devra s'expliquer. Devant le conseil des gouverneurs, à Washington, le 6 octobre 1998, il avoue : " Quand nous redressons les équilibres budgétaires, nous devons savoir que des programmes qui permettent aux enfants d'aller à l'école vont peut-être disparaître, que des programmes de santé pour les plus démunis vont peut-être disparaître. " Et d'ajouter : " Nous devons mener un débat où les chiffres n'auront pas plus de poids que les êtres humains. " Dommage que trois ans plus tard la Banque mondiale ait oublié ces bonnes intentions pour imposer à l'Argentine un programme d'austérité qui fera imploser le pays... mais qui contribuera à rembourser les créanciers (9). Un mal nécessaire auquel les experts ont d'ailleurs trouvé un nom : l'" aléa moral " - banques, multinationales et gouvernants corrompus sortant gagnants de chaque crise grâce aux fonds publics et aux prêts du FMI.

M. Camdessus ne semble guère troublé par des problèmes éthiques. En butte aux critiques qui, dès 1998, commencent à monter, il assure que la crise vient " des leaders politiques qui ont des difficultés à accepter les conseils discrets pour réformer leur système financier et corriger les déficiences de la gouvernance publique (10) ". Bref, le remède est le bon, ce sont les gouvernants (et les peuples) qui sont mauvais. Pas un mot de regret pour les victimes indonésiennes de sa politique : " Je n'avais pas prévu que l'armée allait tirer sur la foule (11). " Mais M. Camdessus prend soin de préciser : " La libéralisation financière a mauvaise réputation, mais elle demeure le but final correct. " Depuis, le FMI a un programme de lutte contre la pauvreté. Toutefois, le " but final " demeure. " Plus vite une économie est ouverte, mieux c'est, affirme encore aujourd'hui Mme Anne O. Krueger, première directrice générale adjointe. Pour des raisons économiques (...). Et parce que plus une économie est ouverte plus il est difficile de revenir en arrière et de renverser les réformes (12). " Les peuples ont le droit de voter, pas de changer de politique.

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) (13) conclut de toutes ces expériences que, si la libéralisation des marchés a " provoqué le chaos en Extrême-Orient et en Russie, neutralisé les progrès accomplis en Amérique latine ", l'Inde et la Chine, qui ont " résisté à la tentation de poursuivre une libéralisation prématurée du commerce et une rapide intégration dans le système financier (...), constituent des exceptions remarquables ". Au FMI, un tel diagnostic serait considéré comme une déclaration de guerre (idéologique).

À peine sorti de la finance internationale, M. Camdessus a plongé dans les eaux troubles d'organisations mondiales, conseillères officielles et officieuses de l'ONU. À la tête d'un " panel mondial (14) ", il est chargé d'imaginer les financements des infrastructures nécessaires pour réduire de moitié le nombre de personnes qui n'ont pas accès à l'eau (1,4 milliard de personnes) d'ici à 2015. Au cœur même du dispositif avancé par M. Camdessus figure, sans surprise, l'introduction du privé dans un système qui, à l'échelle de la planète, dépend à 90-95 % du secteur public. Élargir la brèche et accaparer 10 % à 15 % du marché (entre 500 millions et 600 millions de consommateurs) ne serait pas pour déplaire aux cinq géants mondiaux - dont trois français, Veolia-Environnement* (ex-Vivendi), Suez et Bouygues, via Saur. Mais, comme " les investissements sont lourds et amortis sur une longue période ", M. Camdessus propose un " partenariat public-privé ". La formule paraît séduisante, mais, chaque fois que ce partage a été expérimenté, seul le privé en a profité.

[* prêt aussi à racheter la SNCM !]En France, cette formule baptisée " concession de service public " a connu un certain succès auprès des municipalités au cours de la décennie 1990. Pour ces dernières, souvent endettées, l'apport du financement privé semblait une solution. Le bilan dressé par la Cour des comptes ou par le Parlement est sans appel : fonds détournés en faveur d'élus ou de partis politiques, infrastructures délaissées, factures opaques, prix en hausse... " Quand le service public de l'eau est confié à une entreprise privée, la facture est de 30 % à 40 % plus chère ", note Marc Laimé, qui a mené une longue enquête (15). Du coup, certains élus ont décidé de remettre dans le giron public le service d'eau et/ou d'assainissement de leur ville.

À l'étranger, l'échec est tout aussi flagrant et les conséquences encore plus lourdes. Au Ghana, la Banque mondiale a mis une condition pour débloquer un prêt de 110 millions de dollars : augmenter les prix pour couvrir les coûts opérationnels. En quelques mois, les tarifs ont doublé. À Manille (Philippines), Suez et l'américain Bechtel se sont partagé le marché, chacun étant allié avec une entreprise locale. Entre 1997 et 2002, les tarifs ont été multipliés par six. Actuellement, une facture d'eau absorbe environ 10 % des revenus d'une famille de couche moyenne. Les autres - de loin les plus nombreuses - se débrouillent comme elles peuvent, y compris en achetant, à la sauvette, de l'eau polluée. Pas étonnant de voir certaines maladies infectieuses réapparaître.

Toutefois, à vouloir tout, tout de suite, on se retrouve sans rien : malgré les capitaux publics (on parle d'un renflouement de 120 millions de dollars), Suez s'est finalement retirée de Manille, jugeant l'affaire insuffisamment rentable. Comme le duo Bechtel-Edison a quitté Cochabamba (Bolivie), et Veolia, La Paz...

Ces échecs à répétition n'ébranlent en rien les convictions de M. Camdessus. Simplement, l'ex-patron du FMI milite pour un nouveau partage des eaux. En effet, assure-t-il dans son rapport, " on ne peut pas espérer que les entreprises internationales jouent un rôle significatif dans le secteur rural ou auprès des communautés très isolées, [mais, dans les zones] d'urbanisation galopante, leur rôle peut être décisif ". Moralité : au public les pauvres, au privé les marchés solvables... Et tant pis pour la péréquation, qui est à la base même de l'égalité et de l'accès à l'eau pour tous.

Ce fanatique du marché exige en plus des garanties en béton pour les capitaux, afin que Suez, Veolia et autres Bechtel n'aient plus à déplorer les revers de ces dernières années. " Face au risque lié au taux de change ", il propose d'instaurer une garantie collective prise en charge notamment par les bailleurs de fonds internationaux. Face aux " risques de pression politique ", il réclame la création d'un " nouveau cadre réglementaire " international qui empêcherait toute remise en cause des contrats passés. Enfin, le rapport insiste sur la nécessaire " indexation des tarifs de l'eau pour protéger (...) du risque lié à la législation environnementale ". Réglementation, protection, indexation : voilà le credo de M. Camdessus. Que dirait-il si on l'appliquait aux salaires et à l'emploi ?

Sa devise est claire : la sécurité pour les capitaux et l'insécurité pour les êtres humains. On la retrouve dans son rapport sur la situation française. Exit la sécurité (relative) donnée par le contrat de travail à durée indéterminée, car elle empêche les entreprises " de se séparer du salarié qui ne leur convient plus " (on connaissait les licenciements pour convenance boursière, voici les licenciements pour convenance tout court). Exit le recours à la justice en cas de licenciements abusifs ou d'absence de plan social, qui fait peser " une insécurité juridique " insupportable sur le patronat. Quant au " coup de pouce au smic " (0,42 euro de l'heure le 1er juillet 2004 !), il est trop onéreux pour être maintenu. Le plus inquiétant est que ces recommandations prennent force de loi.

Ce combat pour le profit se pare d'oripeaux humanistes. C'est au nom de la " valeur travail réhabilitée " que l'on intensifie le travail des uns tout en laissant les autres sur le carreau du chômage. La " valeur capital ", elle, est occultée. Pourtant M. Patrick Artus, chef des études à la Caisse des dépôts et consignations - et membre de la commission Camdessus -, s'inquiétait, dans une étude interne, en septembre 2004, de " la baisse de la part des salaires au profit des revenus du capital (...) qui pose une question d'équité entre salariés et actionnaires et une question d'efficacité : la baisse des salaires entraîne aussi la baisse de la consommation (16) ". Pas trace de ces remarques pertinentes dans le rapport. Comme quoi il est des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à dire.


MARTINE BULARD.


(1) Les Échos, Paris, 7 janvier 2000.

(2) Chiffres de la Banque mondiale cités par Joseph E. Stiglitz, La Grande Désillusion, Fayard, Paris, 2002.

(3) Voir notamment le film de Fernando Solanas, Mémoire d'un saccage, Ours d'or à Berlin, 2004.

(4) Michel Camdessus, Le Sursaut. Vers une nouvelle croissance pour la France, La Documentation française, Paris, octobre 2004.

(5) Rapport annuel du FMI 1998. Lire John Evans, " Impact social de la crise asiatique ", Le Monde diplomatique, mai 1998.

(6) Amandine Giraud, " La crise indonésienne et le rôle du FMI ", étude du Haut Conseil de la coopération internationale, Paris, juin 2001.

(7) La Grande Désillusion, op. cit.

(8) Les Échos, 14 septembre 1998.

(9) Lire Clara Augé, " Rêves en morceaux à Buenos Aires ", et Jorge Beinstein, " Le pourquoi d'une économie de pénurie ", Le Monde diplomatique, septembre 2002.

(10) Michel Camdessus, " The IMF and its critics ", The Washington Post, 10 novembre 1998.

(11) La Tribune, Paris, 26 juin 1998.

(12) Conférence sur l'économie mondiale à l'université de Nottingham (Grande-Bretagne), septembre 2004.

(13) Rubens Ricuperao, secrétaire général de la Cnuced, Rapport sur le commerce et le développement.

(14) On y trouve le directeur général de Suez, celui de la Banque Lazard & et frères, le vice-président de la Citibank... Le rapport " Financer l'eau pour tous " a été publié en mars 2003.

(15) Le Dossier de l'eau. Pénurie, pollution, corruption, Seuil, Paris, 2003.

(16) Cité par Éric Le Boucher, Le Monde, 6 septembre 2004, et par L'Humanité, le 9 septembre 2004.




Vive les futurs nouveaux experts : l'éditorial de Denis Sieffert dans Politis du 29 septembre 2005... Ce n'est peut-être pas écrit en toutes lettres, mais je ne peux pas m'empêcher de lire entre les lignes... à tort ?

Le fond de l'air est libéral

Denis Sieffert / Politis / 29 septembre 2005

L'idée est séduisante. Nous serions entrés dans le post libéralisme. Ou sur le point d'y entrer. C'est un député UMP qui le dit, auteur d'un rapport préconisant " des outils pour une nouvelle stratégie industrielle ". Bernard Carayon c'est son nom fonde son analyse sur un événement qui, manifestement, a aussi laissé pantois le préposé à la une du Monde (le quotidien avait titré le 16 septembre : " Bush plaide pour les pauvres "). Il aurait donc suffi que le Président américain, s'exprimant à la tribune des Nations unies, reconnaisse que le terrorisme " pouvait avoir " une origine économique et sociale pour que l'humanité tout entière entre dans une ère nouvelle. Vous avez dit naïveté ? Ou complaisance ? Car nul n'ignore que le libéralisme économique, variété extrême du capitalisme, s'est toujours défini par une certaine plasticité. Et les libéraux par une aptitude à enfreindre leurs propres règles quand il s'agit de défendre leurs intérêts. Bernard Carayon se contredit d'ailleurs quand il observe que les États-Unis ont mis en place depuis vingt ans un " Committee on Foreign Investisments in the United States " chargé d'interdire certaines prises de participations étrangères dans des entreprises américaines. Car il n'y a rien de plus antilibéral que cette mesure si l'on considère le libéralisme comme une sorte de mysticisme halluciné. Mais rien de plus libéral si l'on est convaincu qu'il s'agit au contraire d'une doctrine destinée à servir des intérêts économiques très identifiables, et prête à user de tous les moyens pour cela. Si l'on suit M. Carayon, le " post libéralisme " aurait donc commencé il y a au moins vingt ans. À moins que le libéralisme, au sens où il l'entend, n'ait jamais existé !

Mais ce débat n'est pas innocent. L'avènement supposé du " post libéralisme " arrangerait bien des libéraux de droite et de gauche autorisés à agir sous un nouveau label, alors que l'ancien rebute visiblement les électeurs. On notait d'ailleurs dans une récente tribune à Libé l'hommage appuyé de Bernard Carayon à Nicolas Sarkozy et à Dominique Strauss-Kahn. Deux post libéraux bien connus ! Hélas, et en dépit de l'émouvante conversion de George Bush à la cause des pauvres, le fond de l'air reste très libéral. L'indignation unanime de toute la classe politique française après l'annonce d'un plan de licenciements chez Hewlett-Packard ressemble plus au dépit de libéraux aux petits pieds qu'aux prémices d'un aggiornamento général. Comme un spectateur déçu, Dominique de Villepin crie aux dirigeants de HP : " Remboursez ! " Comme si le Premier ministre avait pu imaginer que l'utilisation des aides publiques, et de tous les avantages fiscaux destinés à attirer les capitaux étrangers, valait engagement moral. Bernard Carayon, lui, en appelle à un futur " Committee on Foreign Investisments " à la française, et le maire socialiste de Grenoble fait le voyage de San Francisco pour dire leurs quatre vérités aux dirigeants de HP. Quant à Jacques Chirac, il multiplie les déclarations bravaches. Évidemment, nous ne sommes pas ici en train de dire qu'il faudrait s'accommoder de l'ordre des choses. Ni que M. Destot, édile grenoblois, n'est pas sincèrement bouleversé. Cette entreprise qui licencie pour plaire à ses actionnaires, et se permet dans la foulée de racheter 425 millions de dollars la firme américaine Peregrine Systems, c'est en effet révoltant. Et tous les coups de gueule sont bons à entendre. Peut-être même sauveront-ils quelques emplois. Mais ils peuvent aussi à leur manière participer d'une dépolitisation du débat.

Car il ne faudrait surtout pas laisser croire que la gestion d'Hewlett-Packard est une aberration, étrangère au système. Une vilaine verrue sur le visage beau, lisse et innocent du " capitalisme post libéral ". On peut se battre comme le font les salariés de la firme américaine, mais on ne peut s'ébaubir de ce qui arrive. D'abord parce que ce n'est pas la première fois. On a connu tant de situations similaires depuis que Michelin annonça ses licenciements en même temps que des résultats financiers mirobolants souvenez-vous, c'était en 1999 et la gauche était au pouvoir. Mais, surtout, nous baignons entièrement dans cette actualité. Pendant que HP défraie la chronique, on apprend que 2005 sera une année record pour le CAC 40, que le chiffre d'affaires de Total a fait un bond en avant de 16 %, engrangeant 6,3 milliards d'euros au cours du premier semestre, et France Télécom 3,3 milliards, et Sanofi-Aventis 2,9 milliards... On apprend que les champions du CAC ont reversé 25 milliards d'euros à leurs actionnaires en 2004, et déjà 22 milliards cette année. Or, on cherche en vain dans la politique gouvernementale des mesures qui protégeraient les salariés. Le récent projet de loi " relatif aux offres publiques d'acquisition " vise surtout (et timidement) à défendre nos fleurons du CAC 40 contre des offensives étrangères. Comme si nos grandes entreprises déjà très internationalisées étaient parées de vertus morales particulières. Et comme si l'actionnaire et le salarié avaient encore des intérêts communs. Tout cela, décidément, n'est pas très " post libéral ".





Il est sûrement utile de rappeler que le libéralisme est un concept qui a maintenant bientôt deux siècles. L'histoire nous montre que toutes les tentatives d'installer durablement le libéralisme ont échoué jusqu'à présent. Mais remarquablement, à l'instar du serpent de mer, le libéralisme revient régulièrement présenté comme la seule façon moderne de : en finir avec la famine, le chômage, la pauvreté, la drogue, les accidents de bagnoles, le café trop fort ou pas assez, les puces du chien, etc. C'est selon l'humeur du tribun du moment.




La fabrication du consensus bioéthique : l’exemple de la recherche sur l’embryon
http://ecorev.org/article.php3?id_article=304

La politique des savoirs dans la société du risque
http://ecorev.org/article.php3?id_article=297






[Corrélats : Lobbying / Transports / ISO 14001 / Amiante / Seveso / ESB / ...]

[ Autres corrélats possibles : Accident d'avion de Charm el Sheik / Démocratie en Iraq / Empoisonnement de Arafat / Tsunami en Asie / Noël au balcon / K.O. par Tyson / Outreau ou trop peu / ...]

Retour