Entrez un mot-clé
Hareng


Le hareng (Arengus arengus) est un poisson de la famille des clupéidés.



Ce poisson se reproduit en automne. Les femelles pondent plusieurs dizaines de milliers d’œufs à une cinquantaine de mètres de profondeur dans la zone littorale soumise aux influences de la marée (essentiellement de part et d’autre du Pas-de-Calais).

Les alevins sont entraînés par les courants vers les zones estuariennes qu’ils atteignent vers l’âge de six mois (Tamise, Escaut (Zeeland), Ems, Weser, Elbe). Les jeunes vont y passer une année et demie environ. Vers l’âge de deux à trois ans, lorsqu’ils atteignent la maturité sexuelle, les harengs gagnent les zones de la mer du Nord où ils forment trois stocks principaux sur Dogger, sur Buchan et sur Downs.

Dans les années 1968, on pêchait plus d’un million de tonnes de harengs en mer du Nord. Malheureusement, une part trop importante (70 % et plus) des poissons de trois ans, c’est-à-dire de la classe d’âge la mieux à même de se reproduire, faisait partie des captures. Cette surpêche a entraîné, vers les années 70 – 80, un brusque effondrement des prises et une diminution de la taille moyenne des poissons.

La reconstitution des stocks, que l’on commence à observer, est probablement due à une politique de quota qui fut assez bien acceptée et appliquée.

Toutefois et sans minimiser cette politique des quotas de pêche, je crois qu’il y a une autre raison à cette reconstitution des stocks. Dans les années 60 – 70, la Tamise, l’Escaut, la Weser ou l’Elbe, pour les avoir traversés maintes et maintes fois, m’étaient apparus comme des égouts à ciel ouvert. Si ces fleuves ont retrouvé une meilleure allure (odeur aussi), c’est très probablement qu’en Grande-Bretagne, en Hollande, en Allemagne ou au Danemark, comme ailleurs en Europe, dans les années 75 – 95, les États ont mis en place une politique d’épuration des eaux qui a donné des résultats remarquables. Il est certain que les estuaires ont, dans le même temps, bénéficié de l’amélioration de la qualité des eaux de ces fleuves. Il y a de fortes raisons de penser que la qualité des eaux retrouvée bénéficie aussi aux poissons qui vivent dans ces zones.




Le hareng :
http://www.medisite.fr/Le-hareng.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hareng
http://fr.msc.org/html/content_741.htm





[Corrélats : Estuaires / Poissons / Pêche / ...]

Retour