Pour différentes raisons, certaines rédhibitoires (âge, cessation d'activité professionnelle), à partir du 1er mars 2016,
je n'actualiserai plus cette page de façon suivie. On trouvera facilement les liens vers les sites auprès desquels je m'informais.
Entrez un mot-clé
Horaires décalés



Salvador Dali : Montres molles
Aujourd'hui, mercredi 15 octobre 2008, je me suis fendu d'un message à l'adresse de l'émission de M. Alain Bedouet sur France Inter, consacrée à " Travailler le dimanche "...


" Il ne fait aucun doute que le travail dominical, quand il ne concerne que le commerce, revient à le financiariser. Seule la grande distribution tirera des avantages. Lorsque les petits commerces auront disparu, les prix ne baisseront plus ou bien s'ils le font ce sera parce que les salaires et les conditions de travail seront au niveau de ce que propose Wal-Mart aux États-Unis... Il faudrait bien évidemment que le travail dominical puisse être proposé aux banques, aux services sociaux comme les crèches ou les Caf, l'URSAFF, aux services de l'État comme les Ministères, les préfectures, aux enseignants. Je suis Maître de conférences et faire des cours le dimanche me permettrait une augmentation de salaire non négligeable. "

Au moment où je commence cette page, il est 17 heures. J'ai répondu à France Inter, qui voulait m'appeler au téléphone, qu'à 19 heures, je n'étais pas joignable... Je chante avec l'ensemble vocal Ktêma...




Sur l'excellent site " Le cerveau à tous les niveaux ", on peut lire :

" L’être humain n’est pas conçu pour faire de la surveillance dans une centrale nucléaire à 4 heures du matin. Cela va à l’encontre de son horloge biologique. Et cela donne des accidents comme ceux des centrales nucléaires de Three-Mile Island ou de Chernobyl.

D’autres accidents célèbres sont attribuables à des altérations du jugement et de la concentration dues aux quarts de travail nocturnes : le déversement du pétrolier Exxon Valdez, ou encore la fuite de produits chimiques à Bhopal, en Inde.

Sans parler de tous les accidents de la route qui auraient pour origine la perte de vigilance due à la fatigue. On estime que la somnolence serait responsable de près de 40 % de tous les accidents de la route. On soupçonne également que de 10 à 15 % des accidents mortels impliquant des routiers seraient causés par la fatigue. Et ces épisodes de somnolence au volant seraient 8 fois plus fréquents la nuit que le jour. "




Mais le travail en horaires décalés n'a pas que des effets sur la vigilance des travailleurs, il est un facteur essentiel de la dégradation de leur santé physique et mentale (maladies cardiovasculaires, diabète, troubles digestifs, surcharge pondérale, cancers hormonaux, dépressions, troubles du sommeil, etc.). Il est aussi un facteur important de désocialisation des individus soumis à ces traitements et de leur entourage.

La raison de ces troubles tient en un seul point : la désorganisation des rythmes biologiques auxquels sont soumis tous les êtres vivants diurnes dès lors qu'on les oblige à être actifs pendant la nuit au lieu qu'ils dorment.

L'organisation du rythme circadien est dépendante de plusieurs horloges internes synchronisées et particulièrement de celle qui se situe au niveau du noyau supra chiasmatique dans l'hypothalamus.

Ces horloges qui se règlent essentiellement sur l'alternance du jour et de la nuit (récepteurs optiques, glande pinéale, etc.) vont agir sur le cycle du sommeil et de la veille, sur celui de la prise des repas, sur ceux des alternances d'activité et de repos, mais aussi sur la température du corps, la sécrétion de métabolites ou d'hormones, etc.

D'autres horloges plus discrètes ont été découvertes dans différents tissus hépatiques, graisseux, cellules gliales, etc. et agissent par le biais des alternances rythmées qu'ils produisent (variation de la glycémie, métabolisme des triglycérides et des cholestérols, sécrétions hormonales, etc.).Pour ce qui est des rythmes hormonaux, il y a longtemps déjà que l'on avait montré leur forte corrélation avec des rythmes circadiens (sur 24 heures) ou avec des rythmes nycthéméraux (alternance jour et nuit).

Ce sont probablement la sécrétion de mélatonine, la sécrétion de cortisol ou bien les variations de température interne qui correspondent le mieux aux rythmes circadiens.Par contre, la sécrétion de prolactine normalement nocturne et devient diurne chez une personne qui travaille la nuit est une sécrétion nycthémérale. C'est vrai pour l'hormone de croissance ou pour la rénine.

D'autres hormones ont à la fois une rythmique circadienne et une rythmique nycthémérale. C'est le cas de la leptine, hormone peptidique sécrétée par les adipocytes, qui régule les réserves de graisses dans l'organisme et intervient dans la régulation de la prise alimentaire. Cette hormone est principalement sécrétée la nuit et à distance des repas pendant le jour. Dans le cas d'un travail de nuit, la leptine est davantage sécrétée pendant la nuit. Cette hypersécrétion est probablement une cause importante d'infarctus du myocarde et de diabète non insulinodépendant.D'une manière constante, on a remarqué que le travail de nuit ou le travail en horaires décalés conduisaient à une désynchronisation des rythmes de sécrétion hormonales aussi bien les rythmes circadiens que les rythmes nycthéméraux.

Paradoxalement, ce n'est pas le fait de travailler la nuit qui pose problème… C'est le fait d'arrêter (ou de reprendre). On a remarqué, en effet, que les troubles hormonaux ou métaboliques étaient exacerbés au cours des week-end ou des périodes de repos pour la raison essentielle que le travailleur décalé tentait au mieux de satisfaire aux exigences sociales de sa famille ou de ses relations, en accumulant une dette de sommeil, en perturbant ses prises de repas ou en contraignant ses activités physiques ou de loisir.

Il n'y a donc rien de très étonnant à ce que l'on note qu'un quart à une moitié des travailleurs de nuit ou en horaires décalés arrête leur activité pour cause de maladie. Il n'y a rien de très étonnant que ceux qui maintiennent cette activité au-delà d'un certain temps soient stressés, abusent des neuroleptiques et finissent par développer des cancers (Centre International de Recherche contre le Cancer / CIRC) du fait des altérations des réponses immunitaires, conséquence des perturbations à la sécrétion de la mélatonine.

Voir Le travail de nuit posté, cancérogène probable

Les rythmes biologiques des organismes complexes
http://pagesperso-orange.fr/jmcmed/rythmes/rythme_5.htm

Bases de la chronobiologie : les rythmes nycthéméraux
http://www.em-consulte.com/article/112914

Chronobiologie et rythmes circadiens
http://sommeil.univ-lyon1.fr/articles/challamel/sommenf/chronobiologie.html

Les rythmes circadiens de vigilance
http://ura1195-6.univ-lyon1.fr/articles/challamel/sommenf/rythmes.html






Travail de nuit
http://fr.wikipedia.org/wiki/Travail_de_nuit

Travail en horaires décalés : alimentation désorganisée
http://www.e-sante.fr/alimentation-travail-horaires-decales-alimentation-desorganisee-NN_11088-81-3.htm

Conséquences du travail à horaires décalés sur les rythmes hormonaux et le métabolisme
http://www.atousante.com/annexes/actualites/consequences_du_travail_a_horaires_decales_sur_les_rythmes_hormonaux_et_le_metabolisme

Bien dormir malgré des horaires décalé
http://www.santemagazine.fr/accueil/navigation-principale/forme-bien-etre/dossiers-forme-bien-etre/bien-dormir-malgre-des-horaires-decales.html

Vers une société active non-stop ?
http://www.aufeminin.com/mag/societe/d897/x7927.html






[ Corrélats : Travail de nuit / ...]



Retour