Entrez un mot-clé
L'incinération
L'incinération
comme traitement des déchets




Chaque fois qu'un projet d'incinération est envisagé sur un territoire donné, immanquablement une levée de boucliers se fait entendre contre ce projet. Il faut dire que cette technique de traitement des déchets, ordures ménagères, déchets industriels, boues de station, etc. ne jouit pas d'une bonne réputation. À juste titre puisque cette technique, si elle est mal conduite, présente des risques importants pour la santé des riverains et leur environnement.


Comment pourrait-il en être autrement ? Il faut rappeler que la plupart des objets que nous utilisons, des aliments que nous consommons sont pollués par des traces de substances toxiques, des pesticides, des métaux lourds, etc. Il est normal que ces substances toxiques se retrouvent concentrées dans les déchets qui en sont issus. N'importe quel traitement qu'on appliquera aura le même résultat. En outre, les combustions, qui sont des oxydations brutales, donc des réactions chimiques vives, produisent logiquement des résidus et des déchets dont certains sont parfois extrêmement toxiques (dioxines et furannes, monoxyde de carbone, benzopyrènes, acroléine, etc.).

Il faut bien comprendre que si on ne proteste pas plus quand il s'agit de consommer des objets ou des aliments dont on sait que leur mode de fabrication est peu conforme au développement durable, parfois au prétexte que le produit est bon marché parce qu'il vient de pays dont les préoccupations environnementales ou de santé au travail sont proches de zéro, on ne peut pas être vraiment crédible à s'opposer de façon systématique et absolutiste à certains types de traitement. C'est d'autant plus vrai que les motivations les plus essentielles sont surtout du type : " pas dans mon jardin ".

Que l'incinération ne soit la solution idéale pour traiter des déchets, c'est fort possible. Existe-t-il de telles solutions idéales ? C'est fort peu probable. On ne peut pas espérer dans un processus de traitement d'un déchet qui se révèle être toujours un formidable raccourci thermodynamique, atteindre la perfection.

Pour de multiples raisons, de temps, de moyens financiers, d'espace, etc. les déchets liquides et solides sont toujours traités par des méthodes qui font l'économie d'intermédiaires thermodynamiques comme c'est le cas dans la nature. La dégradation de la matière organique, par exemple, fait intervenir des milliers d'intermédiaires décomposeurs jusqu'à la bactérie finale qui rejettera de l'eau, du gaz carbonique et quelques autres éléments. Tous ces intermédiaires prendront beaucoup de temps puisque la finalité de tous ces intermédiaires, c'est de limiter l'accroissement du désordre dans le système, ce que les thermodynamiciens qualifient d'entropie.

L'incinérateur fait la même chose, mais brutalement, rapidement, sans intermédiaires et avec un maximum d'entropie. L'effet de serre n'est rien d'autre qu'un avatar thermodynamique d'augmentation de l'entropie, par exemple, mais pas seulement, par augmentation de l'énergie calorifique rapidement libérée et perdue.




Quelques généralités

L'incinération des déchets s'applique surtout aux déchets ménagers pour lesquels on constate que cette technique peut s'appliquer aux trois-quarts de ces déchets dont le volume, une fois brûlés, est diminué de plus de 90 %.

L'incinération s'applique bien également aux déchets dangereux, soit directement, dans des fours adaptés et spéciaux, avec un appoint de combustible, soit en co-incinération (cimenteries, hauts-fourneaux).

L'incinération, enfin, s'applique à divers refus issus des tris au cours d'autres traitements des déchets (compostage, recyclage, etc.).

Les déchets ménagers n'ont généralement pas besoin d'être beaucoup préparés ou triés avant l'alimentation des trémies de combustion. Il convient simplement de veiller à ce que le mélange des déchets assure un pouvoir calorifique inférieur au moins égal à 1900 th/t. Le tri sélectif, en supprimant les déchets fermentescibles, permet souvent d'atteindre un P.C.I. de 2300 th/t.

Toutefois, même si le PCI de ces matériaux est suffisant pour assurer une bonne combustion, il convient le plus souvent de s'assurer que les déchets subissent un temps de séchage correct avant d'être introduits dans la chambre de combustion. Les fours modernes assurent généralement ces deux fonctions successivement.

L'incinération génère des sous-produits et diverses pollutions qu'il convient bien entendu de traiter.

Les matières organiques sont théoriquement réduites à du gaz carbonique et de l'eau. Dans la réalité, une fraction de la matière organique reste imbrûlée.

Les mâchefers, à la condition que les déchets à incinérer contiennent assez de verres, sont parfaitement valorisables comme sous couches routières.

Les plastiques des sacs et des emballages contiennent du chlore et du fluor qui donnent naissance à de l'acide chlorhydrique et fluorhydrique.

Les métaux lourds sont, soit entraînés dans les cendres volantes des fumées, soit incorporés dans les mâchefers.

Les fumées chaudes doivent être refroidies et dépoussiérées. Divers procédés existent (refroidissement avec de l'air, de l'eau, sur des échangeurs), mais ces procédés restent très coûteux surtout parce que les fumées à près de 1000° C contiennent des acides qui raccourcissent extrêmement la durée de vie des matériels avec lesquels ils sont en contact. On estime, par exemple, que la durée de vie d'un échangeur (production d'eau chaude avec des fumées) est de un an le plus souvent, 18 mois au mieux.




Législation sur l'incinération des déchets :

Directive du Conseil n° 89/369 du 8 juin 1989 concernant la prévention de la pollution atmosphérique en provenance des installations nouvelles d'incinération des déchets municipaux

Directive du Conseil n° 89/429 du 21 juin 1989 concernant la réduction de la pollution atmosphérique en provenance des installations existantes d'incinération des déchets municipaux

Directive du Conseil n° 94/67/CE du 16 décembre 1994 concernant l'incinération de déchets dangereux

Directive n° 2000/76/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 décembre 2000 sur l'incinération des déchets

Arrêté du 10 février 2005 modifiant l'arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux installations d'incinération et de co-incinération de déchets dangereux

Arrêté du 10 février 2005 modifiant l'arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux installations d'incinération et de co-incinération de déchets non dangereux et aux installations incinérant des déchets d'activités de soins à risques infectieux




Résidu d'Épuration des Fumées d'Incinération des Ordures Ménagères (REFIOM)
http://www.dictionnaire-environnement.com/residu-Epuration-des-fumees-incineration-des-ordures-menageres-refiom_ID73.html

Le traitement des fumées
http://www.syctom-paris.fr/edi/traiter/trait/valo/fumees.html

Les résidus d’incinération et refus de tri
http://www.ademe.fr/htdocs/presentation/Actionregionale/hnormandie/Guide_dechets/Ademe_Site/web-content/pages/265.htm

Épuration des fumées
http://www.socrematic.com/solution-air-propre/realisation-installations/epuration-fumees.htm

L'incinération et la valorisation énergétique
http://ddaf.oise.agriculture.gouv.fr/Environnement/inciner.htm

QUEL DEVENIR POUR LES MACHEFERS D'INCINERATION D'ORDURES MENAGERES ?
http://www.cercle-recyclage.asso.fr/publi/dossiers/materiaux/mache03.htm

Emissions polluantes des usines d’incinération d’ordures ménagères / cas particulier des dioxines - furannes
http://www.mce-info.org/Pdf/dioxines.pdf

Évaluation environnementale de la valorisation de mâchefers d'incinération d'ordures ménagères en remplissage de carrières
http://csidoc.insa-lyon.fr/these/2002/brons_laot/partie1.pdf

LES MODES DE VALORISATION LIÉS À L'INCINÉRATION
http://www.senat.fr/rap/o98-415/o98-41516.html

Gérer les mâchefers
http://www.environnement.ccip.fr/dechets/fiches/dechets-machefers.htm

Circulaire DPPR/SEI/BPSIED n° 94-IV-1 du 9 mai 1994 relative à l'élimination des mâchefers d'incinération des résidus urbains

Motion pour une révision drastique des conditions de valorisation des mâchefers d’incinérateurs (mars 2006)
http://www.lappel.net/pages/doc_tech/pdfs/lixiviation.pdf

Maturation des mâchefers : ni à Plabennec, ni ailleurs !
http://www.brest-ouvert.net/article2277.html

QUEL DEVENIR POUR LES MACHEFERS D'INCINÉRATION D'ORDURES MÉNAGÈRES ?


Vitrification et torche à plasma : des solutions pour traiter les résidus d’incinération, mais aussi déchets amiantés, déchets industriels dangereux, déchets faiblement radio-actifs…?
http://www.europlasma.com/environnement/environemen-dechets/principale1.htm

Lien entre cancers et usines d'incinération françaises
http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=16858&idThema=4&idSousThema=25&type=JDE&ctx=259






[ Corrélats : Incinération I / Co-incinération / ...]

Retour