Entrez un mot-clé
L'information
Défèque Niouz
ou de la désinformation en guise de propagande...
Sur quelques tics de langage des gens des médias


Jusqu’à preuve du contraire, la propagande n’est plus obligatoire comme du temps de Goebbels… Alors je me demande quelle peut bien être la force qui incite les gens à rester scotchés devant la télévision qui ne propose plus guère autre chose que de la publicité pour de la mal bouffe et du bourrage de crâne… Le mot liberté a-t-il encore une signification ?



Nouvelles d’outre tombe : MM. Pierre Dac, Pierre Doris, Pierre Desproges et quelques autres me font l’honneur de se rappeler régulièrement à ma mémoire… Et particulièrement à l’occasion de cette émision où le métier de journaliste a vraiment été traîné dans la boue par des gens indignes de prétendre à une carte de presse.

M. Nietzsche disait que l’ennemi de la vérité n’était pas le mensonge, mais les convictions… Le problème avec Pujadas, Salamé, Langlet, c’est qu’il n’est même pas sûr qu’ils aient des convictions… Ils sont à la soupe ! Hier, à l’évidence, elle le fut à la grimace. Toute honte bue, ils auraient dû se cacher sous la table, mais ce serait vite oublier que, ces gens-là, à l’image des politiques et des puissants qu’ils servent, sont sans vergogne.

Cela écrit, je me suis fait violence pour regarder cette émission et d’autant plus que je ne regarde plus la télévision depuis presque vingt ans… et s’il n’y avait pas eu youtube, j’aurais attendu de la regarder sur le blogue de la France insoumise, à défaut d’être insurgée (mais c’est pour bientôt, sans doute malheureusement, ou non ?). Je ne regrette pourtant pas d’avoir patienté jusqu’au moment sublime où M. Mélenchon salue Pécresse d’un  « j’aurais bien aimé discuter avec vous pendant des heures... » quand il était évident qu’il l’avait laissée débiter ses logorrhées et nous servir que si elle soutenait Fillon, elle ne soutenait pas nécessairement son programme… Ben voyons, rien de bien nouveau en termes de cohérences auxquelles elle nous avait habitué quand elle était Ministre du supérieur et que j’étais censé lui faire, professionnellement, des courbettes… Ce que je lui refusais irrespectueusement.

En tout cas, bravo pour ce remarquable compte rendu que l’on a tous partagé en direct et en différé.








Trump, c'est comme Hitler... Je le dis parce que les autres le disent !


Chacun peut le remarquer : la presse pastillée verte n'en a que
pour la fachote et le courant d'air... On s'en souviendra !



Decodex alternatif



1) Rien ne justifie le décodex de « Le Monde », sauf la dérive fasciste manifeste de ce journal et de ceux qu’il soutient, à savoir un certain nombre de socialistes, particulièrement proches ou dans le gouvernement.

2) Je rappelle qu’un des piliers du fascisme est la privation des libertés d’expression, d’opinion, de croyance ou de conviction. Le decodex s’en prend exclusivement aux blogs et aux journaux qui n’ont pas les mêmes opinions, analyses ou constatations que les journaux privés des milliardaires alimentés par l’argent public des contribuables… Le decodex s’en prend plus spécifiquement à tous ceux qui ne braillent pas sans discontinuer leurs mantras en faveur de la doxa capitaliste.

3) Apparemment, toutes les raisons sont bonnes pour attribuer des pastilles oranges ou rouges aux sites et aux blogs qui déplaisent, y compris les plus fallacieuses, voire les plus inexactes ou délibérément faussées.

4) C’est la raison pour laquelle je soutiens l’idée que tous les sites et tous les blogs d’opinion puissent exister et s’exprimer, dans le respect des lois et des règles qui prévalent habituellement pour la presse, pour le journalisme en général.

5) Je ne lis pas les propos de M. Soral*. Je ne vais pas sur son blog qui, s’il n’existait pas, ne permettrait sans doute pas de mesurer la dimension de ce personnage et éventuellement de le poursuivre devant les tribunaux quand il se lâche… Mais je ne lirai pas non plus le Parisien* dont j’ai compris qu’il faisait la promotion du front national, comme M. Soral, mais de façon plus subtile et bien plus hypocrite. [* Les noms et prénoms ont été changés… et sont interchangeables !]

6) Je suis convaincu, dès lors que l’on cherche à s’informer, que tout un chacun possède l’intelligence requise pour juger de la pertinence ou non des informations. Rien ne justifie qu’un censeur ou quelque préfet de conscience interviennent à quelque moment que ce soit.

7) Il va sans dire que je soutiens plus volontiers les sites et blogs que je lis régulièrement pour l’intérêt ou la pertinence de leurs contenus et cela même si je ne suis pas d’accord sur tel ou tel point discutable.

8) Il est clair que je soutiens M. Olivier Berruyer et son blog « Les crises », très injustement et très ignominieusement attaqué par decodex – Le Monde. Il me semble pourtant que OB, en en faisant une affaire trop personnelle, n’a peut-être pas choisi la bonne stratégie et que menacer de fermer son blog n’en est pas une très efficace non plus. Mais je ne suis pas dans sa situation. Je lui souhaite donc bon courage et un peu de patience, cette affaire va tourner en eau de boudin, c’est écrit.

9) Je voudrais préciser deux points au sujet de « Les crises ». Le premier concerne tout un ensemble de billets sur les conspirationnistes du 11 septembre 2001. J’avoue n’avoir pas compris, pourquoi M. Berruyer, faisant preuve le plus souvent d’une réelle clairvoyance sur les sujets qu’il aborde, a pu sur cette affaire être aussi aveuglé. J’ai bien conscience que quiconque a osé s’attaquer à la thèse officielle « Benladenocompatible » a payé très cher, professionnellement et socialement, ses hérésies à la pastille verte dignes du bûcher. J’ignore si M. Berruyer a pu le craindre. Là n’est pas la question. Pour ce qui me concerne, je me désintéresse totalement de savoir qui a pu être vraiment à l’origine de cette tragédie, pour les morts du WTC ou pour les Irakiens et autres peuples vivant sur des nappes de pétrole et de gaz ou autres matières premières (minerais, diamants, métaux précieux, terres rares, opium, etc.), l’Histoire nous le dira probablement. Il se peut bien que compte tenu de mon âge, je ne l’apprenne jamais. Mais, un peu pour la raison que j’ai quelque connaissance en matière de bâtiments et travaux publics, en physique aussi, il se trouve que dès le premier jour, en direct en somme, j’avais pour le moins douté des bien trop rapides explications sur des points très interpellants et s’il apparaît que les explications apportées par les conspirationnistes sont parfois plus pertinentes que celles des complotistes (ou le contraire), c’est qu’il y a lieu de ne pas rayer ces réponses d’un simple coup de gomme.

10) Comme vous l’avez fait, vis-à-vis, par exemple du Pseudo Macarel (ce n’est pas moi, je signe, de mon nom, mes commentaires sur votre site) qui écrit le 16 juin 2016 : « Modération : vous pouvez enlever ce post, comme vous venez de la faire par deux fois. Mais dans ce cas, cela n’est pas digne d’un site de ré-information comme vous prétendez l’être.

Un argument gêne, on le supprime. Ce n’est pas un comportement de ceux qui prétendent œuvrer à chercher la vérité, par un débat honnête. Vous rejoignez les comportements du reste de la presse mainstream.

Mais si c’est censuré, c’est que cela gêne la démonstration qui est tentée ici… Je pensais que vous étiez plus solides dans votre argumentation que de recourir aux coups de ciseau pour éviter d’être mis en difficulté.
 »

Pour terminer, rien ne vous autorise à traiter M. Meyssan (ou qui que ce soit d’autre) comme vous le faites ou alors acceptez la réciproque des journalistes du Monde. Dans tous ces cas, je ne soutiendrai ni vous, ni vos détracteurs. Vous valez mieux que ces empoignades et ces querelles d’ego. J’espère avoir encore le loisir de vous lire. C’est comme cela que vous êtes irremplaçable, à défaut d’être indispensable. Bonne continuation.





Vous n’êtes pas sans savoir que, depuis le 1er février, le journal Le Monde s’est octroyé le droit d’attribuer aux sites Web et aux journaux des pastilles dont la couleur indique si ce sont des sites ou journaux délivrant des informations fiables ou défèques niouzes ! Il est vrai qu’avec tout ce que ce journal a tenté de faire passer comme propagande sur l’Ukraine, sur Alep, les casques blancs, Macron, Le Pen, etc. Rien de bien étonnant que ce torchon ose le pire.

Orwell un jour, Orwell t’es pour ?

Le site les crises publie ces jours une analyse sur ce décodex… ça vaut la peine d’y regarder de près…

Billet 1 : DEC-INDEX : Quand Le Monde ressuscite L’Index de l’Église catholique…

Billet 2 : Le Decodex du Monde décodé : du travail de pro !

Billet 3 : Naufrage sur les résultats de l’élection américaine





Quelques liens à propos « defèque niouzes » publiées par le Monde :

1 : Les charniers sandinistes : http://www.medelu.org/Au-Salvador-25e-anniversaire-des

2 : Le plan Fer à cheval : https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Fer-à-cheval

3 : La démission de Chavez : http://www.acrimed.org/Le-Monde-ou-la-voix-de-l-Amerique-Latine

4 : La mobilisation à NDDL : https://reporterre.net/Adieu-Le-Monde-vive-Reporterre

5 : Les victimes syriennes : http://www.investigaction.net/syrie-le-revisionnisme-du-monde-a/

6 : L'attaque chimique de La Goutha : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/08/21/syrie-des-opposants-denoncent-une-attaque-chimique-sur-damas_3464095_3218.html

7 : Sorong : http://www.investigaction.net/qui-se-cache-derriere-le-reseau/

8 : Alep : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/12/15/fausses-images-et-propagande-de-la-bataille-d-alep_5049097_4355770.html






Bilderberg en gros et en détail

Alep sous le regard vide de notre contre-civilisation

La vie de la communauté et la libération d’Alep, par Père Daniel Maes

TRUMP : desti tué ?

Les habitants d’Alep libérée

Tiens un scoop (même pas) : Yann Barthes est un connard

Alep outragée, Alep libérée, puis Alep oubiée !


Ceci est une manifestation de soutien à Assad (Damas, 2011) faux, vrai


Faux cul entre deux chaises


Depuis pas mal d’années déjà, la presse insalubre et tout particulièrement charlie hebdo, n’a rien commis de mieux que quelques pâtés malodorants qui ne résisteront plus très longtemps à la vague portée par une information diversifiée, pluraliste et peut-être enfin davantage contrôlable.



Médiamensonges, fausses nouvelles, propagande, bourrage de crâne, etc.


Bassam Tahhan : BacharelAssado compatible et poutinophile, deux raisons pour qu'on ne l'entende pas !

Hassan Nasrallah non plus !


Il se peut que M. Salingue soit un visionnaire, mais alors il faudrait qu’il change de lunettes parce que les faits lui donnent tort à Alep et qu'il n'est pire aveuglement que de refuser de voir ses erreurs... Il se peut que M. Salingue ait des comptes à régler avec son "camarade" qu'il refuse de nommer. Ce peut être des milliers d'entre nous que ses propos insultent. Sans doute sommes-nous démesurément vaniteux pour imaginer que nous pourrions être ce "camarade", malgré notre insignifiance... Alors si ce n'est aucun de nous, quel est donc ce camarade enguillemeté contre lequel son acrimonie se déchaîne quand il serait bon qu'elle ne s'exerce que sur Acrimed, non sans talent ou justesse parfois !
Signé un camarade sans guillemet !

Et puis, tiens ... Voilà une autre camarade qui lui répond à son tour... Comme par hasard ?

Et encore un autre :

Et un autre... Plus largement destiné aux droitsdel'hommisme !


 
Rebelle modéré
 
Modérément rebelle

Plus de 110 officiers otanazis capturés dans des bunkers à Alep Est


Lettre ouverte avant de le fermer


Alep : le poids de la désinformation, le choc des mensonges. Partie 1 et Partie 2


La bêtise, la malhonnêteté intellectuelle, le mensonge, la diffusion de fausses informations, la soumission aux pouvoirs corrompus et aux politiques pourris et quelques autres caractéristiques propres à qualifier la nature profonde des journalistes servant une presse indigne quand elle ose prétendre représenter quelque soit-disant contre pouvoir, ont été particulièrement mis en avant ces derniers temps à l'occasion de la libération des otages syriens des mains (et sans soute autres organes du corps) des terroristes à la solde des pays occidentaux, dont le nôtre, en Syrie et à Alep, tout spécialement.

Le petit sondage de Bourdin (qui en est un autre) l'a bien montré quand 91 % des réponses fournies accréditent l'idée que la presse subventionnée et les journalistes de cour sont de fieffés menteurs.

Ci-après, j'ai grand plaisir à proposer des liens où, chacun, s'il prend la peine de les ouvrir et de lire les textes proposés, pourra se faire une petite idée de ce que peut être une information honnête, offerte par des gens intègres et indépendants, ce qui, contrairement à ce qu'on voudrait instiller dans les esprits, n'est pas nécessairement incompatible avec un engagement politique, philosophique, religieux, idéologique, culturel, moral ou autre… Bien au contraire s'il est affirmé et assumé.

Et pour commencer, ce texte de M. Bruno Guige (15/12/22016)

La France est en état d'extinction cérébrale / Bruno Guigue / Jeudi 15 décembre 2016

Provoquée par la cupidité des puissances occidentales et des pétromonarchies corrompues, la guerre en Syrie connaît avec la libération d'Alep un tournant majeur. Le dernier carré des terroristes d'Al-Qaida et consorts, cerné dans les décombres, est sur le point de céder devant la progression fulgurante de l'armée arabe syrienne. Les civils s'enfuient en masse vers le reste de la ville, tenu par les troupes gouvernementales.

Que fait la France ? Elle éteint la Tour Eiffel par solidarité avec Alep. Avec les habitants d'Alep, avec tous ses habitants ? Non. Le million d'Alépins réfugié dans les quartiers Ouest, pour le gouvernement français et pour les médias qui le servent, ce sont des gens qui n'existent pas. Et même s'ils existaient, ils ne mériteraient pas de vivre. Lorsqu'ils subissaient les tirs de mortier des courageux rebelles en lutte pour la démocratie, leurs morts demeuraient invisibles, effacés des écran-radar.

Car ils ont commis une faute impardonnable, ces Syriens qui ne demandaient qu'à vivre en paix, un crime qu'on ose à peine nommer. Ils n'ont pas pris les armes contre le gouvernement de leur pays. Ils n'ont pas obéi aux gouvernements occidentaux qui leur demandaient de renverser le pouvoir baassiste. Sourds aux appels des prédicateurs saoudiens, ils n'ont pas réclamé l'instauration de la charia wahhabite. Alors on n'en parle pas, c'est plus simple.

On fait l'impossible, en revanche pour sauver la peau des mercenaires recrutés en masse pour détruire l'Etat syrien, laïque et souverain, et le remplacer par un Etat-croupion d'obédience wahhabite. Encerclés dans ce qui reste de la « capitale » d'une révolution-bidon, ces mercenaires sont les mêmes que ceux qui ont tué nos compatriotes au Bataclan. Ce sont les charognards du takfir, les seconds couteaux des Saoud, les petites frappes du gangstérisme sponsorisé par l'OTAN.
La cuisante défaite de ces desperados de la terreur leur arrache des larmes, à nos faiseurs d'opinion, elle les met en transe compassionnelle comme si ces coupeurs de tête étaient nos frères d'armes, ou de pauvres victimes sur le sort desquelles il faudrait s'apitoyer. Avec un art consommé du mensonge et de la manipulation, ces affabulateurs professionnels font comme si le sort des terroristes était lié aux populations civiles qui leur servent de boucliers humains, comme si les souffrances des innocents causées par la guerre justifiaient notre soutien aux terroristes qui en sont responsables.

Pourtant on les voit, ces civils, qui fuient les quartiers rebelles dès qu'ils le peuvent, essuyant les tirs de leurs soit-disant protecteurs. Les médias parlent de 100 000 personnes qui seraient recluses dans le dernier réduit « rebelle », mais sans nous expliquer comment elles peuvent contenir dans trois kilomètres carrés ! Plus les heures passent, en réalité, et plus ce dernier bastion de fanatiques se vide de ses civils, et plus les gouvernements occidentaux, relayés par leurs perroquets médiatiques, s'en affligent. Avec un cynisme sans limite, nos dirigeants voudraient que ces civils restent bien sagement avec les terroristes dans leur trou à rats, pour servir d'alibi à la poursuite de la guerre par procuration contre la souveraineté syrienne. Complices des allumés du takfir maquillés en rebelles démocrates, nos dirigeants aimeraient les prendre en otages, ces civils, les avoir sous la main comme des preuves vivantes de cette révolution-bidon, en nous faisant croire que lorsque l'armée syrienne frappe Al-Qaida, elle s'acharne en fait contre des innocents.

Mensonge pour mensonge, on nous dit aussi que des dizaines de civils ont été froidement abattus par des milices chiites. Mais ceux qui rapportent cette accusation oublient de dire que selon l'ONU il n'y a pas de preuve de ces massacres et que ces allégations sont « invérifiables ». Peu importe, c'est un détail ! Les mêmes accusateurs diront alors que des massacres auront lieu, que c'est inévitable, qu'il y aura un « génocide » ! Impuissante à produire la moindre preuve sur des faits passés, l'accusation se conjugue au futur, elle se fait prophétique, elle vaticine en prenant ses désirs pour des réalités.

La désinformation bat son plein, l'esprit collabo se déchaîne et l'hexagone, comme d'habitude, bat tous les records. Quel pays de masochistes ! On éteint la Tour Eiffel pour pleurer la défaite de ceux qui mitraillent les terrasses de nos cafés, mais on impose un embargo sur les médicaments à un peuple qui ne nous a rien fait en croyant punir un gouvernement qui combat ces assassins sans frontières. Alors, oui, éteignons la Tour Eiffel et tout le reste. De toutes façons, la France est un pays en état d'extinction cérébrale, une colonie de l'Empire dirigée par des imposteurs qui, en faisant le malheur des autres, fabriquent aussi le nôtre.

Bruno Guigue (15/12/2016)

M. Guigue publie certains de ses textes entre autres, sur un site antisioniste et complotiste, évidemment : http://www.palestine-solidarite.org/


Et parce qu'il est nécessaire de publier un exemple de duplicité, je vous propose ce chef d'oeuvre accompli dans le domaine... Les commentaires OB sont de M. Olivier Berrurier, blogueur conspirationniste (Les crises), bien connu de tous ceux maintenant concernés en premier par le nouvel état d'urgence cazeneuvard.

Suite de notre cours de propagande de guerre…

« Alep crève, mobilisons-nous ! », par Raphaël Glucksmann et Yannick Jadot

Source : Souria Houria, Raphaël Glucksmann, Yannick Jadot, 13-12-2016

Poutine et Al-Assad sont des « terroristes » et ceux qui les soutiennent en France sont leurs complices accusent l’essayiste et le candidat écologiste à la présidentielle.

OB : et les complices des terroristes, on sait ce qu’on leur fait, hein… Sérieusement, on est en plein Orwell, ces deux tristes sires pleurant la défaite des djihadistes (au prix, évidemment de bien trop de pertes civiles, amis qui fournit des armes aux combattants ?)

Alep crève sous nos yeux. Nous assistons en direct à l’éradication d’une population.

Alep crève et emporte dans ses ruines, avec les milliers d’enfants, de femmes et d’hommes que nous laissons mourir, l’idée même de droit international.

Après les bombardements massifs et indiscriminés de l’aviation de Vladimir Poutine et Bachar Al-Assad, les milices du régime finissent le « travail » à l’arme blanche, rue par rue, maison par maison. Et la communauté internationale regarde, hébétée, inutile, incapable d’imposer un cessez-le-feu ou d’organiser l’évacuation des civils pris au piège.

Alep crève. Comme Srebrenica et Grozny ont crevé avant elle. De la même manière, selon la méthode dite « tchétchène » que le maître du Kremlin assume, revendique et impose.

OB : bon, c’est vrai qu’elle permet de gagner cette technique. Et puis rappelons-nous des crimes de Dresde, Hiroshima…

La seule nouveauté dans cette tragédie, c’est la possibilité de suivre le calvaire des habitants jour après jour, heure après heure, sur Twitter et Facebook.* « Ceci est mon dernier message, nous allons mourir. Que fait le monde ? » : les posts des activistes depuis lundi 12 décembre, en arabe ou en anglais, disent tous la même détresse, comme autant de bouteilles jetées dans une mer d’indifférence planétaire. Ils rendent notre inaction plus coupable encore.

Alep avait fait sa révolution. Il fallait la punir. Comme toutes les villes de Syrie qui se sont soulevées il y a cinq ans contre la tyrannie d’Assad,

Alep devait payer. Alep a expulsé l’organisation Etat islamique de ses murs et Alep crève. Parce que l’objectif stratégique de Vladimir Poutine et de Bachar Al-Assad n’est pas le combat contre Daech (acronyme en arabe de l’organisation Etat islamique), mais l’écrasement de la rébellion dans son ensemble, dans sa dimension djihadiste ou laïque, militaire ou civile, l’écrasement de toute possibilité de soulèvement.

OB : ce qui me semble être le but de tout gouvernement, en effet…

Parce que nous entendons quotidiennement des discours, en France, essayant de justifier l’injustifiable,

OB : comme armer encore plus de djihadistes ?

nous voulons rappeler aujourd’hui cette vérité simple : raser une ville, ses écoles, ses hôpitaux, ce n’est pas lutter contre le terrorisme, c’est du terrorisme. Poutine, Assad et leurs troupes sont des terroristes. Et leurs crimes abjects nourrissent le djihadisme.

OB : dingue, comme au Vietnam ou en Irak ? Alep crève et la plupart des candidats à la présidence de la République du « pays des droits de l’homme » refusent de nommer ses bourreaux. Ou, pire encore, ils les soutiennent ouvertement.

Alep crève depuis des mois et Marine Le Pen a applaudi Assad et Poutine, son modèle et son parrain. Alep crève et François Fillon a dit, dans un débat de la primaire démocratique de la droite française, « choisir Assad »avant de justifier Poutine. Alep crève et Jean-Luc Mélenchon a affirmé dans une émission populaire du service public : « Je pense que Poutine va régler le problème en Syrie. »

OB : ce qu’il fait apparemment. Trump devrait bientôt l’y aider…

Maintenir, étendre les sanctions

Si nous faisons tout pour que la Cour pénale internationale juge un jour les bourreaux d’Alep, ce sera incontestablement aux seuls électeurs français de juger leurs complices ici.

OB : ceux qui leur ont livré des armes ????

Alep crève. Et d’autres candidats, plus précautionneux, parlent de « réintroduire Poutine dans le jeu » comme Emmanuel Macron, ou de revenir sur les sanctions qui visent la Russie comme Arnaud Montebourg. Les sanctions ont été imposées pour pousser le Kremlin à retirer ses troupes d’Ukraine, un voisin qu’elles avaient envahi en violation du droit international et de tous les traités existants. Non seulement les troupes russes ne se sont pas retirées d’Ukraine, mais elles rasent Alep en plus. Et nous devrions lever les sanctions ? Pour récompenser Poutine de ses crimes syriens ?

Les sanctions qui visent Moscou doivent être plus que maintenues, elles doivent être étendues, renforcées. Il ne s’agit pas de faire « la guerre à la Russie », et encore moins au peuple russe, comme cherchent à le faire croire les relais de la propagande russe en Europe, il s’agit d’utiliser les moyens de pression à notre disposition pour faire cesser le massacre.

OB : je me demande s’ils se rendent comptent qu’ils sont le relais de la propagande saoudienne et djihadiste ces comicos ?

Alep crève et l’Union européenne doit mettre en place une « liste Magnitski » (du nom de l’avocat russe assassiné en 2009) élargie qui lui permettrait d’interdire l’entrée de son territoire aux personnes liées aux violations des droits humains en Russie, en Ukraine et en Syrie, et de geler leurs comptes bancaires et leurs biens immobiliers. Ce régime russe est aussi une oligarchie qu’il faut frapper au portefeuille. Sans établir ce rapport de force, nos mots seront inutiles et nos réunions vaines.

Alep crève et nous proposons de faire campagne pour que la Coupe du monde de football n’ait pas lieu dans la Russie de Poutine. En 2014, la pression exercée sur le dirigeant russe a eu un impact et plusieurs prisonniers politiques ont été libérés quelques semaines avant le début des JO. Utilisons cette carte pour sauver ce qui peut encore être sauvé en Syrie.

Poutine promet un grand hiver des dictatures

Alep crève et la question de l’indépendance européenne face au régime de Poutine se pose plus que jamais. Indépendance énergétique tout d’abord, avec le nécessaire plan européen d’investissement massif dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

L’indépendance de l’information ensuite, car nous constatons désormais quotidiennement la désinformation et la multiplication des « fausses informations » propagées par le Kremlin.

OB : euh, comme on ne risque pas d’entendre ça dans les médias mainstream, ils entendent QUOI par là exactement, hmmmm ? Enfin l’indépendance des politiques et leur corruption : voir le bras financier du Kremlin soutenir des partis, candidats et mouvements sur tout le continent sans réagir n’est plus acceptable.

OB : en effet, obligeons les banques à prêter à tous les partis qui ont besoin de fonds ! Vladimir Poutine a porté à bout de bras Bachar Al-Assad dès les premiers jours de la répression.

OB : cela s’appelle avoir des alliés. Nous, on tue les nôtres. Ca dissuade un peu les volontaires du coup… Alep est sa bataille, son œuvre. Son message au monde est simple : « Vous voulez la révolution ? Vous aurez la guerre. Vous voulez plus de libertés ? Vous aurez la mort. » 

OB : Les libertés par la charia… Alep est sa réponse aux révolutions de couleur à l’est de l’Europe et au « printemps arabe ». Le dirigeant russe promet un grand hiver des dictatures.

OB : au fait, ils commencent quand leur campagne contre la Chine nos comicos ? Et nous ne sommes pas immuns du poison poutinien et de la tentation césariste. La figure de l’autorité vulgaire et brutale fascine de plus en plus de monde dans nos sociétés bousculées par la globalisation et l’argent roi. La victoire de Donald Trump lors des élections américaines en est l’exemple le plus récent et le plus éclatant.

OB : quoi de plus vulgaire et brutal qu’un “Al Nosra fait du bon boulot” ? Alep crève et nous ne sortirons pas indemnes de son calvaire et du triomphe des tyrans.

Ce monde sans droit ni loi est rendu possible par les reniements et les renoncements européens et américains. Il est déjà cautionné par Trump. L’Europe ne peut l’accepter sans périr. Dans les ruines d’Alep, c’est une part de nous-mêmes qui s’éteindra si nous ne réagissons pas.

Alep crève, mobilisons-nous ! Descendons dans nos rues, sur nos places. Apostrophons nos élus. Exigeons des candidats qu’ils s’expriment clairement et choisissons en fonction. Faisons entendre la voix des citoyens français fidèles à l’humanisme et l’universalisme dont notre pays aime se revendiquer.

OB : comme tant de pays peuvent en témoigner, de l’Algérie au Vietnam, de l’Égypte à l’Afrique noire ! Raphaël Glucksmann (Essayiste et documentariste) / Yannick Jadot (candidat écologiste à la présidentielle)

Source : Souria Houria, Raphaël Glucksmann, Yannick Jadot, 13-12-2016

* Note personnelle : Sauf à utiliser des gégènes, comment fait-on marcher des portables ou des PC sans élctricité dont on nous a dit et rabaché qu'elle était coupée depuis un an au moins ?


À l’attention de MM. Yannick Jadot et Raphaël Glucksmann dont la malhonnêteté intellectuelle, l’ignominie, la bassesse et quelques autres qualités largement partagées par les chiens de garde et les politiques abjects : ces deux photographies d’une carte postale postée depuis Alep en 1922 où il était question, déjà, d’hostos, de bandits armés et d’une glorieuse armée de libération, la française, dont on sait qu’elle ne s’est jamais abaissé à quelques pendaisons, égorgements à la baïonnette blanche, fusillades à la mitrailleuse et autres vilenies… Pour cela, il faudrait attendre que Poutine et Assad, largement soutenus par les terroristes du Hezbollah ou les fous de dieu iraniens s’en occupent.  
;
   


Et quelques rappels sur l'histoire avec une déjà francisque : clic


Pas mal non plus la leçon de déontologie journalistique et de mesures prudentielles de la part de ce média qui nous a largement prouvé que, de ces leçons, il n'en avait rien à battre, par Samuel Laurent et Adrien Sénécat !

C'est aussi la raison que je lis tous les jours certains articles d'un journal nationaliste algérien qui me rassure sur notre avenir, à venir... Du balai !

Guerre médiatique sur fond de désastre humanitaire / Que se passe-t-il vraiment à Alep ? / le 17.12.16

50 000 personnes sont encore prises au piège dans les quartiers...

L ’armée russe a annoncé hier la fin de ses opérations d’évacuation des derniers rebelles et de leurs familles d’Alep.

L’annonce a aussitôt fait sursauter la Turquie qui a soutenu que l’évacuation d’Alep-Est n’était pas terminée. Un général syrien a indiqué, quant à lui, qu’il était juste question d’une suspension. L’armée syrienne a accusé, à l’occasion, l’opposition de ne pas avoir respecté les termes d’un nouvel accord de cessez-le-feu négocié âprement jeudi soir par Ankara et Moscou.

Malgré cela, Moscou soutient mordicus qu’il ne reste dans la ville que des combattants «radicaux» désirant lutter jusqu’au bout. «Les opérations d’évacuation des combattants et de leurs familles des quartiers est d’Alep conduites par le centre russe des droits de l’homme et de la réconciliation sont terminées.

Toutes les femmes et tous les enfants se trouvant dans les quartiers sous contrôle des combattants ont été évacués», a indiqué, dans un communiqué, le ministère russe de la Défense. «D’après les déclarations des évacués du dernier convoi, tous ceux voulant quitter les quartiers est d’Alep l’ont fait dans les derniers jours», a-t-il ajouté.

Faisant le bilan des opérations, l’armée russe affirme avoir évacué plus de 4500 rebelles et 337 blessés, pour un total de 9500 personnes sorties d’Alep. De nombreuses ONG occidentales ont aussitôt remis en cause ces chiffres. Elles soutiennent que «50 000 personnes sont encore prises au piège dans les quartiers rebelles».

Qui dit vrai ou qui croire ? Difficile de le savoir, tant la propagande fait actuellement rage en Syrie. La question s’impose, d’autant que des journalistes occidentaux sérieux sont dernièrement montés au créneau pour décrire une réalité complètement contraire à celle rapportée par les médias dominants, y compris concernant les fameux  Casques blancs.

Mensonges et propagande

Le journaliste et écrivain Patrick Cockburn a, à ce propos, soutenu dans une récente tribune publiée dans le journal britannique The Independant que la couverture médiatique occidentale des conflits en Irak et en Syrie est dominée par la «propagande» et le «parti pris» qui tend à servir à l’opinion des messages déformés et parfois même mensongers. Spécialiste du Moyen-Orient, Patrick Cockburn indique qu’une simple comparaison de la couverture médiatique de l’intervention militaire étrangère de la coalition occidentale à Mossoul, en Irak, et celle de la Russie à l’est d’Alep, en Syrie, «révèle beaucoup de choses sur la propagande que nous consommons».

Il explique dans sa tribune abondamment reprise par les médias que bien que les deux villes «soient assiégées par les forces progouvernementales fortement soutenues par une puissance aérienne étrangère», la couverture des médias est «très différente». «Tandis que le bombardement de l’est d’Alep a provoqué la révulsion et la condamnation dans le monde entier, les médias internationaux traitent différemment une situation similaire à Mossoul, à 482 km à l’est d’Alep», a relevé Patrick Cockburn. Les leçons libyenne et irakienne

Le journaliste britannique ajoute qu’à Mossoul et à l’est d’Alep vivent des civils et des «insurgés», et les gouvernements irakien et syrien sont appuyés par des forces étrangères pour combattre des «insurgés», pourtant, les médias appellent terroristes à Mossoul, ceux qu’ils occultent à Alep-Est.

Or, tout le monde sait que les groupes terroristes y sont présents en grand nombre. «Dans le cas de Mossoul, contrairement à Alep, les insurgés sont traités de terroristes par l’Occident, et sont accusés de mettre en danger les civils en les utilisant comme boucliers humains et en les empêchant de quitter la ville», est-il noté. A l’est d’Alep, a souligné Patrick Cockburn, les médias occidentaux ne parlent pas du tout de la présence de terroristes, mais se concentrent sur l’intervention russe qui est accusée de «crimes de guerre et de sauvagerie».

Rappelant les cas de l’Irak en 2003 et de la Libye en 2011, Patrick Cockburn soutient que les exemples du parti pris de certains médias sont plus nombreux, citant les civils qui sont présentés comme étant «pris au piège et terrifiés» dans l’est d’Alep, alors que rien n’est dit sur «la peur, les ruines et la violence» qu’avaient vécues les civils de Ramadi ou de Moussoul en Irak.
Tout le monde convient que cette propagande dessert en premier lieu ces mêmes civils que beaucoup font mine de pleurer aujourd’hui. En réalité, s’en soucie-t-on vraiment ?

  Zine Cherfaoui

http://www.elwatan.com//international/que-se-passe-t-il-vraiment-a-alep-17-12-2016-335166_112.php

Alors, vous en pensez quoi de cette posture ? Anticazeneuviarde, non ?






Wa !!! The film...


 Guerre en Syrie. Il ne sert à rien de pleurnicher / Jean Guisnel / Le Télégramme 8 décembre 2016

© Le Télégramme - Plus d’information sur CLIC

La victoire annoncée à Alep du régime syrien honni, allié aux Russes, aux Iraniens et au Hezbollah libanais, est une étape importante de la guerre civile en Syrie. Bachar al-Assad, appuyé par la puissance de feu russe, a traité Alep comme Poutine s'en était pris à Grozny : au mépris du droit de la guerre, des conventions internationales et de la plus élémentaire humanité, les alliés ont écrasé la ville sous les bombes, sans aucun respect pour les populations civiles prises au piège. Les Occidentaux ont appelé, hier, à un cessez-le-feu devant la perspective d'une nouvelle catastrophe humanitaire, encore plus terrible que les précédentes, afin que les populations civiles puissent être secourues. Mais que peuvent les six capitales concernées par cet appel, dont Paris, Berlin, Londres et Washington ? Dans les faits, rien ! Il ne sert à rien de pleurnicher sur les crimes de guerre qui n'ont épargné ni les écoles, ni les hôpitaux « utilisés comme cibles pour saper le moral des populations ». Qui était prêt, dans nos vieux pays se convulsant devant l'arrivée des réfugiés, à aller se battre pour arrêter le carnage ? Personne. La solidarité consistera à écraser ses larmes devant la télévision. Rien de plus...



Cet article du roquet Guisnel (il en commet régulièrement) est une parfaite illustration de ce que l’on appelle une distorsion neuronale ischémique. Cette affection hautement contagieuse ne se guérit pas. Elle atteint des individus rendus incapables de comprendre quoi que ce soit à la lecture d’informations vérifiées dès lors qu’elles ne cadrent pas avec la bouillie propagandiste avec laquelle ils ont été préalablement gavés. Fort heureusement, ces individus, même la bave aux lèvres, sont plus ridicules que dangereux puisque les logorrhées qui leur tiennent de discours finissent par faire rire et les journaux qui leur servent de support, impropres à quelque usage, y compris envelopper le poisson ou ramasser les crottes du chien, ne survivent que par les subventions que leur accordent les politiques à la solde des oligarques propriétaires… Sûrement pas du fait de leurs lecteurs depuis longtemps aux abonnés absents. Cons les oublie ;!

Et particulièrement ce chroniqueur haineux et très ordinaire...

Alors puisque Internet est infiniment plus efficace qu'une Kalachnikov, profitons-en !

CLIC I, CLIC II, CLIC III




4 agences de presse influencent-elles toute la population mondiale ?


La presse des oligarques, parlons-en, mais peuh !


Après Pal pour le père, pal pour le fils ?




Tout... sur toute la presse et ceux qui vous la font bouffer.


L'inquisition a toujours su se prévaloir d'un argumentaire sans faille...
même vis-à-vis des cons peloteurs
Et rien n'empêche de remplacer juif par musulman et torture par Guantanamo...
!


Caroline Gui ou Bernardo Fourrest ou du complotisme comme hérésie...

Thomas Huchon : con pelote !

Hillary et les lobbies : M. Poisson, taisez-vous !


Ceci n'est pas une pourriture.
SI ?

Michel Collon: journalisme ou propagande ?... Qu'en dit la barabegouine ?

Le rôle des médias : la guerre de la manipulation par la désinformation

Docteur Patrick et Mister Cohen



Néo ? Je ne sais pas, mais très cons, c'est sûr !


Le top du top, et même avec les aboiements !





Une leçon de journalisme dont pourrait profiter Léa Salamé, entre autres !


Après les chiens de garde, les journalistes en laisse ?

Mais on prendra quand même soin de bien écouter Natacha Polony dans :
On n'est pas couché - Monique Pinçon-Charlot 05/10/13



Bolloré jouit et l'accule ...


Mélenchonphobies


La presse assassine...


El Watan : Contre pouvoir ? Liberté d'expression ? Un film à voir...

Je fus un lecteur assidu de Mediapart. Mais après l'assertion selon laquelle Mélenchon jouerait à saute cadavre, allusion perfide de Arfi et Perraud que le moindre soutien à Poutine transforme en roquets et quelques courriers de protestation à ce genre de parti pris qui n'a rien de commun avec l'information... Je résiliais définitivement mon abonnement et ne répondrai jamais plus à leurs sollicitations d'en reprendre un, ou même de regarder leurs émissions ou leurs débats.

Je suivais aussi, et le plus régulièrement possible, l'émission de Daniel Schneidermann : Arrêt sur Images, non sans être trop souvent agacé par les propos parfois infatués du présentateur quand il arrivait qu'il doive marquer son désaccord avec un interlocuteur qui n'aurait pas l'heur de partager totalement ses points de vue.

Certains journalistes ont ainsi des tics qui, rapidement, me les rendent antipathiques. Aussi, et ne voulant pas forcer ma nature et eviter quelque emportement, je cessai de regarder cette émission.

Ce matin, à la lecture de la réponse que M. Olivier Berruyer fait à ce personnage quand il prétend que ce blogueur ne prend pas assez de précautions pour publier les propos d'un certain Squarcini qui ne serait finalement qu'une sorte de complotiste... Je ne suis pas surpris puisque c'est tout à fait ce que j'avais cru percevoir des postures de ce Monsieur.

Je ne suis pas davantage surpris de la teneur de la réponse, et même si M. Berruyer y va d'un petit couplet sur l'indépendance des grands médias alternatifs attaqués lâchement par le fisc (qui complote peut-être pour les mettre en difficulté ?), celle-ci est affûtée comme un sabre de daesh pour nous permettre de nous fendre de rire.

À lire : Conspirations : un contrôle démocratique des médias reste à inventer !

Merdiapart, le saute cadavre et l'information qui tue, sauf ceux qu'elle devrait !




Frappant : des frappés à frapper ?

Cela étant, le journaliste de RTL est un connard qui ferait bien de lire la réponse
que M. BAHAR KIMYONGUR lui fait avant d'aller pointer à Pôle emploi


Exemple de traitement médiatique (pour les détails, veuillez consulter la propagande mainstream) :

   
Cela établi, il n'en reste pas moins que ce sont deux raclures socialistes, mais ça n'est pas une raison pour leur appliquer une telle discrimination.

La question préalable des sources de la série « Apocalypse Staline » : Le service public de télévision français a une fois de plus, en matière d’histoire, bafoué les principes minimaux de précaution scientifique et ridiculisé les spectateurs français... C'est Areu ! devance...



L'offre FR2
ou celle d'Agoravox ?


L'indépendance du Monde diplomatique en question... Ah! Ah ! Ah ! Laissez nous rire...
Bollorépugnant presse la liberté

Ethique et déontologie du journaliste : exemple...



Autre exemple...


Le club de la presse ou l'incompétence en Europe1

Pour un journaliste de la chaîne France 3, le premier mai 2015 se résume à une fête du muguet...
et après réflexion, à la manifestation de front national... Bonjour la redevance !



Difficile de tomber de plus haut ou si bas, au choix ou les deux : Traitement de l’affaire syrienne par Le Monde Diplomatique

Ou comme au Québec, pour la raison qu'ils ont aussi des journalistes connardes...



Pas que là-bas, à ce qu'il paraît... Mondialisation oblige !
Je ne peux guère en juger, je ne regarde plus ce merdia depuis 2002.


Et bien se rendre compte qu'à la fin, c'est Internet qui gagne, ne serait-ce que par le formidable brassage des idées qui a été initié et qui prend, à chaque page publiée, une dimension fabuleuse ! Et TOC...

Et même s'il y a du grand n'importe quoi sur Internet selon les politiques...
La presse, laudatrice de ceux dont la soif de profits est inextinguible
et qui ne sont animés que par une frénésie de domination...


BFMTV, jusqu'à l'over doze



La preuve absolue qu'il y avait bien un complot et que certains savaient !




 
Un autre grand moment de journalisme avec Nathalie Saint Criq : écoutez d'abord...



Bon, d'abord Élise passe pour une conne avec son angélisme... Puis il y a le ton... (ceux, pas). Enfin le contenu... Alors moi, qui n'étais pas dans la rue, qui ne suis pas Charlie, qui ne ferai jamais une minute de silence quand j'ai envie de crier à la connerie sans limite, qui ne balance pas, mais tente avec ses seuls moyens sûrement limités de proposer de mieux appréhender les informations pertinentes et tâcher d'éviter de se faire pièger par les médiamensonges, moi qui suis intégré à la communauté nationale depuis plus de deux mille ans, je suis d'accord avec toi, les politiques ont une lourde responsabilité qu'ils partagent avec les chiennes de garde... Mais pour te prouver que j'avance en matière d'intégration, je ne dirai plus chienne de garde, mais klebs de garde ! Au pied !
كلب حراسة


Charlie Hebdo ne m'a jamais fait rire… mais ça va changer !
J'attends juste les réactions à leur une du 17 novembre...



L'umour lebou / Con prenne qui peut...



Tout dans le regard...



Qu'un journal puisse tomber aussi bas peut laisser septique...


Le journal Le Monde est un danger pour la démocratie !

Une preuve de plus : Quand “Le Monde” rêve d’un putsch contre Tsipras



Certaines journalistes ou prétendues telles ont vraiment mauvais genre !


La seule liberté que la presse est en mesure de réclamer aujourd’hui est celle de nous enfumer pour le plus grand bonheur des patrons qui la tiennent, des marchands d’armes, des bétonneurs, des chiens de garde de l’oligarchie, de la pensée unique et de la désinformation.


A l'attention de tous les journaux de merde en France : Les clefs de la mort d’un jeune député bolivarien et de sa compagne...

Zemmour : le bout ?


Fourest : Arabegouineuse et plaidatrice...


De l'enfumage au lavage de cerveau


Dossier à lire : Manuel de trollage et de désinformation




Inepties, mesonges et bourrage de crânes : le Télégramme du 26/01/2015 en fait des kilos !


L'express, même pas un torche-cul, en cause : le papier !


Et toujours un grand moment de journalisme :

Mercredi 21 janvier 2015

Sur Francetvinfo une vidéo : dernier adieu à Frédéric Boisseau, tué dans les locaux de "Charlie Hebdo"

Près de 500 personnes ont assisté aux funérailles de Frédéric Boisseau, l'employé de Sodexo tué par les frères Kouachi.

Je pose une question : est-ce faire l'apologie du terrorisme ou risquer de se faire traiter de complotiste ou bien encore d'être accusé de sympathie pour Le Pen (surtout moi !) que de poser une simple question : Qu'est-ce qui prouve (au journaliste qui a rédigé le papier, mais aussi à tous ceux qui voudront bien y réfléchir) que les deux types, masqués et gantés que l'on voit sur les vidéos sont les frères Kouachi ?

Par ailleurs, la police ou tout autre service ne semble pas avoir été en contact permanent avec ces gens au cours de leur fuite… On devrait peut-être formuler des hypothèses, non ?

Dès lors, l'affirmation selon laquelle l'employé de Sodexo a été tué par les frères Kouachi n'est pas recevable. Maintenant que les frères Kouachi aient été abattus parce qu'on les soupçonnait d'être les tueurs est une information.

Il me semble que les journalistes n'ont pas la liberté de dire, d'écrire ou de montrer n'importe quoi !

http://www.snj.fr/spip.php?article1032

Et pour enfoncer le clou, un article du 22 janvier sur Panamza : Fuite des terroristes de Charlie Hebdo : un trajet impossible

 
Et puis cette photo terrible d'une personne enlevée par des hommes masqués, gantés, en treillis, sans papiers d'identité, sans trace d'Adn... et qui va être jetée dans le coffre d'une voiture pour être conduite dans les bois et que des milliers de personnes vont voir sans qu'aucune ne puisse dire qui pouvaient bien être les ravisseurs...

Ça fait peur, non ?



Cela fait plus de dix ans que je ne regarde plus la télévision, d’ailleurs je n’ai plus de poste, d’antenne, de TNT (pas de détonateurs, non plus… dommage !).

Je n’écoute pratiquement plus France Inter, encore moins depuis qu’ils ont mis Guillon à la Porte et moins encore depuis qu'au fou du roi, Bern fait taire les syndicalistes qui osent l'ouvrir (un bel hypocrite qui confirme l'impression de faux-cul que j'avais cru déceler avec son pseudo soutien à Porte, fin juin !) et surtout plus le matin, parce que pour entendre des pourritures comme Copé, Valls ou Hollande, beurk ! Ça me gâche le jour…

Je ne lis plus Libération depuis que c'est devenu Aliénation : un journal jaune.

J’écoute Mermet*, je lis Politis (moins depuis quelques dérapages, et semble-t-il je ne suis pas tout seul...) et le Diplo** et je me suis abonné à tout plein de lettres d’informations de média alternatifs. Depuis, j’ai l’impression d’être un peu moins con chaque jour qui passe. Avec un peu de chance, et à la condition de vivre encore quarante ans, je sens que je vais devenir fréquentable.

Au titre de l’information partagée, je vais même vous mettre un lien pour faire pareil ou mieux : clic

Et si je peux me permettre : Avec la télévision, 35 millions de français ont eu l'infime honneur d'accéder à la lourde responsabilité de devenir sélectionneurs de l'équipe nationale de football (et sans quotas de surcroît)... Avec Internet, autant, sinon plus, peuvent prétendre au statut envié d'intellectuel influent... Bonne occasion pour entartrer Finkelkraut et botter le cul au BHL... Pas sûr qu'on lise plus de conneries ou qu'on déclare plus de guerres !

[** Juste une petite note : Parce que je pensais qu’être abonné « électroniquement » contribuerait à faire faire des économies aussi bien à Politis qu’au Diplo, j’ai souscris à cette formule jusqu’à ce que je me rende compte que j’avais été « électroniqué »… En effet, un jour, voulant faire une recherche et relire un ancien article, mal m’en prit, puisque l’article que j’avais pourtant payé ne m’était plus accessible… J’ai signalé le fait, j’ai protesté un peu pour le principe et je n’ai jamais eu la moindre réponse. Sous citoyen de seconde zone du fin fond d’une province barbare et bretonne à la fois, je suis et je reste donc. Sans oublier que le Diplo me prend pour un débile et un attardé mental pour la raison que j'ose m'interroger sur les évènements du 11 septembre année zéro ! Jésus et ses miracles peuvent aller se rhabiller... Achu eo comme on dit ! ]

[* Je vais bientôt pouvoir ré-écouter Mermet... Vous aussi si vous sous abonnez : clic ]


L’avantage d’une loi sur la diffamation telle qu’elle existe, entre autres, dans notre pays, c’est qu’elle permet, sans preuve du contraire et dans la très grande majorité des cas de classer ceux qui s’en servent dans les catégories suivantes : malfrats, gangsters, maffieux, corrompus, prévaricateurs, pourritures, hommes de main, voleurs, et j’en passe. L’avantage de la société dans laquelle ces diffamés opèrent, c’est qu’ils peuvent demander à la justice de leur rendre l’honneur qu’ils n’ont jamais eu… Ce qu’elle fait en toute injustice, surtout pour un euro symbolique !


Les affairistes savent parfaitement ne maculer qu’un seul côté du paravent que leur tendent les politiques :
celui que les juges ou les journalistes ne veulent jamais voir.


L'icommensurable connard Jean Guisnel du Télégramme de Brest vient de dépasser Caroline Fourest et fait péter le déconnomètre :

Comme un vulgaire gangster
Vu par Jean Guisnel (Le télégramme de Brest 2 septembre 2014)
Les masques sont tombés lorsque le président russe Vladimir Poutine a reclamé, durant le week-end, un « statut étatique » pour la partie orientale de l'Ukraine dont Moscou a inspiré les visées indépendantistes.
La politique brutale, antidémocratique et illégale conduite par le maître du Kremlin est bien mal voilée par ses dénégations constantes et par son refus d'admettre l'impensable : au XXIe siècle, un État faisant partie de la communauté Internationale, partenaire de ses instances régulatrices les plus éminentes puisqu'il est membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu, signataire de traites centraux dans les équilibres du monde, se conduit comme un vulgaire gangster.
Pour l'instant, le président russe Vladimir Routine ne fléchit pas. II a appelé, hier, les Européens au « bon sens » et dit espérer que « ni nous, ni nos partenaires n'allons provoquer de dégâts avec ces piques respectives ».
Les lois internationales, les frontières universellement reconnues, le droit des peuples a disposer d'eux-mêmes dans les cadres politiques qu'ils se sont donnés, rien de cela n'est négociable. Et ce sont tous ces fondements que Poutine bafoue en envoyant ses chars et ses militaires combattre de l’autre côté de la frontière avec l'Ukraine, pour pratiquer un véritable hold-up.
Pratiques révolues
Ne confondons pas : Routine n'est pas Hitler et l'Histoire ne se repète pas sous nos yeux. Mais tout de même, l’abandon de facto de ce pays, notre voisin, a son triste sort, par des Occidentaux aussi forts pour les larmes de crocodiles que pour les coups de menton, ressort de pratiques qu'on croyait révolues. Bien entendu, le sort des armes et la défense de l’intégrité du territoire ukrainien seraient différents si l'armée de Kiev faisait preuve d'une valeur combative significative, au lieu de se débander ou d'abandonner ses positions face aux rebelles et aux Russes. Mais que l’on ne pense pas une seconde que les sanctions économiques adouciront Routine ! Il s'en moque...

Autrement dit, vous pouvez parfaitement ne pas acheter ce torche-cul comme vous le faites déjà du monde, de libération ou de minute...


Pourquoi j'ai demandé que soit mis un terme à mon abonnement à Mediapart, le 5 mars 2015 ?

Déjà, la veille, j'avais lu un article d'une certaine Duparc, laquelle reprenait à son compte les âneries des médias dominants (le Monde, Libération, etc.) dont on devine où ils puisent leurs sources d'informations atlantistes formatées néocons.

J'avais demandé à la rédaction quelque précision quant à la date de fin de mon abonnement, en précisant que j'avais laissé un commentaire agacé à propos de cette dame et que je regretterais probablement certains journalistes comme M. Arfi ou Mme Orange, pour ne citer que ces deux-là.

Las, le lendemain, j'avais le papier de Arfi et Perraud où ils incriminent Mélenchon de la pire manière qui soit, c'est-à-dire en prenant juste une posture de déni vis-à-vis des propos tenus par Mélenchon.Ça n'est pas ce que j'attendais de Mediapart. J'en ai soupé de ces médias qui veulent à tout pris nous formater comme si nous n'avions aucun moyen d'analyser les informations extrêmement nombreuses qui sont maintenant à notre disposition, rien qu'avec la presse étrangère en ligne, sans compter les médias alternatifs dont chacun sait qu'ils ne publient que des grossièretés pédopornographiques, conspirationnistes, complotistes, terroristes et que sais-je encore si j'en crois Morano.

Alors, je m'attends à ce que l'on me demande pourquoi je continue de lire Le Télégramme de Brest, page Lorient… Et bien pour plusieurs raisons. La première est que je suis breton adopté et que le choix d'un journal régional est réduit à celui que j'ai cité et à Ouest France dont la ligne éditoriale catolico-bien pensante-papale m'indispose. Quant à Le Télégramme (au, si vous voulez), sa ligne éditoriale est à ch.., mais au moins on ne risque pas d'être déçu et encore moins trahi par les chroniqueurs qui s'y répandent et me permettent d'alimenter la page " absurdement con " de ce site.

En date du 10 mars, M.Olivier Berruyer a publié une fois encore, une très intéressante approche sur ce sujet : clic.


 



La presse menacée... Quelle presse ?


Celle-là peut-être : Pétain le Pun ou la France est vraiment un pays de merde !

Ou celle-là : Pressions politiques, chantage à la publicité... Les deux faces de la censure /


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Généralités / L'information séquencée (circulante) / L'information globale / Le cerveau droit / ... la méthode globale... / Charlie hebdominable ! (et autres propos impolitiquement corrects...) / La preuve : Le rédacteur en chef d’Inf’OGM interrogé par les gendarmes ! / Scénario éculé / La fabrication du consentement, de Noam Chomsky et Edward Herman / L’art de créer des alertes en santé publique / Heureux les ultra doux... / La télé de gauche : le grand réinventaire et l'abécédaire des vidéos... pratique / Les journalistes sont nuls à chier : la preuve par 11 / Merahlors ! / Un très bel exemple d'émission de merde (le M de BFMTV) / Hubullande : 6 juin 1944, ce jour-là nous éclaire encore ! (il aurait dû écouter cette conférence) / Spécial Ukraine par Olivier Berruyer /

Sites Internet et articles / Articles archivés / Corrélats /


☞ Racolinattitude fourvoyée : Les « astuces » du Monde pour compenser sa désinformation sur l’Europe /
France Inter : minable ! /
Tout est dit : les médias sont des merdes ! /
La campagne de propagande contre la Russie est en train de tourner à la Bérézina /
« L’argent russe empêche les Européens d’agir », par Françoise Thom /
La presse sous perfusion ne manque jamais de désigner la Poste à la vindicte populaire /
Editer les images d’horreur ou les mettre à la poubelle ? /
Chut ! N'écrivez rien ! Ne dites rien ! Un président socialiste a été réélu ! Qui ? /
« Opération Correa » Informer, disaient-ils /
Réélection de Morales à la tête de la Bolivie : circulez, y’a rien à voir ! /
« La presse dominante est (grassement) subventionnée pour débiter de la propagande libérale » /
☞ La presse, torturée : Dilma Roussef réélue, mais de justesse /
Liberté de la presse et pression libérée /
C'est à vous dégoutter du journalisme ! /
Politique de merde pour journaliste du même métal ! /
Apologie du terrorisme : à l'attention du Monde et de Libération /
Une cohennerie de plus ou de trop ? /
Apologie de l'Otanazisme /
Poutine : Satan l'habite ! /
Marine Le P. justifie le recours à la torture pour que l'on l'encence dans la presse ? /
Projet pour une presse libre /
Les États-Unis sur le «pied de guerre» et le grand silence des médias à la botte /
Atlantic Council : quand les médias français s’abreuvent directement à l’Otan /
La presse, instrument de contrôle qui s’étiole /
La vérité sur Botulosophe /
Attentats : Une autre victime que l’on cache pour ne pas faire diversion /
De quoi ont peur les politiques et les journalistes français ? /
Tariq Ramadan : J’accuse…et je prends date /
J'ai cessé de regarder la télé vers la fin 2001... Maintenant tout le monde veut faire pareil ! /
Il faut toujours compter sur un retour de manivelle /
« Syrie : Comment les médias français intoxiquent l’opinion publique » /
La presse française néoconne et servile n'aime pas Maduro /
Les médias alternatifs contredisent la presse néoconne et servile (comme d’habitude…) /
Voulez-vous continuer à payer la redevance télévisuelle pour apprendre qu'un immeuble s'est effrondré au Caire, capitale du Népal ? /
En finir avec les clichés des médias sur les banlieues… et ailleurs ! /


Dès le début de février et à plus de 2000 kilomètres de leur
site de nidification, les harles huppés (Mergus serrator)
commencent leurs parades.( Beg er Vil, Rivière d'Etel)
Si pour survivre les êtres vivants ont besoin d'échanger de la matière et de l'énergie, ils ont aussi besoin d'échanger des informations, plus particulièrement pour être les plus efficaces possibles quant à l'utilisation de la matière et de l'énergie, le plus durablement, le plus longtemps possible et le plus économiquement... .

L'information, dans la nature existe sous deux formes : une information séquencée, je dirais " polymérisée ", facile à décrypter dès lors que l'on possède le code de lecture et une information " globale ", surtout génératrice d'émotions.


I - L'information séquencée (circulante).

L'information séquencée est surtout caractérisée par son déroulement dans le temps. Elle a un début et une fin et elle est construite à partir d'un nombre réduit de codes.

Par exemple, le langage articulé chez l'homme est formé de sons ou morphèmes, qui séquencés et ordonnés forment des mots. Les mots ordonnés forment des phrases. Si on connaît la langue du locuteur, on pourra, si celui-ci respecte quelques règles élémentaires de syntaxe et de rhétorique, comprendre les arrangements syntagmatiques, percevoir les idées émises et partager ou non le discours. Le langage articulé peut être regardé comme un assemblage ou polymère de monomères de mots, de phrases, de paragraphes, etc.

De la même façon, l'écriture est un polymère de lettres qui forment des phonèmes, puis des mots, des phrases, des paragraphes, des chapitres, des livres, des rayons, des bibliothèques, etc.

Mais d'autres informations séquencées composent les acides nucléiques qui sont des polymères de bases puriques ou pyrimidiques. Quatre bases codent un acide aminé et un assemblage de plusieurs fois quatre bases ou gêne codent une chaîne d'acides aminés. Un mot ou une phrase d'acides aminés composent une protéine ou une enzyme.

L'amidon et la cellulose sont deux phrases composées seulement avec le mot glucose, etc.

L'information n'est pas nécessairement construite avec seulement des séquences simples. Une séquence de comportements enchaînés a aussi une valeur sémantique. Par exemple, dans un comportement de séduction, les préliminaires sont une série de modules comportementaux propres à une espèce dont la séquence complète a pour effet d'inciter les partenaires à accepter de copuler ensemble. Chez certaines espèces, ces séquences sont immuables. Chez d'autres, elles sont modulables, par exemple, chez les canards dont les composantes des séquences avaient été décrites et analysées par Lorenz.

Dans l'espèce humaine, ces séquences dépendent largement de la culture et de l'éducation propre à une population. Pierre Desproges suggérait de mettre successivement son doigt, là et là, voir schéma, ce que je fais depuis d'ailleurs et scrupuleusement !

L'information séquencée, par conséquent séquençable est aussi celle que l'on peut transmettre par oral ou écrit. C'est donc de l'information circulante.

II - L'information globale

L'information globale ne possède pas de codes séquencés ou si elle en possède, même leur ignorance n'empêche pas l'auditeur ou le spectateur de profiter pleinement de la charge émotionnelle que l'information globale colporte.

C'est le cas, par exemple, de la musique dont on peut ignorer les notes et apprécier pleinement, et la charge émotionnelle, et l'analyse comme elle est proposée dans l'émission de M. Lodéon, tous les dimanches vers 15 heures sur France Musique. Cela procède de la même démarche pour le ressenti que l'on éprouvera devant un paysage, un tableau ou une photographie.

C'est aussi d'une façon globale que les enfants commencent leur apprentissage de la lecture, quand ils n'apprécieront que beaucoup plus tard une proposition du genre :

" Il ne faut pas confondre l'origine des espèces et les débuts de la carte bleue." Darwin

Cela écrit, je ne voudrais pas que s'installe une confusion trop souvent pratiquée entre méthode globale et perception globale. Je ne sais rien ou presque de la méthode globale d'apprentissage de la lecture, si ce n'est qu'elle n'est guère pratiquée, sinon pas du tout. Monsieur de Robien, Ministre de l'éducation, nous montre bien quelles sont ses limites, sinon ses incompétences, quand il veut interdire cette pratique qui n'est pratiquement pas pratiquée.

Quand je parle de perception globale comme étant le mode originel d'apprentissage de la lecture, je veux simplement faire remarquer que les enfants, dès la maternelle (là où s'ébauchent les premiers pas les plus importants vers la lecture) que les enfants ont besoin d'un capital de mots à partir duquel ils décortiqueront les Beu a Ba et les Pé i Pi quand en CP ils seront bien évidemment confrontés à la méthode syllabique... laquelle n'est pas non plus une méthode, soit dit en passant; C'est une démarche analytique de syllabisation. C'est même dit comme cela dans le B.O.E.N. (Bulletin Officiel de l'Éducation Nationale) !

Le capital mot, c'est souvent d'abord leur prénom et le prénom de leurs camarades qu'ils vont photographier mentalement avant de nous resservir à trois ans : le H de meredith, le B de Gabrielle ou le Y de Yanis. Puis, ce sera le "Loup", le "3", le "Petits" et le "Cochons" qui s'écrit "Cochon" s'il est tout seul.

III - Le cerveau droit.

Si l'on est sûr que l'information séquencée est analysée et disséquée par le cerveau cortical gauche, celui qui lit et parle, on peut penser que c'est le cerveau droit qui reçoit l'information globale.

Pour ma part, je pense que je serai probablement capable de vous décrire et vous commenter la photographie ci-dessus, mais tout à fait incapable, sans doute, de vous faire partager l'émotion ressentie au cours de ce long moment d'observation des parades de ces harles sur la ria d'Étel.

L'information globale se séquence très difficilement et toujours très imparfaitement, sinon inexactement. C'est cette information que les témoignages, par exemple, ont du mal à restituer par les mots (témoignages, évocation de visages, d'images, de paysages, de tableaux, de photographies, etc.). Cette information qui circule mal, sinon pas du tout, c'est l'information structure.

Néanmoins, même si cette information est difficilement évoquée, elle est toujours extrêmement rapidement perçue et comprise. Les métasignaux qu'elle possède ou envoie sont très vite compris par tous les témoins et souvent parfois sans que des apprentissages préalables aient été faits (signaux agressifs, émotions, alertes, etc.). L'empathie procède sûrement de ces métasignaux.

En outre, je croirais bien que la lecture sur le Web procède davantage d'une sollicitation du cerveau droit émotionnel que celle du gauche autrement structuré. Je ne sais pas si mes étudiants étaient devenus moins cartésiens et s'il fallait davantage insister sur la méthode du discours que sur le discours de la méthode...




Courrier / Politis / Jeudi 12 janvier 2006 / La réponse d'un retraité, ancien IEN à une chronique de M. Langlois sur la méthode globale...

Chaud débat

Puisque vous appelez au " chaud débat ", permettez-moi, M. Langlois, de proposer à votre lectorat un autre point de vue. [...]

Je suis retraité de l'Éducation nationale dans les Alpes-Maritimes : instituteur, directeur d'école d'application, inspecteur-professeur, inspecteur chargé de circonscription dans le premier degré (IEN). Ce n'est pas faire de la démagogie au profit de la FSU ni travestir la réalité que d'apporter le témoignage qui suit [et qui s'appuie sur la visite de plus d'un millier de classes maternelles et élémentaires] :- Sur ce millier de classes observées, j'ai pu constater qu'aucune classe de cycle 2 ne pratiquait la méthode globale tant décriée par la plupart des ministres qui se sont succédé rue de Grenelle (en 1959, Célestin Freinet écrivait un article rappelant que la méthode globale, déjà vilipendée, n'était pas utilisée en France) ;

- Je n'ai trouvé, dans l'édition scolaire, aucune méthode globale d'apprentissage de la lecture/écriture, et je mets la rédaction de Politis au défi d'en trouver une ;

- La formation des professeurs des écoles comme celle des inspecteurs de l'Éducation nationale insiste depuis plus de vingt ans sur la nécessaire complémentarité entre les approches par voie directe et celles par voie indirecte, analytiques et synthétiques, ce qui permet aux enfants de questionner le sens d'un texte en s'appuyant sur le contexte et les régularités de la " combinatoire " ; et les enseignants de cycle 2 travaillent dans ce sens, conformément aux programmes et instructions officielles ;

- Comme autrefois, les enfants sortent du CM2 en sachant lire, écrire, compter et bien plus que cela dans leur immense majorité (cf. rapports de l'Inspection générale, de la Division de l'évaluation et de la prospective au ministère de l'Éducation nationale) ;

- Les inégalités, en matière de réussite et d'échec scolaires, sont nettement plus fortes entre les secteurs favorisés et les zones défavorisées ; or les démarches d'apprentissage sont les mêmes ; en revanche, l'inégalité socioéconomique se traduit dans l'étendue du corpus lexical que possèdent les enfants quand ils arrivent à l'école ;

- Les collèges restent effectivement les " maillons faibles du système éducatif " ; non parce que l'examen d'entrée en sixième a été " bien légèrement " supprimé, mais parce que les moyens donnés aux collèges ne facilitent pas la réussite de tous les enfants qui, avec l'examen élitiste d'il y a cinquante ans, n'auraient peut-être pas non plus tiré totalement profit d'un enseignement secondaire (les moyens dont je parle sont pédagogiques : on ne passe pas impunément de la souplesse qu'offre l'unicité de l'enseignant(e) du premier degré à la lourdeur du fonctionnement collégial d'une dizaine de professeurs monovalents par classe, sans temps significatif de concertation) ;

- Sans être totalement absente des classes primaires, la pédagogie dont vous faites de Philippe Meirieu le porte-drapeau est loin d'être à l'œuvre de manière généralisée dans les classes - ce qui est regrettable, de mon point de vue ; au demeurant, la présentation de ses idées sont pour le moins caricaturales : lire réellement ses écrits permet heureusement de comprendre à quel point il est attaché à la maîtrise des contenus d'enseignement par les enseignants autant que par celle des situations qui favorisent la construction des savoirs - la psychologie du développement de l'enfant est une science expérimentale qui se nourrit autant des sciences humaines que des neurosciences. Philippe Meirieu a peut-être le tort de ne pas céder à la tentation de la facilité et de lui préférer les exigences d'une réflexion philosophique systémique qui ne rejette aucun champ de savoir ni l'épreuve des faits. Ce qui reste encore rare, semble-t-il.

JACQUES JOURDANET, GATTIÈRES (ALPES-MARITIMES)

[ndlr : Commentaire personnel, partagé par pas mal d'enseignants : cette réponse a au moins le mérite de correspondre à ce que la réalité du terrain nous offre le plus souvent à observer !]




Charlie hebdominable !

Décidément, les journalistes ont la mémoire courte… Hier (02/11/2011) sur France Inter, l’une d’entre eux se lamentait à propos de l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, non pour savoir s’ils étaient bien assurés*, mais au nom de la liberté de la presse et de citer Guéant pour parler d’attentat** en oubliant que ce triste personnage, il y a peu de temps, argumentait sans fin sur le bien-fondé des enquêtes sur les fadettes des journalistes !

[* C’est vrai ça… Si l’incendie est criminel, à qui le crime profite-t-il ?]

[** C’est effectivement un attentat… Remarquablement et dûment signé Islamiste sur le site du journal… Ce qui, n’en doutons pas, est à la portée du premier lanceur de cocktail Molotov venu, surtout s'ils sont deux, de type africain, encagoulés et vus d'un bus qui roule !]

On pourra (devrait) lire l'article de Denis Sieffert :
Soutenir Charlie Hebdo, critiquer Charlie Hebdo…

Je n'ai aucun mérite, mais tout de même : Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo !

Tout Porte à croire que je ne suis pas le seul...

Un cocktail Molotov dans la nuit : Des roms squattaient à Charlie Hebdo ? /

Bonnes fêtes à tous ceux qui ont une baignoire où égorger un mouton.../

Charlie, Phil & Robbie, Sister Fourest et le spectre de l’islamisation /

Pour mémoire : L’obscurantisme beauf /

Charlie Hebdo : Pétard Mouillé… /

On finira bien par tout savoir /

L’AFFAIRE CHARLIE HEBDO : Chronique de l’islamophobie ordinaire /

La victoire idéologique de Charlie Hebdo /








Même pas bon pour ça...
Les méatitudes : Heureux les ultra doux, car ils verront dieu.





Formidable, la presse chienne de garde ; principalement ; et particulièrement celle qui scoope, nous annonce, à grand renfort de conditionnels et de titres accrocheurs, qu’un clampin aurait vu l’os qui a vu l’ours qui a vu l’homme en légitime défense qui a tué l’ours qui voulait l’os que regardait le clampin… Et si toute l’information s’avère totalement bidonnée, un démenti fait vendre un nombre équivalent de numéros de ce journal de merde sans jamais que quiconque ne puisse jamais les attaquer pour diffamation, propagation de fausse nouvelles en vue de nuire ou je ne sais quel délit puni par un article du code pénal en bande organisée.

C’est un peu comme si l’on se mettait à affirmer que Nicolas S., alors maire de la ville de N sur Seine, avait fait interner H.B où on l’avait bourré de médicaments, où on lui avait lavé le cerveau, fait subir des tas de séances d’hypnose jusqu’à le relâcher en lui remettant un calibre .45 juste pour l’abattre pendant qu’il dormait en compagnie d’enfants de maternelle dont on lui avait fait croire qu’il devait les protéger… Ou un machin du même tonneau… Bon, si ça s’avérait inexact, soit cela mériterait un démenti, soit une dénonciation de complotisme antisémite motivé par une vague appartenance à al qaida.

Finalement, ce serait du journalisme, puisque c’est à cela que nous avons droit presque tous les jours.

Merahlors !




Un très bel exemple d'émission de merde (le M de BFMTV) : Chacun jugera... Mais le temps de parole d'assouline est notoirement conséquent ! Et si vous écoutez bien le niveau du micro d'Assouline est plus élevé que celui de Mélenchon !


Articles archivés


Jeux olympiques de Pékin : un document confidentiel ... /
L’adresse IP à l’usage des juristes /
Tentative de censure au Québec /
L'entrevue - Sortir du brouillard médiatique /
Crise dans les médias : article supprimé@@@ /
« Effroyables imposteurs » sur Arte : le roi est nu /
Élément de langage : Fasciste /
Sur Arte, un « féminisme » anti-immigrés /
Polygamie : le Point en flagrant délit de bidonnage /
Polygamie : «Le Point» et la fabrication sociologico-médiatique d’une panique morale /
Une jeune femme au joli visage légèrement scarifié de chaque côté des yeux /
Livraisons sondagières sur un septembre social : petites et grosses arnaques /
À propos des conditions du débat... /
Interpréter le discours de l’autre : projections et déviances /
Médias et classes populaires, de Vincent Goulet /
Révolution en Egypte : le meilleur du pire de l’information /
Vous aimez les mensonges du Monde ? En voici un tombereau. /
Ignacio Ramonet « Le citoyen vit dans un sentiment d’insécurité informationnelle » /
Du seuil de tolérance au racisme banal, ou les avatars de l’opinion fabriquée /
Rosny-sous-Bois : le fait divers et l’incendie médiatique /
Télé publique privée... /
Jubilatoire : deux de chute, les médias et leur favori ! /
Médias : Révolution, Rénovation, Refondation ?... /
La “bactérie tueuse”, laboratoire du journalisme de communication /
TF1 et l’attachée de presse du Conseil général de Nice, réflexions sur un bidonnage /
Ça pourrait faire rire si ce n'était pas si grave /
Faites comme moi, jetez votre télé qui rend con ! /
Faites comme moi, jetez votre télé qui rend con (2) ! /
"Extrême malhonnêteté" : Le Guardian, Noam Chomsky et le Venezuela (Dissident Voice)... Mais, c'est pareil pour Mélenchon ! /
Le Venezuela en première place mondiale de la justice électorale, suvi par la Finlande ou Les aventures d’un "conseil de déontologie journalistique" /
Un minutieux montage des JT de Pernaut censuré au nom du droit d'auteur /
Tueries d’Oslo : selon que vous serez, ou non, « islamiste »… /
Le rapport sur la Neutralité du net commandé par NKM : INCOMPÉTENCE /
Tripoli : « la goebbelisation » de l’information /
Les structures argumentatives de la locution adverbiale polyvalente "jusqu’à un certain point" /
4ème pouvoir : mon Q, c'est plutôt suce, c'est du DSK /
Laurent Joffrin, doté d'une extrême connerie, n'est finalement utile qu'aux idiots... (11/09/2001) /
Les médias manquent d'air (entre le é et le d) /
Copé met en cause une journaliste de France Info et prétend pour finir que les dirigeants de la France font un métier, tiens ! /
J'ai vu pourrir Charlie Hebdo /
Les « indignés », indignés par les médias (1) : en Espagne /
Les « indignés », indignés pas les médias (2) : aux États-Unis /
Liberté d'information : à d'autres ! /
De l’affaire Gregory à DSK, les procès au temps médiatique /
Mathieu Kassovitz contre la rhétorique de disqualification (11 septembre 2001) /
TF1 classée X (comme xénophobe) /
Les médias et la crise de l’Euro : inépuisable pensée unique /
La guerre des manif’ ou comment se fabrique l'opinion souchienne /
Quand l'invitation au décryptage n'est rien d'autre que de l'enfumage /
De la manipulation en toute innocence ! /
Temps de travail : faux scoop et vraie erreur /
Les Français ne sont pas des fainéants ! /
La surprenante complexité faciale des singes suit l'évolution sociale /
Propagande ? Quelle propagande ? /
Éloge du flou /
L’UNESCO exclut Reporters Sans Frontières, affiliée au F_Haine à la CIA, pour ses "méthodes d'intoxi
de travail" controversées /
La production de la croyance politique /
Les nouveaux chiens de garde : Les médias contre-attaquent /
Les nouveaux chiens de garde : Et en plus, ils mordent… /
Bernard Stiegler: La Télécratie et la Captation du désir /
Ce que la controverse Günter Grass nous apprend à propos de la censure en Europe /
J.-L. Mélenchon : des images, des figures /
Lettre ouverte au journal Le Soir /
Sarkadhafi et autres puanteurs /
Austérité médiatique, austérité démocratique /
☞ La com, un monstre doux I et II /
LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE par Philippe DESCAMPS (conférence) /
Technologies de l’information : des inégalités qui se réduisent /
Al Jazeera, arme de destruction massive /
De Ben Laden à Merah : de l’icône à l’image. /
Médias et Information : il est temps de tourner la page (ou de faire plus court) /
L'affaire Merah II : Un effet de sidération. De la donation de sens au non sens. /
Julien Assange ou la faillite morale des médias de masse /
Le traitement médiatique de la guerre en Syrie /
Chavez : 5 médiamensonges du Soir et du Monde /
Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot /
Vague brune sur l’histoire de France. /
“Vague brune sur l’histoire de France ” ou pourquoi l’expression fut particulièrement bien choisie /
« Ils ont tué l’histoire-géo » le diagnostic du Docteur Wetzel /
L’histoire au fond à droite /
L’histoire selon Dimitri Casali : entre le vide et le trop-plein /
Venezuela : France 2 se plante et se corrige… un peu /
Ces économistes qui monopolisent (toujours) les débats : ce sont des craques, non ? /
Mélenchon jette le rapport Gallois "à la poubelle" et le journaliste sert de couvercle /
L'affaire Merah III : Donner du sens au non sens. Le discours des « petits maîtres ». /
L'affaire merah IV : Le changement en se taisant - La parole confisquée. /
L'affaire Merah I à IV /
Les nouveaux patrons de presse ? Tous mauvais... /
Une boulimie d’information, au péril du sens ? /
Surveillance généralisée par internet, atteintes aux droits démocratiques, les chiens de garde et les USA veulent museler Wikileaks /
Le conspirationnisme n’a pas eu lieu /
Tapie dans l'ombre /
Michel Collon : comment libérer l’info /
Chienne de garde-à-vous /
Guerre au Mali : les JT de TF1 en première semaine /
El País, quand un mythe tombe, la merde surnage /
Femme de ménage en pantoufles /
« Théorie de conspiration »: Une « arme » médiatique /
Le Monde censure le Blog de ReOpen911 /
Et aussi, malheureusement les chiens de garde ! /
L’énigme des deux Chavez /
Putain, heureusement qu'elle n'est pas juive, on peut la détester ! C'est quand même une bourrique... /
Il faut retourner la plume dans la plaie /
Cahuzac, islamistes : mêmes conneries journalistisques /
Classe politique pourrie et presse complice /
Mélenchon accusé de violence verbales par les chiens de garde... Ah bon ! /
La négation absolue du journalisme /
Le figaro : un journal qui rase le fond /
Quelques principes pour s'aventurer dans la jungle de "l'information". /
"Des paroles et des actes" : comment Mélenchon a terrorisé Pujadas et tué l'émission /
De Hitler à Mélenchon. Petite généalogie de la diabolisation visuelle /
Observatoire de la propagande et des inepties anti-Mélenchon /
Un chien de garde à l'attaque /
Les éditocrates au secours d’Angela Merkel /
Sous-préfectures : le syndicat SUD Intérieur met les choses au... Point /
Radios MEDEF /
Journaux du MERDEF /
Les médiamensonges du Monde et RSF sur Chavez exposés /
Tant de malhonnêteté intellectuelle ne surprend même plus /
Lexique médiatique pour propagande en cas de mauvais temps politique /
A la libération, construction d’un système entièrement nouveau pour assurer la liberté de la presse /
Vous avez dit: honnêteté intellectuelle /
Le rapport Trojette habille pour l’hiver les redevances sur les données publiques (1/2) /
Le rapport Trojette : les acteurs du secteur saluent un bon point de départ (2/2) /
Pour mémoires courtes : Observatoire de la propagande et des inepties anti-Mélenchon /
Démorandum /
Putains d'assistés /
Aides publiques à la presse : Spirou devant le Monde Diplomatique... Yeah ! /
Certains journalistes paient de leur vie le sens aigu qu’ils ont de nous informer, la plupart font de la merde ! /
Fourberies médiatiques au Venezuela /
Brévissime leçon de journalisme pour ceux qui croient encore à l’information /
Le traitement de l'Ukraine par la presse /
☞ « Les médias sont les premiers mécanismes de destruction massive » /
Les chaines de télévision ont voté Front national /
Un, deux, trois : soleil ! /
Libération : torche-cul ou journal de merde ? /
Antipagande : Le Monde est un journal ? /
La désinformation dans la presse audiovisuelle belge /
La barabegouineuse a encore bavé sa haine /
Médiamensonges : Les “observateurs de l’OSCE”, n’étaient ni des observateurs, ni de l’OSCE /
25 vérités sur Reporters Sans Frontières /
Les “observateurs de l’OSCE” étaient des militaires… /
La transcription de l’interview de Vladimir Poutine en version intégrale : le scandale des coupes de TF1 /
☞ Racoline Fourrée fait des petits I et II /
Devinez donc pourquoi je ne regarde plus la tétévision depuis plus de dix ans /
Les médias et le Front National : indignations sélectives et banalisation effective /
Racolinage fourré : Diabolisation de Mélenchon et nombrilisme journalistique : les errements du magazine du Monde /
Racolinerie fourrée : Le « dérapage » de Le Pen (1/3) – La banalisation des horreurs /
Racolinure fournée : Le « dérapage » de Le Pen (2/3) – Les médias complices de la « dédiabolisation /
Racolinette fourestière : Le « dérapage » de Le Pen (3/3) – Les sondages à la con /




Je ne puis que très vivement conseiller l'excellent site canadien, dédié à Laborit, et consacré au cerveau et aux comportements :
http://www.lecerveau.mcgill.ca

PRAXÉOLOGIE DE LA DOMINANCE DANS LA SOCIÉTÉ INFORMATIONNELLE :
http://www.Étatsgeneraux-psychanalyse.net/archives/2001-2003/groupes/degantespraxeologie.htm

Homéostasie :
http://cafe.rapidus.net/mleclerc/biologie/homeostasie.htm

L'écologie cognitive, une écologie communicationnelle :
http://www.comm.uqam.ca/~harweb/harlem/intro.html

L'explication quotidienne du bruit, et les ruses de la maîtrise du confort :
http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/bibliotheque/ArchiSud/v01n01/boubezar/boubezar.htm

Cybernétique : la science des relations dynamiques :
http://www.lecerveau.mcgill.ca/flash/capsules/outil_bleu06.htm

Technologies de l’information et de la communication : de l’outil à l’appropriation des usages
http://ecorev.org/article.php3?id_article=300

Le petit abécédaire de l'école :
http://bdemauge.fr/index.htm

Haro sur les médias :
http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=12733






[ Corrélats : Intelligences et cultures / Comportements / Empathie / Apprentissages / Habitus / Éthotypes / Paysages / Envahisseurs / ...]

Retour