Entrez un mot-clé
Les inondations
Inondations et submersions marines


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : I) Définition du phénomène / Les crues torrentielles / Les crues en plaine / II) Les facteurs aggravants / III) Le risque en France / IV) Le champ des responsabilités / V) Les mesures de prévention / VI) L'entretien et l'aménagement des cours d'eau / VII) Les outils de prévention / Centre européen de prévention des inondations / Vigicrues : Information sur la vigilance "crues" / Cours d'hydrologie générale /

Sites Internet et articles / Corrélats /

100 000 logements français construits en zones inondables entre 1999 et 2006 /
Mémento pratique du particulier : Risque « inondations » /
Directive n° 2007/60/CE du 23/10/07 relative à l'évaluation et à la gestion des risques d'inondation /
La directive 2007/60/CE du parlement européen et du conseil du 23 octobre 2007 relative à l'évaluation et la gestion des risques d'inondation / Quels enjeux pour la France et quelles applications ? /
La transposition de la directive inondation en droit français.Une occasion unique de changer de perspectives et de gouvernance dans la prévention des inondations. /
Les crues de la Seine de 1910 /
Pluies diluviennes et inondations meurtrières dans le Var (sud-est de la France) /
Inondations : cessons de fabriquer les catastrophes /
Toulouse, 50 000 habitants directement exposé au risque inondation /
Le ralentissement dynamique pour la prévention des inondations /
Le renforcement de la politique de prévention des risques liés aux inondations /
Inondations : où en sommes-nous ? /
Rendre son habitation moins vulnérable aux inondations /
Inondation : que faire chez vous avant, pendant et après la crue ? /
L'Australie touchée par les pires inondations de son histoire /
à voir? et à lire ou relire !) /
L'État annonce de nouvelles mesures de prévention du risque inondation /
Les inondations restent le principal risque naturel en France /
Inondations de la Somme - 10 ans après /
Vivre avec les crues /
Érosion du littoral : lancement d'une expérimentation sur la relocalisation d'activités en zone à haut risque /
Risque inondation : un rapport pointe l'urgence à finaliser la stratégie nationale /
Le rôle de la prévision des crues dans la prévention des inondations /
Inondation : vers une forte hausse des dommages subis par les 28 Etats membres de l'UE /
Risques naturels et hydrauliques : les audits départementaux "passent inaperçus" /
L'Etat se dote d'une stratégie nationale de gestion des risques d'inondation /
La nouvelle compétence de gestion des milieux aquatiques des collectivités se précise /
Grandes marées : la France n'est pas prête /
Le Vidourle /

Les débordements de l'Aulne à Châteaulin
I) Définition du phénomène

Une inondation peut se définir comme une submersion temporaire, naturelle ou artificielle, d'une surface terrestre.


La submersion affecte le plus souvent les terrains les plus proches des cours d'eau (lit majeur, parties basses des vallées, plaines alluvionnaires, etc.), plus rarement ceux proches des plans d'eau (débordement, rupture de digues ou d'ouvrages de rétention) et exceptionnellement des terrains proches de la mer (raz-de-marée, typhons, cyclones, grandes marées).

La grande majorité des inondations se produisent à la suite de précipitations importantes, soit sur des courtes durées (crues torrentielles), soit sur des durées plus longues, quand les nappes phréatiques et les aquifères sont saturés et rendent l'infiltration impossible, au cours de la fonte des neiges ou encore pendant des épisodes de mousson ou de pluies tropicales. Certaines inondations se produisent, par débordement des drains, collecteurs d'eau pluviale ou du réseau d'égouts, le plus souvent en zone urbaine du fait de l'imperméabilisation des surfaces.

Assez généralement, fortes pluies, crues fluviales et remontées des nappes sont concomitantes. Ces phénomènes peuvent être aggravés, en particulier dans les zones côtières, par de fortes amplitudes de marées, des vents contraires ou la tempête.

Les crues de type torrentiel : Ces crues se produisent à la suite de violents orages ou d'averses soutenues, sur des bassins versants montagneux, à forte pente, à faible rétention et/ou à fort ruissellement. Ces crues ont des effets qui se manifestent d'abord en aval immédiat des reliefs, mais aussi plus en aval, par exemple à la confluence des rivières quand elles ne sont plus capables d'écouler les flux ou plus dramatiquement lorsque ces crues charrient de grandes quantités d'embâcles qui peuvent constituer des barrages temporaires qui, lorsqu'ils cèdent, sont à l'origine de la formation de vagues plus ou moins gigantesques et destructrices. Les crues dites cévenoles et bien des crues sur les fleuves côtiers bretons sont des crues torrentielles.

Les crues fluviales en plaine : Ces crues se caractérisent par une montée lente et progressive des eaux, à la fois par débordement du lit mineur dans le lit majeur, mais aussi par remontée des nappes alluviales. Ces crues sont facilement prévisibles, plusieurs heures ou plusieurs jours à l'avance. La dangerosité de ces crues est davantage due au risque de rupture des digues de protection qu'à des débâcles brutales consécutives à la rupture d'un obstacle sur le cours d'eau.

II) Les facteurs aggravants

Quand les eaux boueuses envahissent un lotissement, récemment inauguré sur un POS modifié grâce à la construction d'une digue de protection, immanquablement la presse et les médias y vont de " la vieille dame qui a tout perdu dans la catastrophe y compris ses souvenirs les plus chers, tels cette photo de son père mort à Verdun..." ; immanquablement, les politiques promettent, les victimes pataugent et on ne compte plus les projets qui... pour que plus jamais ! La dernière trace de boue essuyée, tout semble oublié.

Et immanquablement, on reconstruit sur des zones submersibles... C'est si vrai que ces dernières quarante années, 80 % du bâti existant sur des zones inondables y a été édifié.

Et immanquablement, on avance que la faute en est la décentralisation, les réglementations peu claires ou inapplicables.

Alors immanquablement, on déboise, on incendie les forêts, on remembre en supprimant les haies, on draine les zones humides, on assèche les marais et les tourbières, on endigue les zones naturelles d'expansion des crues, on rectifie les cours d'eaux, on supprime les vestiges des forêts ripariales pour quelques peupliers ou pire pour planter du maïs, puis on accuse la déprise agricole, responsable du manque d'entretien des ruisseaux, de la dégradation de leurs berges ou de leur lit... Alors, on discute beaucoup dans maints colloques et conférences consacrés aux inondations où les experts émettent des avis divergents.

III) Le risque en France

En France, la surface totale submersible, urbanisée ou non, n'atteint pas le dix millième de la surface totale du territoire métropolitain, pourtant 8 arrêtés sur dix de Catastrophe Naturelle concernent une inondation.

Depuis ces vingt dernières années, certaines communes ont été déclarées 10 fois en état de Catastrophe Naturelle.

Chaque année, dans certains départements, plusieurs centaines de communes sont inondées et déclarées en état de Catastrophe Naturelle.

Chaque année, le coût moyen des dégâts causés par les inondations s'élève à 230 millions d'Euros.

IV) Le champ des responsabilités

Les maires sont au centre du dispositif de prévention du risque inondation, à la fois en matière d'aménagement (délivrance du permis de construire, élaboration du POS), en matière de sécurité (organisation des secours, évacuation) et en matière d'information préventive (dossier communal d'information ou DICRIM, affichage, alerte, consignes de sécurité, etc.).

Toutefois, l'État et le préfet ont l'obligation de suppléer éventuellement un maire défaillant et surtout de compléter le rôle du maire dont l'autorité s'arrête aux frontières de sa commune, alors que les inondations et les autres risques ne connaissent pas ces frontières.

Par ailleurs, l'État doit établir les Plans de Prévention des Risques Naturels Prévisibles, en l'occurrence les PPRI.

V) Les mesures de prévention

La prévention du risque inondation devrait d'abord passer par un meilleur contrôle de l'utilisation des sols et par de réelles interdictions de construire sur les zones définies comme susceptibles d'être inondées (zones submersibles et champ d'expansion des crues).

Ce meilleur contrôle aurait dû être plus effectif puisque depuis 1995, la loi dite Barnier modernisait et simplifiait les procédures permettant de mieux prendre en compte les risques naturels majeurs dans les règles d'urbanisme. Le PPR devenait document unique et remplaçait les anciens PER (jamais mis en place), les PSS et un certain nombre de dispositions du code de l'urbanisme.

Normalement un échéancier prévoyait que toutes les communes à risques seraient dotées d'un PPR avant la fin 2000. Ceux-là ne sont pas tous réalisés. Le plus souvent, pour justifier les retards, on avance le coût de réalisation de ces plans... Il est quand même très surprenant que certains PPR aient pu coûter 80 millions d'Euros aux contribuables... surtout au regard de leur contenu.

Les inondations de plaine, faciles à prévoir, peuvent admettre la conservation du bâti existant, souvent adapté à l'aléa et/ou si des mesures de réhabilitation adéquates sont prises (aménagement des rez-de-chaussée, aménagement des cuisines, repenser l'installation électrique, dispositif de protection des ouvertures en cas de crues annuelles ou inférieures à 50 cm, etc.). Un certain nombre de mutuelles d'assurances développent une politique dans ce sens depuis deux ou trois ans.

Les inondations de type torrentiel pour lesquelles l'alerte, les mesures de sauvegarde et l'évacuation demeurent aléatoires, doivent s'accompagner de mesures strictes d'interdictions formelles de construire en zone où même le risque reste faible et de mesures d'expropriation comme les prévoit la loi de 1995.

VI) L'entretien et l'aménagement des cours d'eau

Parmi les propositions avancées pour la restauration et l'entretien des cours d'eau, le rétablissement de l'état originel de la rivière revient de façon récurrente.

Le temps d'une rivière ne se mesure pas sur la même échelle que celui de la vie d'un homme, lequel pourra au mieux n'observer qu'une crue centennale au cours de son existence. Par ailleurs, les cours d'eaux ont tous quelques dizaines, voire quelques millions d'années d'existence. En outre, les processus géomorphologiques auxquels participent les cours d'eau continueront : l'érosion continuera d'arracher des matériaux sur les reliefs, les alluvions continueront de se déposer sur les plats, la face concave d'un méandre continuera de se creuser, bref la rivière continuera de vivre avec les contraintes inéluctables que lui imposent les flux et les débits d'eau qu'elle écoule dans les exutoires dont elle dispose. Chaque fois que l'une ou l'autre de ces contraintes est modifiée, les forces dynamiques s'appliqueront davantage sur les points de faiblesse du système où l'énergie mécanique sera en partie dissipée.

Retrouver l'état originel consiste généralement au mieux à gommer des erreurs manifestes d'aménagement, la plupart du temps très récentes.

Plusieurs points essentiels sont à prendre prioritairement en considération dans l'entretien d'une rivière. D'abord, que celui-là soit pensé à l'échelle la plus large possible du cours d'eau dans le respect le plus absolu possible de ses espaces de liberté naturels. En d'autres termes, l'entretien d'une rivière ne se limite pas à son seul lit mineur, mais se conçoit en y intégrant tous ses espaces riverains. En outre, les entretiens transversaux ne doivent jamais faire oublier que la dynamique d'écoulement d'un cours d'eau est d'abord déterminée par son profil en long.

Une erreur fréquemment commise est de penser que l'entretien doit servir seulement à favoriser l'écoulement.

Le volume d'eau (normal ou inondant) qui arrive dans une rivière doit s'écouler vers la mer... On ne peut pas le faire disparaître. On peut l'accélérer, le déplacer ou le retarder. Schématiquement, un entretien de rivière devra consister en une organisation des rétentions dans la zone d'approvisionnement du bassin versant, celle du stockage (par débordement, barrages écrêteurs de crues et/ou soutiens d'étiage, etc.) dans la partie amont de la zone de transit et celle d'un écoulement performant dans la partie aval de la zone de transit et de la zone estuarienne (recalibrages du lit mineur... à la condition qu'ils soient limités, suppression dans le lit mineur des obstacles à l'écoulement, ponts, busages, etc.).

Schématiquement, la zone d'approvisionnement des bassins versants est généralement agricole et forestière alors que les zones de transit et estuarienne, historiquement voies de communication et d'échanges privilégiées, sont plus urbanisées et dotées d'enjeux humains et socio-économiques plus importants.

VII) Les outils de prévention

Les Atlas des zones inondables : Ces atlas sont établis par vallée et comportent un certain nombre de données, historiques et factuelles, à caractère hydrologique pour l'essentiel, ainsi que des cartes générales (1/200 000e) et thématiques (1/25 000e).

Les outils de l'hydrologie : À partir des relevés de débits instantanés, maximaux, etc., on établit des bilans hydrologiques et des modèles qui caractérisent le régime hydrologique du cours d'eau observé. Ces modèles sont d'excellents outils de prévision des crues. Mais les atlas n'apportent aucune indication sur les conséquences des crues sur l'occupation des sols. Le modèle DDF (débit, durée, fréquence) est l'un de ces modèles.

D'autres modèles ne s'intéressent pas qu'au régime hydrologique du cours d'eau, mais intègrent des données sur la relation précipitations - débit. Ces modèles (GRADEX, AGRÉGÉE) simulent les diverses composantes du cycle de l'eau par secteurs du bassin versant (ruissellement, infiltration, évapotranspiration) jusqu'à la restitution au cours d'eau. D'autres modèles d'inondabilité sont développés par différents acteurs (EDF, HYDRAM, Météo France).

Les SDAGE, SAGE, contrats de rivières : Les SDAGE (à l'échelle du bassin fluvial [Loi sur l'eau du 3 janvier 1992]) sont les Schémas Directeurs d'Aménagement et de Gestion des Eaux qui se déclinent essentiellement en Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (à une échelle plus restreinte), aux Contrats de Vallée (échelle locale) et à la Gestion des Risques Naturels liés à l'eau.

Les SDAGE ont pour objet une gestion équilibrée dans le but de préserver les ressources en eau, de lutter contre les pollutions, de restaurer la qualité des eaux, de préserver les écosystèmes aquatiques et les zones humides, de valoriser l'eau comme ressource économique, etc. de manière à satisfaire aux exigences des usages en matière d'alimentation, de santé et de salubrité publique, de protection contre les inondations, d'usage pour l'agriculture, la pêche, l'élevage des espèces dulçaquicoles ou marines, de la production d'énergie, de tourisme, de loisirs, de transports, etc.

Les SDAGE sont à portée très générale. À une échelle plus restreinte, il vaut mieux leur préférer les SAGE ou les Contrats de Vallée dont les contenus sont identiques, mais davantage ciblés.

Les SAGE, Contrats de Vallée ou Contrat de Rivière reposent sur une forte mobilisation locale (élus, riverains, usagers, associations, etc.). Le plus souvent, ces contrats courent pour cinq ans et les actions qu'ils préconisent sont largement financées par les Agences de Bassin, les régions et l'État. Les SAGE, Contrat de Vallée ou de Rivière, dans la mesure où ils s'adressent à un même public seront sans doute fondus dans un avenir proche dans un même document. Pour l'instant, ces trois types de contrats offrent aux partenaires concernés par une gestion raisonnée et durable d'un bassin versant, des formules souples et adaptables à chaque lieu concerné.




Les risques au Cemagref / Les inondations /
http://www.cemagref.fr/Informations/DossiersThematiques/DossierRisquesNaturels/Risques/inondations.htm

Inondations / Coulées boueuses / érosion de sols :
http://www.arehn.asso.fr/soleteau/accueil.htm#p3

LES RISQUES "NATURELS" à travers le risque d'inondation
http://geophiles.net/reporterre/dossiers/risk_nat/sommaire.html

Le risque inondation en France :
http://www.alertes-meteo.com/divers_pheno/catasrophe_fran/inondation.htm

____________________

Mesures d'hygiène à prendre en cas d'inondations :
http://www.health.fgov.be/CSH_HGR/Francais/Avis/Innondations(version%20finale)annexe.htm

____________________

LE RISQUE INONDATION ET LES MESURES DE PRÉVENTION :
http://www.cindynics.org/iec-lettre27-inondation.htm

____________________

Inondations dans la Somme : des leçons pour l'avenir - Tome I : Rapport
http://www.senat.fr/rap/r01-034-1/r01-034-1.html

Inondations dans la Somme : des leçons pour l'avenir - Tome II : Auditions
http://www.senat.fr/rap/r01-034-2/r01-034-2.html

Information géographique et inondations :
http://perso.wanadoo.fr/gerard.brugnot/Textes/Senat041102/Partie_1.pdf

____________________

Le Plan de Secours Spécialisé Inondation Zonal + diaporama
http://www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr/documentation/dossiers/inondation.htm

Les Politiques publiques de prévention des inondations : rapport au Premier ministre
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/brp/notices/994001781.shtml

Inondations et coulées boueuses en Seine-Maritime : propositions pour un plan d'action
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/brp/notices/024000141.shtml

Les Crues des 12, 13 et 14 novembre 1999 dans les départements de l'Aude….
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/brp/notices/014000280.shtml

____________________

MISSION D'EXPERTISE SUR LES CRUES DE DÉCEMBRE 2000 ET JANVIER 2001 EN BRETAGNE :
http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/0619-cruesbretagne.pdf

____________________

Maîtrise foncière des champs d'expansion des crues
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/brp/notices/044000009.shtml

Rapport de la commission d'enquête sur les inondations de la Somme
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/brp/notices/014000752.shtml

Inondations MEDD
http://www1.environnement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=413

Sources et ressources Inondations : http://www.catnat.net/sources/inondations.htm

ÉVOLUTION HISTORIQUE DE LA MORPHOGENÈSE ET DE LA DYNAMIQUE FLUVIALE D'UNE RIVIÈRE MÉDITÉRRANÉENNE
http://www.erudit.org/revue/gpq/1998/v52/n3/004855ar.html

Aléas inondation Principe de cartographie.
http://www.brgm.fr/risques/antilles/guad/ipc.htm

Prévention des inondations :
http://www.oieau.fr/inondations/index_f.htm

La prévention des inondations
http://www.oieau.fr/inondations/fra/chap1/previnon_menu.htm

Gestion des risques :
http://www.intercommunalites.com/competence/a_comp270920041.htm

____________________

Un site canadien sur les risques majeurs / La page inondations :
http://atlas.gc.ca/site/francais/maps/environment/naturalhazards/majorfloods/1

____________________

Quels travaux de rénovation après une inondation ?
http://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/coreenlo/cofaur/Inondations/index.cfm

QUE FAIRE CHEZ VOUS AVANT, PENDANT ET APRÈS LA CRUE
http://www.fne.asso.fr/PA/eau/dos/livret_inondation.pdf

Le risque d'inondation
http://www.fne.asso.fr/PA/eau/doc/LivretInondationNatureCentre.pdf

Autres Sites Internet et articles : http://www.prim.net \\ http://www.cemagref.fr \\ http://www.brgm.fr \\ http://www.catnat.net \\ http://www.prevention2000.org/cat_nat \\ http://www.meteo.fr \\ ...




[ Corrélats : Risques Naturels Majeurs / Crues et décrues / Débit / Débit solide / Coulées de boue / Lit des cours d'eau / Zones de végétation / Zones humides / Sylviculture / Ripisylves / Remembrement / Ruissellement / Érosion / Alluvions / Potabilisation / Usages de l'eau / Cyanobactéries / Réchauffement climatique / Cyclones / El Niño / Législation / Culture du risque / ...]

Retour