Entrez un mot-clé
Jachères
Jachères


Quand un paysan n’ensemençait pas une parcelle de terre labourable pour la laisser reposer afin de la faire produire plus abondamment, cette parcelle était appelée une jachère.

Jachère à la limite de la déprise agricole...
Nous noterons que le mot jachère possède une racine commune avec le mot gésir !



Plus tard, avec l’introduction des cultures améliorantes comme le trèfle pour fixer de l’azote ou au contraire les moutardes, pour en fixer l’excès, on parla de jachère cultivée. Des rotations dans un assolement sur trois ans faisaient souvent apparaître une année de jachère cultivée au lieu des pratiques anciennes de la jachère morte (complète).

Maintenant, les jachères n’existent dans la politique agricole commune (PAC) que comme un moyen comptable (d’autres diraient comme variable d’ajustement) de résoudre les problèmes de surproduction en céréales, surtout, et leur cortège de soucis pour les gestionnaires européens en charge de préserver les cours, de veiller sur les stocks, de maintenir des prix forts à l’exportation, y compris vers les pays nécessiteux, etc. et ce n’est pas négligeable, de ne pas s’attirer les foudres des paysans en colère… et qui votent…

Les jachères ne sont plus des moyens de préserver la terre et sa fertilité. L’industrie chimique s’en charge. C’est devenu une source de revenus, non négligeables, sous forme de subventions… mais à la condition que les surfaces, le plus souvent cultivées, ne puissent en aucun cas être elles-mêmes source de revenus (graine de trèfle, graines de moutarde, ensilage, sarrasin, etc.). Alors, une réglementation européenne impose que ces parcelles mises en jachère soient fauchées ou mieux, gyrobroyées trois fois par an.

Cette pratique de gyrobroyage, à n’importe quelle saison se révèle un véritable désastre écologique. Car, bien entendu, ce ne sont pas les meilleures terres qui sont mises en jachère, mais bien plus souvent des prés de fond, des bas marais ou divers agrosystèmes prairiaux sur lesquels s’installaient diverses espèces, d’oiseaux principalement, pour y vivre et surtout y nicher. Le résultat de ces pratiques, c’est que des espèces déjà très menacées le sont plus encore : le râle des genêts, la bécassine des marais et divers anatidés ou gallinacés.

____________________


On voit beaucoup, ces derniers temps, de bandes fleuries le long des routes et des champs de maïs. Et de s'exclamer : que la campagne est belle ! Certes…

Mais il ne faudrait pas oublier que ces jachères fleuries, les bandes enherbées, les bandes de ressui et autres plantations (arbres isolés, haies, etc.) bénéficient de subventions au titre de la PAC (25 € pour 10 mètres linéaire).

Ces dispositions sont incontestablement intéressantes pour la faune sauvage, aussi bien pour les insectes (abeilles, papillons, diverses mouches " utiles " comme les syrphes ou les tachinaires) que pour les oiseaux ou le " gibier ". Mais, ces jachères ne doivent pas faire oublier quelles sont les pratiques qui président le plus souvent dans la parcelle de maïs, de colza, de soja ou de tournesol qu'elles encerclent. Pas davantage nous rendre inconscients des pratiques qui visent, par exemple, pour la satisfaction des maïsiculteurs, à ce que le Ministre de l'Agriculture, Dominique Bussereau, veuille autoriser la mise sur le marché d'un pesticide de la famille des néo nicotinoïdes, la clothianidine dont on sait que c'est une molécule très rémanente et pour laquelle l'INRA émet de sérieuses mises en garde quant à sa toxicité directe et surtout celle des molécules issues de sa biodégradation.

**********

Pesticide. L'autorisation du produit pourrait intervenir bientôt.

Tollé écolo contre le Poncho Maïs

par Éliane PATRIARCA / Libération : vendredi 04 novembre 2005

Voilà un insecticide qui irrite avant même sa mise sur le marché. Le Poncho Maïs, produit par la firme Bayer, fait l'objet d'une cyberpétition lancée par le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF).

Objectif: demander au gouvernement de ne pas autoriser ce produit. Selon François Veillerette, président du MDRGF, le ministère de l'Agriculture a lancé une procédure d'urgence afin d'homologuer, dès la mi-novembre, cet insecticide. Une décision prise, estime le MDRGF, sous la pression des producteurs de maïs qui se plaignent des ravages subis par leurs cultures depuis qu'ils ne peuvent plus utiliser le Gaucho (de Bayer) ou le Régent (de BASF).

Ces deux insecticides mis en cause dans le dépérissement des abeilles sont interdits depuis 2004 sur le maïs. Or la molécule active du Poncho, la clothianidine, est de la même famille que l'imidaclopride, molécule active du Gaucho. Selon le MDRGF, le Poncho Maïs est neurotoxique et aussi dangereux pour l'environnement que ceux dont l'usage a été suspendu.

Il possède en effet une persistance très élevée dans l'eau et le sol : près de la moitié du produit est encore présente dans le milieu un an après son utilisation. L'autorisation du ministère français ne serait donc que provisoire, selon le MDRGF, puisque "les normes européennes n'autorisent pas l'usage de produits dont la persistance dans le milieu terrestre excède 90 jours".

Au ministère de l'Agriculture, on affirme qu'"aucune décision d'autorisation n'a été prise". La Direction générale de l'alimentation (DGAL) précise que "la procédure d'urgence pour homologuer le Poncho Maïs est l'un des scénarios étudiés pour la campagne maïs 2006, en cas d'impasse technique. Mais la décision ne sera pas prise avant la mi-novembre".

Quant au producteur du Poncho Maïs, l'agrochimiste Bayer, il affirme ne pas comprendre l'agitation du MDRGF. "Cela fait plusieurs années que nous avons déposé un dossier de demande d'homologation pour cet insecticide, cela n'a rien à voir avec le retrait du Gaucho, affirme le service communication. Le Poncho Maïs est en cours d'évaluation, comme beaucoup de nos produits."





Jachère : Arrêté du 22 mars 2005 fixant...
http://www.agrisalon.com/06-actu/article-14877.php

Le dossier jachères (Courrier de l'environnement INRA)
http://www.inra.fr/dpenv/do9.htm

La jachère hypothèses pour un exorcisme :
http://www.inra.fr/dpenv/donadc19.htm

LES JACHÈRES ET LES FRICHES :
http://www.pnr-lorraine.com/pnr-lorraine/environnement_pages/atlas/atlas_13_jacheres.html

La biodiversité de la jachère: un moyen de lutte contre les nématodes parasites des plantes :
http://www.ird.fr/fr/actualites/fiches/1999/fiche94.htm

Mauvaises herbes et apiculture :
http://www.beekeeping.com/abeille-de-france/articles/mauvaises_herbes.htm

Jachères : laissez pousser
http://www.inra.fr/dpenv/terrac27.htm

Jachères modernes et avifaune : incompatibles ?
http://mrw.wallonie.be/dgrne/ong/refuges/clotuche.html

Bandes enherbées, jachères fleuries :
http://www.coe.int/t/e/Cultural_Co-operation/Environment/Nature_and_biological_diversity/Biodiversity/proceedings_CHUITON.asp

Les nouvelles jachères un risque pour les cultures avoisinantes ?
http://www.inra.fr/dpenv/moreac19.htm

AUTORISATION DE FAUCHE DES JACHÈRES : RAPPEL DES RECOMMANDATIONSPOUR LA PRÉSERVATION DE LA FAUNE SAUVAGE :
http://www.oncfs.gouv.fr/events/a_la_une/cp_070628_preconisations_faune.pdf






[Corrélats : Politique Agricole Commune / ...]

Retour