Entrez un mot-clé
Landes
Landes


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Cahier scientifique et technique n°2 du CBN de Brest : Les landes du Massif armoricain /

Sites Internet et articles / Corrélats /


Les landes sont des formations végétales dont la physionomie générale est une fruticée, c'est-à-dire une formation où dominent des arbustes, des arbrisseaux et des sous-arbrisseaux sempervirents. Les bruyères (Éricacées), les genêts et les ajoncs (Fabacées) dominent largement les peuplements.

Lande hyperatlantique près du Cap Sizun
Dans les espaces ouverts qui subsistent quand le tapis ligneux est absent ou peu dense, ce sont des pelouses qui s'y installent.



Les landes primaires ou naturelles (climaciques ?) occupent le plus souvent des zones où le sol est superficiel, pauvre et plutôt acide. On les rencontre en quelques endroits sur des substrats difficiles et ingrats : arènes granitiques superficielles sur rankers, sables siliceux très pauvres, crêtes gréseuses, pourtour des tourbières, etc.

La plupart des landes sont des landes secondaires nées de processus anthropiques de déforestation, souvent très anciens (néolithique) et maintenues en l'état par des pratiques agropastorales, la fauche et par les incendies. Les landes qui ont occupé de grands espaces, par exemple en Bretagne, reculent partout et sont reboisées. Toutefois, certaines landes secondaires ne pourront plus être reboisées pour la raison essentielle que les sols sur lesquels elles poussent, sont très dégradés (podzolisation, formation d'alios, etc.). Elles constituent, dès lors, des paraclimax.

La reconquête forestière des landes après leur abandon passe d'abord par des pionnières (bouleaux, prunelliers). En Bretagne, leur évolution conduit à des pineraies. Mais certaines reconquêtes forestières de landes en Bretagne ont été conduites en replantant directement des chênes.

Les landes secondaires sont également installées sur des sols acides, mais pas nécessairement peu évolués. C'est même souvent le contraire (podzols, sols calcaires profondément décarbonatés). Ce qui va le plus influencer la typologie des landes, c'est l'économie d'eau des sols.

On distingue ainsi les landes sèches sur sols dépourvus de nappe et des landes humides dont les sols sont soumis à la battance des nappes. Le plus souvent, les landes humides développent un humus de type dysmoder ou mor. Quelquefois, les sols des landes humides sont recouverts de matière organique qui ne se décompose pas ou mal, ce sont des landes tourbeuses.Enfin, les peuplements végétaux des landes seront largement influencés par l'atmosphère environnante et les conditions climatiques qu'elle induit. On distinguera les landes hyperatlantiques, atlantiques, subatlantiques, subcontinentales et continentales. Un dernier point concerne l'altitude qui oblige à distinguer les landes collinéennes des landes montagnardes.

I Les landes littorales

On rencontre des landes littorales soit sur les côtes rocheuses où les sols sont très superficiels et où le vent et les embruns jouent un rôle déterminant, soit sur des dunes de sable siliceux.En Bretagne, les landes littorales les plus exposées aux embruns abritent l'ajonc maritime (Ulex europaeus sub sp. maritimus) et la bruyère cendrée (Erica cinerea). Les landes, moins exposées, voire à l'abri des embruns, mais très ventées abritent l'ajonc de Le Gall (Ulex gallii), la bruyère cendrée, la bruyère ciliée (Erica ciliaris), le dactyle (Dactylis glomerata), la scille printanière (Scilla verna), etc.

En Bretagne, les landes littorales sur dunes sont surtout caractérisées par le carex des sables (Carex arenaria) et la callune (Calluna vulgaris).

II Les landes humides

Ces landes sont partout menacées par des travaux d'assèchement de " mise en valeur " ! Or, ces milieux abritent des espèces végétales et animales remarquables.

Le plus souvent, ces landes s'observent sur des sols très évolués, podzoliques ou podzols, constamment gorgés d'eau (gley de surface), avec quelquefois des tremblantes et des gouilles. La couche organique de couverture du sol est souvent épaisse, voire tourbeuse.

En Bretagne, on distingue :

a) les landes humides hyperatlantiques à Erica tetralix (bruyère à quatre angles), Ulex gallii, Molinia caerulea (molinie), Scirpus cespitosus (scirpe cespiteux), etc.

b) les landes humides atlantiques à Erica tetralix, Ulex minor (ajonc nain), Molinia caerulea, Erica scoparia (bruyère à balai), Pedicularis sylvatica (pédiculaire des bois), Juncus squarrosus (jonc raide), etc.

Souvent en rapport avec des micro tourbières à sphaignes, il n'est pas rare de trouver sur ces landes humides : Drosera rotundifolia (droséra à feuilles rondes) et Narthecium ossifragum (ossifrage).

III Landes sèches mésophiles

Les landes sèches sont presque toujours des landes secondaires, issues de déforestations souvent anciennes. Ces formations sont dominées par les Éricacées (bruyères cendrées, ciliées, à balai, callune) et les Fabacées (ajonc nain, de Le Gall, européen, genêts, sarothamne). L'évolution de ces landes, aussitôt l'abandon du pastoralisme, se traduit par une reconquête forestière. Pourtant la forêt nouvellement installée reste souvent et longtemps appauvrie (paraclimax à dysclimax). Pire, certaines espèces résiduelles sont très menacées.

En Bretagne, les landes sèches sont, soit xéroclines à Ulex gallii et Vaccinium myrtillus (myrtille), soit mésophiles à Ulex minor et Erica cinerea, localement à Erica vagans (bruyère vagabonde). L'agrostide sétacée (Agrostis curtisii) est plus ou moins commune aux deux formations.

D'une manière générale, les landes, chaque lande, devrais-je écrire, est un écosystème particulier sur lequel on peut observer de nombreuses sous-espèces, des écotypes, des écomorphes, voire des éthotypes animaux, qui les rendent, à chaque fois, originales et pourraient justifier, à leur égard, de mesures conservatoires drastiques. Mais qui s'en soucie ?




Description des Habitats CORINE / 31. - Landes et fourrés tempérés :
http://mrw.wallonie.be/cgi/dgrne/sibw/sibw.habitats.des.pl?CODE=31

QU'EST-CE QU'UNE STATION FORESTIÈRE ?:
http://www.bretagne-environnement.org/article/qu-est-ce-qu-une-station-forestiere-

Hétérogénéité d'une lande haute à Ulex europaeus en relation avec la propagation du feu (Bretagne, France) :
http://rparticle.web-p.cisti.nrc.ca/rparticle/AbstractTemplateServlet?journal=cjb&volume=76&year=&issue=&msno=b98-045&calyLang=eng

Épandage d'ordures ménagères / Peuplement d'arthropodes / île de Groix /
http://ecobio.univ-rennes1.fr/Fiches%20perso/YDelettre/Duviard83.PDF

Landes humides atlantiques tempérées à Erica ciliaris et Erica tetralix 4020*
http://www.pole-tourbieres.org/docs/habitat4020.pdf

Biologie, écologie et répartition de quatre espèces de Lépidoptères Rhopalocères protégés (Lycaenidae, Satyridae) dans l'Ouest de la France :
http://www.inra.fr/opie-insectes/re-rhopa.htm






[Corrélats : Habitat / Corine_biotope / ...]

Retour