Entrez un mot-clé
Laridés
Laridés


Mouette rieuse (ivre ? d'après les traces*)
(Larus ridibundus) en plumage d'hiver
Les laridés comprennent les goélands et les mouettes.

Ce sont des oiseaux qui n'arrêtent pas de gwêler. Quant à la distinction entre mouette et goéland, c'est affaire de cris et de linguistique. Mouette vient de l'ancien français "miau" qui donnera miauler et s'accorde bien à la mouette rieuse (ou au chat pitre dans Gaston la Gaffe).

Goéland, vient du breton "gwell" qui donnera "gull" en anglais et "vos gueules, les mouettes " en cinéma français !
Mouette pygmée (Larus minutus)
En Europe ou plus exactement dans le paléarctique occidental, on compte 26 espèces dont 23 du genre Larus. Certaines espèces sont très communes et même envahissantes. D'autres, au contraire, sont très localisées et/ou menacées.


Goéland cendré (Larus canus)
L'identification des goélands adultes est souvent difficile.

Tout d'abord parce qu'au sein d'une même espèce, il peut y avoir des variations géographiques plus ou moins marquées.

Certaines de ces variations ont d'ailleurs amené, les ornithologues à proposer, ces trente dernières années et pour certaines d'entre elles, la création de nouvelles espèces.


C'est, par exemple, le cas pour le goéland argenté pour lequel on distingue maintenant quatre espèces (et dix sous-espèces) et bientôt peut-être une cinquième pour distinguer le goéland de Sibérie d'un goéland argenté à ailes très pâles qui fréquente les côtes nordiques du Finnmark jusqu'à la Sibérie et qui est souvent confondu par des ornithologistes avec le goéland à ailes blanches ou pire avec le goéland bourgmestre !

Par ailleurs et pour compliquer un peu la tâche, certains individus d'espèces différentes s'hybrident. C'est le cas, pour ne citer que celui-là, entre le goéland brun et le goéland argenté



Mouette rieuse en plumage nuptial
(Larus ridibundus)
Goéland argenté (Larus argentatus), piétinant le sol pour
en faire sortir des vers de terre
Goéland brun
(Larus fuscus)
Goéland à bec cerclé (Larus delewarensis), une espèce nord-américaine
en visite à Riantec (mars 2003)


Mouette tridactyle (Rissa tridactyla)
Goéland marin (Larus marinus)


[*Bien entendu, cette mouette n'est pas ivre... Mais les traces en zigzag qu'elle laisse derrière elle illustrent bience que l'on pourrait qualifier de « fractalisation » du comportement exploratoire lequel s'exerce d'abord sur une grande surface, puis progressivementsur des sous-unités de plus en plus petites jusqu'à ce que l'objet recherché soit trouvé. Cette « rationalisation » de la recherche la rendant probablement plus efficace qu'une recherche hasardeuse. Cela s'applique naturellement à la recherche des proies,mais aussi à la façon dont on appréhende un paysage, un tableau ou plus généralement toute réception sensorielle globale.)

Mouette tridactyle (Rissa tridactyla)
Berlevåg / Juillet 2009
Sur les bords de l'océan Glacial arctique, les mouettes tridactyles ne s'installent pas pour nicher seulement sur des falaises inaccessibles, mais aussi sur les rebords des fenêtres ou les avancées de toit qui surplombent les eaux des ports... Parfois, elle le font même directement par terre.

Il est vrai que les rapports que les Scandinaves ont avec les oiseaux n'ont pas grand chose en commun avec ceux qu'entretiennent les nemrods français avec les nôtres.
Mouette mélanocéphale (Larus melanocephalus)
Pen Mané / 28 mars 2013
La mouette mélanocéphale n'est pas un visiteur abondant chez nous, mais elle est assez régulièrement vue sur l'étang du Cranic, à Pen Mané, parfois sur le Riant. L'individu photographié est en plumage prénuptial. Dans quelques jours, il sera coiffé d'une jolie calotte bien noire et probablement bien loin de chez nous, à moins qu'il ne se décide à nicher en Bretagne ? Cette espèce, qui niche en France depuis 1965, est en expansion assez nette.
Mouette pygmée 2e hiver (Larus minutus)
Pen Mané / 28 mars 2013
Il ne se passe pas d'année sans que l'on n'observe des passages de mouettes pygmées sur Pen Mané. Les oiseaux passent une ou deux semaines à virevolter au-dessus des eaux en capturant probablement des chironomes (ils sont légions) et d'autres petits insectes au-dessus des eaux, voire à leur surface.

Facile à reconnaître à leur petite taille et le dessous des ailes sombres, ces oiseaux disparaîtront pendant une année pour rejoindre les marais russes et finlandais. Je crois les avoir peu vus à la migration post nuptiale.





Laridés :
http://www.oiseaux.net/oiseaux/charadriiformes/goeland.a.ailes.blanches.html [* Ouvrir la fiche et cliquer sur lien : 23 autres fiches de cette famille...]

Mes histoires avec les mouettes et les goélands... (à partir de la mouette mélanocéphale) :
http://www.ecritsdesbetes.fr/melanocephale.html





[Corrélats : Oiseaux / ...]

Retour