Entrez un mot-clé
Loup
Loup


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) :

La présence du loup en France (2008) /
Tir du loup : trop de concessions /
Le loup retiré de la liste des espèces de vertébrés protégées menacées d'extinction en France /
Bulletin réseau loup lynx 2008 /
Le Loup ibérique préfère les animaux sauvages /
Le Sénat contre l’élevage extensif /
Cartographie de la présence des grands prédateurs : loup et lynx en France /
Un loup abattu illégalement par un chasseur dans les Alpes /
Procès d'un chasseur : l'intimidation n'a pas marché /
La chasse au loup bientôt ouverte ? /
Politique des grands prédateurs en Suisse /
Les vieux cons, de droite et du centre, au sénat votent en commission la création de zones d’exclusion pour les loups /
La réponse des pouvoirs publics face au retour du loup /
Les vieux cons au Sénat lance la chasse au loup /
Mais qui veut donc la peau des 24 loups ? /
La fronde des éleveurs contre le loup /
Ce sont moins les loups que les brebis qui sont nuisibles ! /
Pourquoi il est possible de tuer des loups alors qu'il s'agit d'une espèce protégée /


Sites Internet et articles / Corrélats /


Un loup, à moitié sorti de sa tanière, dort...
Si le loup (Canis lupus) possède une bonne réputation de chasseur, il vient aussi et souvent aux charognes (Dixit Robert Hainart).


Pour avoir passé de longues heures, dans les Rhodopes bulgares, à proximité d'une tanière où deux (trois ?) jeunes, âgés de trois ou quatre semaines, montraient rarement la tête et où la femelle, qui venait les allaiter (et / ou régurgiter des aliments prédigérés, puisqu'elle n'a jamais apporté de proies) manifestait une extrême discrétion, j'ai acquis l'impression que cette espèce demeurerait, sans doute, la plus discrète des mammifères européens que j'aurais la chance d'observer (mal).




La question de la " réintroduction " du loup...

Contrairement à ce que le titre ci-dessus laisse entendre, le loup n'a jamais été réintroduit en France. La trentaine de loups qui fréquentent le massif alpin sont des animaux qui sont venus d'Italie. Les premières observations de loups ou plutôt de leurs exactions commises en France sur des brebis datent de 1992. Sur l'ensemble des Alpes occidentales (France, Italie, Suisse), il n'y a probablement pas plus d'une soixantaine de loups. Ces animaux sont eux-mêmes venus des Apennins.

Bien qu'avant 1992, nombre de brebis étaient tuées par égorgement ou des suites de dérochement, et qu'un nombre plus important encore étaient stressées, avortaient ou délaissaient leurs agneaux (tarissement), que ces attaques, et les traumatismes qui s'ensuivaient, étaient essentiellement dus à des chiens errants et sans doute aussi aux propres chiens des bergers, le loup fut aussitôt désigné comme le seul coupable quand on apprit son retour (le loup avait disparu dans le Mercantour vers 1930).

Quand bien même les moutons transhumants dans les Alpes reviendraient bien plus cher que ceux que l'on importe de Nouvelle - Zélande (également subventionnés), le maintien d'une activité pastorale en montagne est une nécessité, ne serait-ce que parce que le pastoralisme est un moyen de retarder la déprise agricole, la désertification des étages montagnards et surtout, parce que cette activité permet à d'autres activités d'exister (par exemple, les sports d'hiver pour ne citer que celle-là). Le maintien du pastoralisme est aussi un moyen de conserver, en l'état, divers agrosystèmes montagnards qui, sans cela, retourneraient au climax ou à un paraclimax.

Cela écrit, il faut bien constater que la déprise agricole est une réalité en montagne, que cette déprise s'est accompagnée d'une reforestation laquelle a beaucoup profité aux ongulés sauvages (chevreuils et cerfs). Il est bien probable que le retour du loup ait d'abord été la conséquence de l'augmentation des populations d'herbivores. D'aucuns pensent que davantage de biodiversité est un signe de bonne santé des écosystèmes, c'est souvent vrai. Je ne suis pas totalement sûr qu'il faille considérer le retour du loup comme un évident signe de bonne santé de nos montagnes. J'irai bien jusqu'à penser que nos montagnes sont malades et que le loup, même s'il joue le rôle de médicament, ne les guérira pas seul.

Quoi qu'il en soit, le loup est un animal protégé en Europe. Les mesures de protection du loup en France relèvent de plusieurs textes internationaux, communautaires et nationaux (Convention de Berne 1979, Directive " Habitat " 1992, Arrêté ministériel du 10 octobre 1996 modifiant l'arrêté interministériel du 17 avril 1981 fixant la liste des mammifères protégés, et pris en application de l'article L. 211-1 du code rural.). Toutefois, des dispositions (art. 16 de la directive " Habitat ") permettent de procéder à sa capture, voire à sa destruction, dans certaines conditions.

Divers programmes de suivi de l'espèce loup sont mis en place vers 1996 (Programme LIFE). Les experts et les acteurs investis dans ces programmes sont essentiellement recrutés au sein de l'office national de la chasse et à l'office national des forêts (ONC, ONF), épaulés par des forces de l'ordre (gendarmerie, gendarmerie de montagne), des agents des parcs nationaux, des éleveurs et des agriculteurs, des scientifiques, des naturalistes, etc.

Actuellement, le programme de suivi du loup couvre les départements des Alpes-Maritimes, des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, de l'Isère, de la Savoie, de la Haute-Savoie et de la Drôme.

Les éleveurs sont indemnisés pour des dégâts dûment* imputés au loup. Nos trente loups ont tué, entre 1993 et 1999, 5250 brebis, pour un montant d'indemnisation de 6 000 000 de francs, c'est-à-dire que chaque loup aurait tué 25 moutons par an pendant 7 ans. Chaque mouton a été indemnisé pour une somme proche de 1150 francs.

[* On peut se demander comment on fait pour attribuer au loup la mort des brebis par dérochement. Cet accident concerne plus de la moitié des cas ! Dans le cas d'une morsure, le prélèvement d'ADN permet de faire la distinction entre chien et loup. Une campagne de suivi des loups à partir de leur ADN est d'ailleurs en cours. ]




Entre domestique et sauvage : le cas du chien errant / Une liminalité bien dérangeante / :
http://www.inra.fr/Internet/Produits/dpenv/bobbec40.htm

Le chien de protection sur troupeau ovin : http://www.loup.org/chiens.htm

Introduire, réintroduire, voilà la question :
http://www.inra.fr/dpenv/lecomc06.htm

Les grands prédateurs contre l'environnement ?
Faux enjeux pastoraux et débat sur l'aménagement des territoires de montagne :
http://www.inra.fr/dpenv/benhac48.htm

Le loup (le retour et l'agneau (le départ ?)
http://www.inra.fr/dpenv/deverc36.htm

Biodiversité, pastoralisme et prédateurs :
http://www.loup-ours-berger.org/biodiversite/2005/07/wwf_ferus.html

____________________

Le pouvoir local est-il vraiment démocratique ?
http://www.cafe-geo.net/cafe2/article.php3?id_article=294






[ Corrélats : Mammifères / Traces / ]

Retour