Entrez un mot-clé
Loutre




Loutre (Lutra lutra)
La loutre est un de nos plus grands mustélidés. Très inféodée aux cours d’eaux rapides, lents et même stagnants où elle y trouve sa provende : poissons divers, batraciens, écrevisses, petits mammifères et même insectes, la loutre a beaucoup souffert de la chasse (pour sa fourrure), de la bêtise des hommes (elle n’est pas la seule) et de la pollution des eaux.



La loutre a disparu de la majeure partie de l’Europe où elle était encore abondante au début du XXe siècle.
Épreinte de loutre fortement diluée par la pluie


De mœurs essentiellement nocturnes, la loutre est un animal difficile à observer*. Toutefois, cet animal laisse souvent des indices de sa présence comme des traces dans la boue ou près des toboggans sur lesquels elle aime jouer à glisser, ainsi que des crottes très odorantes (d’aucuns disent malodorantes, question d’appréciation pour ceux qui n’apprécient ni les odeurs musquées, ni les odeurs de poissons) et qui sont appelées épreintes. Ces épreintes sont presque toujours déposées en évidence sur des rochers ou des troncs d’arbre, immergés en partie.

Une allure très caractéristique de la loutre...
(bonds à pieds joints)
Des restes d'écailles... probablement laissés
par une loutre épluchant une proie.


La plupart des loutres habitent des catiches. Ce sont des terriers possédant plusieurs entrées dont au moins une est immergée. Je connais un catiche sous un mégalithe naturel qui ne semble pas posséder d’entrée immergée.

Nous avons la chance en Bretagne, et particulièrement dans le Morbihan, d’abriter plusieurs familles de loutres autant sur nos fleuves ou leurs affluents que sur ou près de la côte (estuaires, rias, lagunes, etc.). La loutre se porte mieux dans notre département qu’en bien des endroits, c’est sûr, mais il ne faut pas s’imaginer, pour autant, qu’elle n’est plus menacée, ne serait-ce que par les automobiles, la nuit, quand il lui arrive de suivre une route pour gagner rapidement une autre partie de son territoire qui est très vaste (5, 10, voire 30 km linéaires de rivières sont nécessaire pour un couple et ses jeunes).

[* L’observation nocturne de cette espèce est grandement facilitée par des amplificateurs de lumière, pour autant la loutre n’est pas un animal qui pose pour les naturalistes curieux et la plupart du temps, une observation est l’affaire de quelques secondes d’un animal qui fait surface avant de replonger ou d’un autre qui remonte sur la berge ou court le long d’une rive érodée sous les racines dénudées des aulnes qui l’encombrent. Bien rares sont les occasions de les voir jouer et se poursuivre, comme je le fis, en plein jour et à minuit passé, en été, sur un lac suédois bien au-delà du cercle polaire... et pendant plus d'une heure !]




Voie (probable) de loutre sur la rivière d'Étel
Voie (probable) de loutre sur la rivière d'Étel
   



Une vidéo de Eaux et Rivières.







La loutre :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Loutre
http://mrw.wallonie.be/dgrne/sibw/especes/ecologie/mammiferes/loutre.html

Réseau Loutres :
http://www.reseau-loutres.org/




[Corrélats : Mammifères / Mustélidés / ...]

Retour