Entrez un mot-clé
Météorologie
Météorologie


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Généralités / Les masses d'air / Les fronts / Front froid / Front chaud / Autres fronts / Dépressions et anticyclones / Le vent / Beau temps, mauvais temps /

Risque météorologique : enjeux, évaluation et couverture /
Étudier les nuages du Sud-Est du Pacifique pour améliorer les modèles climatiques /
Hivers rigoureux : des causes encore mal établies /
Prévisions saisonnières pour les 6 prochains mois /
Point Météo – Juillet 2011 /
Point Météo – Août 2011 /
Point météo - septembre 2011 /
Point météo - octobre 2011 /
Point météo - novembre 2011 /
Point Météo – Décembre 2011 /
☞ Point Météo – L’année 2011 (1/2) et (2/2) /
L'anticyclone qui refroidit l'Europe /
Point Météo – Janvier 2012 /
Point Météo - Février 2012 /
Point Météo - Mars 2012 /
Point météo Avril 2012 /
Point météo Mai 2012 /
Point météo Juin 2012 /
Point Météo – Juillet 2012 /
Point météo - Août 2012 /
Point météo - Septembre 2012 /
Point météo - Octobre 2012 /
Point météo - Novembre 2012 /
Point météo - Décembre 2012 /
Point météo - Janvier 2013 /
Point météo - Février 2013 /
Point météo - Mars 2013 /
Point Météo – Avril 2013 /
Point Météo – Mai 2013 /
Point Météo – Juin 2013 /
Point Météo – Juillet 2013 /
Point Météo – Août 2013 /
Point Météo – Septembre 2013 /
Météorologie : la révolution silencieuse est en marche, selon l'OMM /


Sites Internet et articles / Corrélats /

Dépression du 7 juillet 2004... des vents de 130 km/h
ont couché mes tournesols (cf. Aléas)
La météorologie est la science qui étudie les phénomènes atmosphériques.



Cette branche de la géophysique se consacre surtout à l'étude et à l'observation des éléments du temps : la température et l'hygrométrie de l'air, la pression atmosphérique, le vent, les précipitations, etc. et à la recherche des lois qui permettent de prévoir le temps.

La météorologie ne doit pas être confondue avec la climatologie, d'abord et surtout parce que ces deux disciplines ne s'intéressent pas au temps (qu'il a fait, qu'il fait ou qu'il va faire) avec la même échelle de temps (qui passe).

Les masses d'air

Au-dessus de certaines régions océaniques ou sur de plus ou moins vastes étendues continentales, l'atmosphère peut être considérée comme relativement stable au moins assez pour présenter une certaine uniformité quant à la température et à l'humidité de l'air. On donne le nom de masse d'air à ces volumes d'atmosphère cohérents et homogènes.

Ces masses d'air peuvent être chaudes ou bien peuvent être froides. Les masses d'air froides s'insinuent sous les masses d'air chaudes qui ont tendance à s'élever. Les masses d'air froides sont plutôt sèches. Les masses d'air chaudes sont généralement humides. Lorsqu'une masse d'air froide rencontre une masse d'air chaude, la confrontation se fait au contact de ce que l'on nomme un front. C'est d'ailleurs au niveau du front que s'observe le changement de temps, par exemple, en offrant à l'observateur une typologie nuageuse caractéristique.

La circulation atmosphérique générale, les vents d'altitude ou jets, les anticyclones et les dépressions mettent constamment des masses d'air antagonistes en confrontation. Selon l'époque de l'année, ce ne seront pas nécessairement les mêmes masses d'air qui s'affronteront au-dessus de nos têtes. C'est une des raisons que nos saisons se caractérisent par une météorologie moyenne prévisible. Par exemple, en Bretagne, nous connaîtrons plutôt des hivers frais et pluvieux avec, au pire, deux ou trois jours de grands froids secs.

La France et l'Europe moyenne de l'Ouest peuvent être sous l'influence de six grandes masses d'air : trois masses d'air d'origine polaire et trois masses d'air d'origine tropicale.

Les masses d'air d'origine polaire peuvent être maritimes quand elles nous arrivent de l'Islande ou du Groenland ; arctique quand elles nous viennent du nord de la Scandinavie ou elles sont dites continentales quand elles nous arrivent par l'est, de Sibérie. Les masses d'air polaires continentales et arctiques sont froides et sèches. La masse d'air polaire maritime est fraîche et un peu plus humide.

Les masses d'air tropicales sont maritimes quand elles nous arrivent par le sud-ouest de l'Atlantique (Açores). Elles sont chaudes et très humides. Elles peuvent être tropicales sahariennes quand elles arrivent plein sud du Sahara ou tropicales continentales quand elles viennent par l'est de l'Asie Mineure. Dans ces deux cas, l'air est très chaud et très sec (et parfois très chargé de poussières en suspension).

D'une manière générale, on peut schématiquement prévoir que :

» l'arrivée d'air arctique (plein nord), en France, entraînera un temps plutôt instable, humide et froid, sous des cumulus ou des cumulonimbus producteurs d'averses de pluie et de neige ou de grêle ;

» l'arrivée d'air polaire continental (est, nord-est), entraînera un temps très instable, froid et sec sous des cumulus peu ou pas producteurs de pluie ;

» l'arrivée d'air polaire maritime (nord-ouest) entraînera, en hiver, un temps doux et pluvieux sous de lourds stratus producteurs de pluie ou de neige et un temps plutôt frais en été, sous des altocumulus, peu producteurs au moins sur la façade Atlantique ;

» l'air tropical maritime (sud, sud-ouest) entraînera un temps chaud très humide (crachin et bruine en hiver, pluies cévenoles en septembre octobre sur le sud de la France, fortes averses et gros orages en été, brouillards denses en mer) ;

» l'air tropical continental et l'air tropical saharien entraîneront des temps chauds et secs avec effet de fœhn sur les Pyrénées et sur d'autres massifs montagneux.

Les fronts :

Lorsque deux masses d'air d'origine différente se rencontrent, en général, elles ne se mélangent pas, surtout si leurs températures sont différentes, car ces températures différentes sont à l'origine de densités différentes de l'air qui les constitue.

L'air froid plus lourd s'insinue sous l'air chaud plus léger. L'affrontement entre deux masses d'air s'appelle un front. C'est au niveau du front que s'opèrent et s'observent les changements de temps.

On parle de front froid quand une masse d'air froid s'engage sous une masse d'air chaud et qu'elle la repousse en la soulevant. La vitesse de déplacement de la masse d'air froid est d'environ 40 km/h.

On parle de front chaud quand une masse d'air chaud recouvre une masse d'air froid et qu'elle la repousse progressivement. La vitesse de déplacement de la masse d'air chaud est de l'ordre de 20 km/h.

Concrètement, du sol, le moyen de savoir si on est sous un front froid ou sous un front chaud est d'observer la succession des nuages et l'évolution des températures et des pressions atmosphériques.

Front froid :

Un observateur qui verrait venir sur lui une masse d'air froid s'insinuant sous une masse d'air chaud observerait d'abord des cirrus en altitude et quelques cumulus à moyenne altitude. Très vite, le mauvais temps s'installe (monte) sous la forme de lourds cumulonimbus et de nimbostratus très producteurs d'averses intenses de pluie ou de neige et se déplaçant rapidement dans le ciel et souvent dans des directions différentes selon leur altitude (force de Coriolis). La période pluvieuse est courte et rapidement suivie de belles éclaircies et d'ondées passagères. Le temps est souvent qualifié d'instable.

La pression atmosphérique basse sous la masse d'air chaud remonte sous le front et après le passage du front.

Les températures chutent assez rapidement au passage du front. Les vents se renforcent et peuvent même être violents sous les averses. Le vent reste marqué à fort après le passage du front, renforçant ainsi la sensation de froid et l'impression de mauvais temps durable quand bien même seule la nébulosité serait importante.

Front chaud :

L'arrivée d'un front chaud se fait sentir pratiquement 48 heures avant par la présence dans le ciel, à très haute altitude de petits nuages pommelés ou des balayures (cirrus et stratus). Presque concomitamment, le ciel se couvre d'altostratus en altitude et de nimbus ou de nimbostratus à basse altitude. Les altostratus sont suivis de près par des cumulus ou des altocumulus, généralement masqués depuis le sol par les nimbus de basse altitude. Toutes ces formations nuageuses sont productrices de pluie. Parfois seules les formations d'altitude précipitent et la pluie traverse les nimbus donnant l'impression que ce sont ces nuages qui sont producteurs.

La durée de la perturbation est plus longue que celle due à un front froid parce que le déplacement de la masse d'air chaud est environ deux fois moins rapide que celle des masses d'air froid d'un front froid. L'impression de beau temps revenu après la perturbation est accentuée par la remontée nette des températures et par un joli ciel traversé de cumulus dits de beau temps. Cette impression de beau temps doit être tempérée quand on se trouve sur les bords de la dépression parce qu'alors les ciels de traîne conservent une idée de mauvais temps instable.

Le vent qui s'était renforcé au moment du passage du front faiblit nettement. Les pressions atmosphériques qui avaient baissé nettement restent stationnaires.

Front occlus, stationnaire, faible, etc.

Il existe d'autres types de fronts.

Le front occlus désigne la situation où deux masses d'air froid emprisonnent une masse d'air chaud en la soulevant. Généralement, ce type de front donne des pluies extrêmement abondantes, des températures très en baisse, des vents forts et assez peu l'envie de sortir.

Le front stationnaire comme son nom l'indique est un front qui ne se déplace guère ou alors très lentement. Le front stationnaire a les mêmes caractéristiques que le front chaud. Quand on a la malchance d'être sous le front stationnaire, on peut ainsi profiter de périodes pluvieuses plus longues et mieux marquées.

Le front est dit faible quand ses seuls effets sur le temps sont de modifier la direction et la vitesse du vent.

Les dépressions et les anticyclones.

Lorsque deux masses d'air se rencontrent, leur confrontation induit le creusement d'une dépression qui, du fait de la rotation de la terre, s'enroule sur elle-même.

Les anticyclones se caractérisent par des pressions atmosphériques maximales en leur centre (1020 à 1050 hPa) et diminuant vers la périphérie. Les dépressions se caractérisent par des pressions basses en leur centre (980 à 1000 hPa) et augmentant vers la périphérie.

Le vent :

Les anticyclones tentent de combler les dépressions. C'est ainsi que naissent les vents.

Dans l'hémisphère Nord, quand on se place dos au vent et si l'on effectue une rotation de 45° vers la droite, nous aurons à notre gauche la dépression et à notre droite l'anticyclone.

Les vents soufflent toujours tangentiellement aux isobares de la dépression ou de l'anticyclone. Ils soufflent du centre de l'anticyclone vers la périphérie dans le sens des aiguilles d'une montre et de la périphérie d'une dépression vers son centre dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. C'est le contraire dans l'hémisphère Sud.

La vitesse du vent peut être appréciée à partir d'une carte météo sur laquelle figurent les isobares (lignes de même valeur de la pression atmosphérique). Lorsque les isobares distantes de 5hPa sont éloignées de 600 km, la vitesse du vent sera de 2 (brise légère) sur l'échelle de Beaufort ; si l'éloignement est de 300 km, le vent sera de force 6 (vent fort) ; si l'éloignement est de 100 km, la force du vent est de 9 (tempête).

Beau temps, mauvais temps :

L'installation d'un anticyclone sur une région est plutôt synonyme de beau temps durable. Au contraire, l'arrivée d'une dépression est signe de pluie et de ce qu'il est convenu d'appeler du mauvais temps… en tout cas, au cours des bulletins météo qu'on nous délivre entre deux pubs à la télé et même après de longues périodes de sécheresse, quand toutes mes réserves d'eau de pluie soigneusement récoltée sont au plus bas. Il est vrai que cette notion de beau ou mauvais temps n'est pas la même quand on travaille dans un bureau à la Défense ou son champ ou sur un chantier dans le bâtiment…




Un site Internet sur la météorologie, l'astronomie, etc. : http://www.astrosurf.org/luxorion/index.htm

Ce site dédié à l'astronomie comporte plus d'une centaine de dossiers très bien documentés (Astronomie, Météorologie, Thermodynamique, Physique du chaos, Physique de l'atmosphère, etc.) ainsi que de très nombreuses photographies satellitaires...

Autres sites météorologie :

http://www.meteonet.org/

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/

http://www.educnet.education.fr/meteo/

http://www.francesurf.net/?ann=0&rub=1173

http://www.obs-hp.fr/www/meteo.html


http://www.satmos.meteo.fr/cgi-bin/qkl_sat/quicklook.pl (images satellites météo)

http://www.notre-planete.info/geographie/tornades.php

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/le-temps/tornade/tornade.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/le-temps/ouragan/ouragan.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/le-temps/foudre/foudre.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/le-temps/orage/orage.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/le-temps/front-temps/front-temps.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/theorie/atmo-dynamisme/dynamisme.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/theorie/atmo-et-energie/energie.htm

http://www.ffme.fr/technique/meteorologie/le-temps/depression/depression.htm

http://la.climatologie.fr/tornade/tornade.htm

http://la.climatologie.fr/facteur-climat/factclimat.htm

http://la.climatologie.fr/atmosphere/atmosphere.htm

http://la.climatologie.fr/sommaire.htm

http://www.planete-education.com/annuaire/sciences_et_mathematiques/terre_et_espace/meteorologie/

http://www.lafoudre.com/






[ Corrélats : Atmosphère / Précipitations / Neige / Foudre / Anticyclones / Atmosphère / Inversion / Tornades / ... ]

Retour