Entrez un mot-clé
Parc National
Parc National




Conçus par la loi du 22 juillet 1960 comme des conservatoires de la faune et de la flore et des lieux privilégiés de la pédagogie de la nature, les Parcs Nationaux se composent d'une zone centrale où les activités humaines sont strictement réglementées, voire interdites et d'une zone périphérique, domaine de transition, ayant notamment pour vocation de réanimer l'économie locale.

Cazorla : la montée vers Miembras Secas
C'est le décret de création du Parc National qui fixe la réglementation applicable à la zone centrale.

Cette réglementation, adaptée au caractère du territoire concerné, peut varier d'un parc à l'autre.


Dans un premier temps, les premiers parcs nationaux, dont le premier de tous : le parc du Yellowstone, furent davantage choisis parce qu'ils abritaient des paysages grandioses que pour leur intérêt scientifique. Certains parcs virent même le jour en Espagne, l'un, le Coto Doñana, à cause de la sensiblerie d'une reine, l'épouse d'Alfonso XIII ; l'autre, celui de Cazorla et Segura, grâce à la cruauté d'un chef d'état (Franco).

Le Coto Doñana vit en effet le jour parce que la reine Doñana ne voulait plus que le roi et les grands du royaume d'Espagne n'y chassent encore ;

Le parc de Cazorla et Segura put être constitué, vers les années 1970, parce que le général Franco avait déporté toutes les populations de ces montagnes pour jouir, avec quelques invités, des plaisirs de la chasse au bouquetin d'Espagne, qui, paradoxalement, aurait peut-être disparu autrement.La création d'un parc national se heurte à diverses difficultés parmi lesquelles certaines peuvent être aplanies au terme de négociations et d'explications avec les populations concernées tandis que d'autres ne le sont pas ou, quand elles le sont, c'est par un coup de force.

L'incroyable imbroglio qui conduisit à la création du parc des Pyrénées est révélateur de l'incurie des autorités françaises qui, pour des raisons politiciennes, ne surent imposer des décisions drastiques, par exemple, pour protéger les ours, aujourd'hui disparus.

D'un autre côté, certains gouvernements (et certains scientifiques) se conduisirent en véritables spoliateurs, s'appropriant l'espace et les êtres vivants, pour leur unique jouissance, quand bien même cette appropriation fut-elle nécessaire pour mettre en place des mesures de protection. Le résultat a été, presque à chaque fois catastrophique. Bien des parcs nationaux en Afrique ou en Asie sont dans ce cas.

À l'heure actuelle, les aires protégées sont classées en 8 catégories.

Catégorie I : les réserves scientifiques (protection quasi absolue à absolue).

Catégorie II : les parcs nationaux.

Catégorie III : les sites naturels exceptionnels.

Catégorie IV : les réserves naturelles pour l'habitat, la faune et la flore

Catégorie V : les paysages terrestres ou marins protégés avec contrôle des aménagements.

Catégorie VI : les réserves de ressources naturelles.

Catégorie VII : les régions biologiques naturelles et les réserves anthropologiques (sociétés traditionnelles, souvent qualifiées de primitives).

Catégorie VIII : les régions naturelles aménagées (loisir, tourisme, etc.).

En France, les aires protégées occupent une surface totale de 4 987 791 ha. 6 parcs sont en catégorie I ; 7 en catégorie II ; 57 en catégorie IV ; 33 en catégorie V.




Les parcs nationaux français.

La création des parcs nationaux en France est prévue par la loi du 22 juillet 1960 (celle des parcs régionaux par la loi du 1er mai 1967). Il s'agissait de se doter des moyens répondant à la double ambition de sauvegarder des espaces naturels d'exception et de maintenir une activité économique dans des zones rurales ou montagnardes en difficulté.

Les parcs nationaux sont créés par décret du Conseil d'État après enquête auprès du public et de leurs représentants élus. Ils sont financés par des subventions d'État. Ils sont administrés par un conseil d'administration où siègent des élus, des fonctionnaires, des représentants des collectivités locales et des instances socioprofessionnelles. Le conseil d'administration est assisté par un conseil scientifique.

Pour ce qui est des parcs nationaux, on y distingue trois zones :

- Une zone centrale où l'habitat permanent n'existe pas. Les constructions privées ou les aménagements touristiques sont interdits. Une exception vaut cependant pour le parc national des Cévennes dont la zone centrale était déjà peuplée et construite avant sa création et où les populations et certaines de leurs activités ont été maintenues.

Les activités forestières et agricoles, l'élevage peuvent être maintenus, mais sont strictement réglementés. La chasse et la cueillette sont proscrites.

L'accès du public aux zones centrales (hors des réserves intégrales) se fait en utilisant des sentiers balisés. Le camping et les feux sont interdits. Le bivouac toléré seulement auprès des refuges. Les chiens et les transistors sont interdits… mais pas les téléphones portables !

- La réserve intégrale est théoriquement interdite au public. Le rôle de cette réserve serait de protéger plus efficacement la faune, la flore et les habitats qu'elle recèle. Seuls des scientifiques, et uniquement pour leurs travaux de recherche, y auraient accès. Vœu pieux qui ne résiste pas partout à un bakchich…

- La zone périphérique entoure la zone centrale. Dans cette zone, des activités traditionnelles de subsistance ou d'entretien sont maintenues, mais de nombreuses aides sont apportées aux communes de cette zone pour la réalisation de projets à caractère social, culturel, touristique et économique. Le plus souvent, des activités comme la chasse, la pêche, la cueillette sont limitées.




En France, seul le parc national de Port-Cros est exclusivement maritime. Les autres parcs sont le plus souvent installés en montagne où ils recèlent de grandes zones forestières de l'étage collinéen et montagnard et les différents habitats rencontrés aux étages de combat, alpin et nival.

Le parc de la Vanoise

Le parc de la Vanoise a été créé en 1963. C'est le plus ancien et probablement le plus fréquenté des parcs nationaux français.

Sa zone centrale (53 000 ha) se situe entre la Haute-Tarentaise (Vallée de l'Isère) et la Haute Maurienne (vallée de l'Arc). Elles est en contact avec celle du parc italien du Gran Paradiso.

Le parc des Écrins

Le parc des Écrins, essentiellement sur le massif du même nom, près de Briançon, possède une zone centrale de 91 000 ha. Ce parc englobe le parc du Pelvoux qui fut, dans les années 1920, la première tentative de création d'un parc en France.

La zone centrale du parc est sans doute parmi les plus difficiles à atteindre. Ce parc est de ce fait relativement moins fréquenté, ce qui ne préjuge en rien du dérangement qui y est fait. En effet, la motivation de fréquentation, quand elle est surtout, voire uniquement sportive et recherche de l'exploit (!) est rarement accompagnée du respect des lieux sur lesquels les randonneurs enchaînent leurs courses.

Le parc des Pyrénées

Ce parc, tout en longueur, voire disjoint (100 km de long pour une surface de 18 000 ha), jouxte le parc espagnol d'Ordesa. Il va de la haute vallée de l'Aspe, à l'ouest à la haute vallée de l'Aure, à l'est.

Ce parc abrita les derniers ours slovènes naturalisés français !

Le parc du Mercantour

Créé en 1979, ce parc de 69 000 ha englobe la vallée des Merveilles et s'étend jusque la vallée de l'Ubaye.

Ce parc fait beaucoup parler de lui parce que quelques loups (une cinquantaine) ayant franchi la frontière italienne et on l'affirme, mettent à mal, bon an, mal an, 4 à 5 000 brebis subventionnées à telle hauteur que la moindre côtelette avoisine le prix du caviar.

Le parc des Cévennes

Le parc des Cévennes avec ses 230 000 ha est le plus étendu. Sa vocation initiale était de stopper l'exode rural qui sévissait dans la région et s'attaquer à la déprise agricole qui la menaçait. C'est la raison pour laquelle un noyau d'un millier d'habitants a été maintenu dans la zone centrale du parc.

Ce parc comprend les zones montagnardes de l'Aigoual et des monts Lozère et la majeure partie des grands Causses (Méjean, Noir, etc.).

Bien qu'abritant une faune et une flore intéressantes, faisant même l'objet de réintroduction réussies d'espèces qui avaient disparues (vautour fauve et moine, castor, grand tétras, etc.), ce parc est surtout un bel exemple pour démontrer que les activités humaines ne sont pas nécessairement incompatibles avec un bon fonctionnement des écosystèmes.

Le parc de Port-Cros

Le parc de Port-Cros comprend essentiellement les îles de Port-Cros et Porquerolles, le cap Lardier, les salins d'Hyères et la presqu'île de Giens. Il s'étend sur 800 ha de terres émergées et 1 700 ha de zones maritimes à proximité des côtes.

Le Parc de Guadeloupe

Au total le Parc s'étend sur 11 communes qui sont : Vieux-Habitants, Bouillante, Pointe-Noire, Lamentin, Petit-Bourg, Goyave, Capesterre Belle-Eau, Trois-Rivières, Gourbeyre, Saint-Claude et Baillif.

La zone centrale du Parc représente 17 300 ha, soit 10% du territoire de l'archipel et les 2/3 de la forêt tropicale de Basse-Terre (le massif montagneux comptant 30.000 ha)

Elle s'étend sur toute la partie haute du massif, depuis la forêt dense humide (forêt de la pluie avec 3 à 8 m de précipitations par an), à partir de 250-300 m d'altitude, jusqu'aux savanes arbustives, formations végétales plus basses des sommets (forêt des nuages), à partir de 900 m d'altitude.

La zone périphérique (16.200 ha) couvre trois communes en Côte-sous-le-Vent :Pointe-Noire, Bouillante et Vieux-Habitants.

Le Parc a aussi en gestion la Réserve Naturelle du Grand Cul-de-Sac marin, à la fois terrestre (1.600 ha) et marine (2.100 ha).

Cette réserve préserve un milieu composé de mangroves, de forêts marécageuses, de marais d'eau douce, de prairies humides, de récifs coralliens et d'herbiers sous-marins.




La conservation de la nature :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/cub2annconsnat.html




SITES ET ESPÈCES PROTÉGÉS : http://www.inra.fr/dpenv/cr.htm#sites

Les parcs en Europe :
http://www.parks.it/europa/Findex.html

Les parcs dans le monde :
http://www.parks.it/world/Findex.html




[ Corrélats : Parc naturels régionaux / Coto Doñana / Mesures de protection / Espaces protégés / ZICO et ZNIEFF / ...]

Retour