Entrez un mot-clé
Types biologiques

Selon C. Raunkiaer


C. Raunkiaer était un botaniste scandinave qui proposa une classification des types biologiques pour les végétaux, en grande partie fondée sur le mode de protection de leurs bourgeons face au froid et à l'enneigement.

Bourgeon de hêtre (Fagus sylvatica) et ses écailles protectrices
À défaut d'être cohérente, voire utilisable, cette classification existe et de nombreux ouvrages ou auteurs y font référence.

C'est la raison pour laquelle elle est développée ici.


Raunkiaer décrivait cinq types biologiques :

1) les phanérophytes qui sont des arbres ou des arbustes dont les bourgeons se trouvent en hiver très au-dessus de la couche de neige (cela valait pour la Scandinavie), c’est-à-dire à plus de 25 à 40 cm au-dessus du sol et qui assurent la protection de leurs bourgeons contre le froid en les entourant dans des enveloppes.

2) les chaméphytes qui sont des arbustes de moins de 50 cm de hauteur et censés se retrouver, en hiver, sous la couche de neige protectrice… Les bourgeons des chaméphytes sont aussi protégés par des enveloppes (sans doute pour les années où il ne neige pas ou s’ils sont bretons !).

3) les hémicryptophytes dont les bourgeons, au ras du sol, sont enfouis dans des rosettes de feuilles (pissenlits, plantains, iris, etc.).

4) les géophytes dont les bourgeons sont souterrains (plantes dont les tiges souterraines sont des rhizomes, des tubercules ou des bulbes).

5) Les thérophytes ou plantes annuelles qui survivent à l’hiver sous forme de graines. Aucune précision n’est apportée, par exemple, sur la dépense énergétique que consent une plante à la production de graines, certaines en fabriquant des centaines, voire des milliers, d’autres quelques-unes seulement.

Il convient d'ajouter qu'il existe aussi des hydrophytes ou plantes aquatiques, des hélophytes ou plantes herbacées amphibies, essentiellement des ceintures autour des étangs, des marais, des tourbières ou des rives des cours d'eau, des épiphytes ou plantes vivant sur d'autres plantes, etc.




Depuis, cette classification a été "améliorée"... C'est ainsi que, maintenant, on distingue :

ÉPIPHYTES

Ce sont des plantes fixées sur d'autres plantes :
______ » surtout des lichens, parfois des fougères, jamais d'angiospermes sous climat tempéré
______ » diverses plantes supérieures sous climat tropical (Tillandsias, Broméliacées, etc.)

PHANÉROPHYTES

Ce sont des plantes ligneuses dont les bourgeons sont situés plus haut que 50 cm au-dessus du sol.

On distingue :
______ » les mégaphanérophytes ou grands arbres de plus de 25 m de hauteur (Pg)
______ » les mésophanérophytes ou petits arbres entre 10 et 25 m de hauteur (Pm)
______ » les microphanérophytes ou grandes plantes ligneuses entre 2 et 10 m de hauteur (Pp)
______ » les nanophanérophytes ou petites plantes ligneuses entre 0.5 et 2 m de hauteur (Pn)
______ » les phanérophytes grimpantes ou lianes et plantes ligneuses grimpantes ou décombrantes (Ps)

CHAMÉPHYTES

Ce sont des plantes vivaces ligneuses ou herbacées, enracinées, dont les bourgeons régénérateurs sont situés près du sol, au-dessous de 50 cm.

On distingue :
______ » les chaméphytes suffrutescentes, à ramification diffuse et dressée (CH f)
______ » les chaméphytes rampantes, branches décombrantes ne s'élevant guère au- dessus du sol (Ch v)
______ » les chaméphytes cespiteuses, formant des touffes ou rosettes denses (Ch c)
______ » les chaméphytes en coussin, croissance très compacte (Ch p)
______ » les chaméphytes bryoïdes, mousses et lichens (quelques phanérogames) (Ch m)

HÉMICRYPTOPHYTES

Ce sont des plantes enracinées dont le bourgeon est situé à la surface du sol, et dont la partie aérienne meurt pendant la saison défavorable (froide ou sèche).

On distingue :
______ » les hémicryptophytes caulescentes, à tige développée, généralement feuillue et ramifiée (Hs)
______ » les hémicryptophytes à rosette, à couronne de feuilles au niveau du sol (Hr)
______ » les hémicryptophytes cespiteuses, formant des touffes, comme beaucoup de graminées,
de cypéracées et de joncs (Hc)
______ » les hémicryptophytes grimpantes ou décombrantes, à tige faible, parfois volubile (Hg)

GÉOPHYTES

Ce sont des plantes dont le bourgeon est bien enfoui dans le sol.

On distingue :
______ » les géophytes à bulbe (Gb)
______ » les géophytes à rhizome (Gr)
______ » les géophytes à racine (Gg)

THÉROPHYTES

Ce sont des plantes qui survivent au moyen de graines.

On distingue :
______ » les annuelles (Th1)
______ » les bisannuelles (Th2)

HYDROPHYTES
Ce sont les plantes aquatiques.

On distingue, d'après Dansereau 1945 :
______ » les plantes libres, non enracinées, émergées, flottantes ou submergées (HH s)
______ » les plantes aquatiques émergées à feuilles larges (HH f)
______ » les plantes aquatiques émergées à tiges et/ou feuilles étroites (HH j)
______ » les plantes enracinées à feuilles flottantes (HH n)
______ » les plantes submergées à feuilles et/ou tiges rubanées (HH v)
______ » les plantes submergées à rosette (HH r)
______ » les plantes submergées annuelles (hydrothérophytes) (HH t)
______ » les épiphytes ou épilithes (HH a)






On peut parfaitement décrire des formations végétales à partir de la typologie de C. Raunkiaer. Ces formations végétales peuvent être pures, mélangées, en mosaïque, totalement recouvrantes ou bien laisser des vides de terre nue.

Les phanérophytaies peuvent être composées seulement de grands arbres ou seulement d'arbustes ou bien d'un mélange d'arbres et d'arbustes.

Parmi les grandes phanérophytaies, on peut citer des ensembles forestiers comme la taïga ; les futaies, gaulis, perchis et taillis de nos massifs forestiers tempérés ; les forêts galeries et les ripisylves ; les dehesas méditerranéennes ; les forêts marécageuses ou igapo ; les forêts inondables ou varzea ; les selva, hylea, mata brésiliennes ; les cerradaos brésiliennes ; les savanes arborées ; les pré-bois, les pâturages boisés ; etc.

Parmi les petites phanérophytaies, on peut citer les fruticées, les landes, les brousses, les halliers, les fourrés et buissons, le bush, le chaparral, le shrub, le matorral, le carrascal, le sertao, le caatinga, le Chaco, les steppes arborées, le maquis, les mangroves, etc.

Parmi les chaméphytaies, on peut citer les landes, les garrigues, les toundras, diverses steppes ligneuses ou épineuses, le jaral, le tomillar, le batha palestinien, les phryganes grecques, la puna, le thornveld, la tola, le solupal, etc.

Parmi les hémicryptophytaies, on peut citer les pampas, les steppes herbacées, les llanos, la prairie, le veld, le paramo, les savanes herbacées, les pelouses, les ourlets, les prés, etc. ; diverses mégaphorbiaies, roselières, campos de varzeas, campinas, etc.

Les thérophytaies sont surtout constituées par les moissons ou des friches précoces après déprise agricole.






Classification des formations végétales d'après RAUNKIAER et Glossaire de botanique extrait du site :
http://www.protection-nature.org/glossaire-bota.htm

http://www.univ-reims.fr/Labos/BPV/index.htm


Formes biologiques normales :
http://dc.plantouz.chez-alice.fr/formbio.htm

Classification des formations végétales d'après RAUNKIAER
http://www.protection-nature.org/glossaire-bota.htm






[ Corrélats : Phytosociologie / ...]

Retour