Entrez un mot-clé
Rhizopodes
Rhizopodes
(amibes et foraminifères)


Amibe nue (Chaos diffluens)
Ces protozoaires ont en commun d'émettre des expansions de leur cytoplasme connues sous le nom de pseudopodes, filopodes ou lotoïdées.

Les rhizopodes se divisent en deux groupes : les amibes et les foraminifères. Les mycétozoaires ou myxomycètes sont proches des rhizopodes.



Les amibes fréquentent tous les milieux partout dans le monde. Les amibes émettent des pseudopodes qui leur servent pour la locomotion, mais surtout pour se nourrir. Certaines amibes sont nues, d'autres s'entourent de sécrétions formant une enveloppe appelée thèque.

Les amibes nues du genre Entamoeba vivent en commensales dans le tube digestif de nombreux vertébrés (Entamoeba coli) ou d'invertébrés (E. apis chez l'abeille). Le cas d'Entamoeba histolytica est particulier puisque cette espèce normalement non pathogène peut devenir parasite et provoquer la très grave dysenterie amibienne.

Une espèce d'amibe vit dans les eaux de fonte des névés et des glaciers et peut provoquer de graves dérangements intestinaux. Il vaut mieux s'abstenir de boire de ces eaux en montagne et leur préférer les eaux acides des tourbières, même si leur couleur n'est guère engageante, car elles présentent moins de risques de contamination bactérienne ou protistale.

Déplacement d'une amibe
Les amibes photographiées ci-contre accompagnaient des flagellés et des algues unicellulaires dans un seau d'eau où pourrissait une pomme de terre !

Cela n'a rien de très étonnant puisque ces organismes sont fréquemment trouvés dans la terre où ils participent à la régulation des populations de bactéries.


L'association de cellules chez les protozoaires est assez rare. Chez le rhizopode Dictyostelium discoideum, l'espèce est représentée par des amibes qui se déplacent de manière indépendante sur le sol où elles se nourrissent de matières organiques. Sous certaines conditions, en particulier en cas de privation alimentaire, ces amibes s'associent pour former un organisme pluricellulaire d'au moins cent mille cellules, à forme de limace de quelques millimètres de longueur. Dans cet organisme, trois territoires cellulaires se différencient : le corps végétatif qui donnera des spores ; un pédoncule allongé et une partie basale. On a montré que lorsque les conditions de vie devenaient défavorables, les amibes s'attiraient en sécrétant toutes les deux à trois minutes des décharges d'AMP cyclique. Certaines amibes deviennent des centres d'agrégation vers lesquelles les autres convergent. (On notera la convergence qui existe entre ce mécanisme et celui qui vise à établir des relations privilégiées entre des neurones).
(Voir aussi Les dictyostelidés :
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/dictyostelides.htm)

Amibes à thèque (Arcella artrocea)
dans les eaux d'une station d'épuration
Les amibes à thèque sont souvent spécifiques de milieux particuliers. Thecamoeba terricola vit dans les sols. D'autres espèces vivent sur les mousses ou les hépatiques, dans les boues des stations d'épuration, dans les interstices des sables côtiers, etc. Certaines amibes sont plasmodiales. La thèque de ces amibes est organique et devient siliceuse, soit par sécrétion, soit par prélèvements de silice dans le milieu.



Les foraminifères (groupe des granuloreticulosa) sont des rhizopodes qui émettent des pseudopodes très fins et réticulés. Certains foraminifères vivent dans les sols : Arachnula impatiens vit sur les champignons ; Biomyxa merdaria est coprophile. La très grande majorité des foraminifères vit sur les fonds marins. On en connaît plus de trente mille espèces dont les trois quarts sont des espèces fossiles (nummulites). Ces dernières ont pu, par accumulation, former des roches que l'on date en fonction de l'espèce de foraminifère présente. Les falaises de Douvres ou les pyramides de Gizeh, près du Caire, sont constituées de roches à foraminifères. À l'heure actuelle, de très importants dépôts marins se constituent dans les océans et formeront les roches calcaires du futur (boues à Globigérines).






Les archamoebas :
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/archamoebas.htm

Les ameobozoa (amibes) :
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/ameobozoa.htm

Les rhizaria (foraminifères) :
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/rhizaria.htm

Les cercozoa (amibes tropicales) :
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/cercozoa.htm

Les dictyostelidés :
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/dictyostelides.htm

Foraminifères :
http://www.darse.org/sciences/plan_proto_foram.html




[ Corrélats : Protozoaires / Protistes / ...]

Retour