Entrez un mot-clé
Sylviidés
Sylviidés


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Toutes les photos... / Sites Internet et articles / Corrélats /


Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla)
Les sylviidés forment une vaste famille d'oiseaux qui, s'ils ne chantaient pas, passeraient inaperçus tant la majorité des espèces sont furtives. Ce comportement tient en grande partie au fait que beaucoup de fauvettes, rousserolles, locustelles, bouscarles, etc. se nourrissent à couvert dans les buissons, les roseaux ou les feuillages.



Dans le paléarctique occidental, les sylviidés comportent 51 espèces et 10 occasionnels. La grande majorité des espèces migre vers l'Afrique ou le proche et le moyen Orient.

La plupart des espèces ont développé des couleurs homochromes aux milieux qu'elles fréquentent et ne sont souvent repérées ou déterminées que par le chant. Proches des gobemouches et des turdidés, les sylviidés ont développé des convergences écologiques remarquables avec ces oiseaux. C'est par exemple le cas de la bouscarle de Cetti (Cettia cetti) et du rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) dont les couleurs et l'habitus, l'habitat, la manière de défendre le territoire par un chant brusque et fort, la position du nid au sol, les matériaux qui le compose, la couleur des œufs, le comportement des jeunes qui quittent le nid bien avant de savoir voler, etc. sont remarquables.
Fauvette grisette (Sylvia communis)
Pouillot véloce (Phylloscopus collybita)


Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus)
Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta)

Cisticole des joncs (Cisticola juncidis)
Le cisticole des joncs (Cisticola juncidis) est une minuscule fauvette des milieux humides (jonchaies, cariçaies, prairies hygrophiles), des friches herbeuses, voire des champs de céréales.

Cet oiseau, à l'origine ibérique et méditerranéen, est arrivé en Bretagne vers 1965-1970. On l'observe plutôt à la côte, assez peu dans l'intérieur.


Les effectifs de cette espèce sont très sensibles aux variations de températures. Les hivers froids ont des effets considérables sur les populations. L'hiver 1986, par exemple, avait fait disparaître cet oiseau dans bien des territoires où il n'est revenu que depuis les années 2000.

Le plus souvent, cet oiseau se reconnaît à son vol territorial : une série de zip zip émis au cours de la phase ascendante d'un vol en dent de scie. Il est bien rare que l'oiseau se pose bien en vue, et qui plus est, sur un arbuste.


Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus)
D'une manière générale, les fauvettes des marais sont des oiseaux qui ne se montrent guère.

La rousserolle effarvatte fait partie de ces oiseaux qu'on entend plus qu'on ne voit et dont on devine plus l'activité qu'on ne l'observe véritablement.

Cela écrit, toutes les rousseroles ne sont pas pareillement difficiles à observer. La grande rousserolle turdoïde s'offre volontiers au regard et la rousserolle verderolle sait perdre toutes ses timidités quand il s'agit, pour elle, de se goinfrer de fruits mûrs.

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus)
Il existe un autre moment où les rousseroles se montrent un peu plus longuement, c'est tard le soir ou très tôt le matin quand les mâles chanteurs affirment leur possession d'un territoire dans la roselière.

Malheureusement, à ces heures, la lumière est souvent à peine suffisante pour permettre la photographie.

Bouscarle de Cetti (Cettia cetti)
La bouscarle de Cetti n'est pas une fauvette facile à observer et encore moins à photographier. J'ai pu surprendre cet individu dans une posture que cette espèce adopte volontiers, me semble-t-il, quand elle se déplace dans le couvert des buissons dans lesquels elle disparaît, c'est-à-dire la tête en bas et la queue relevée… à la manière des sitelles.



Sur cette photo, c'est sur une tige de phragmite que l'oiseau descend pour aller cueillir quelque insecte caché avant de revenir sur son poste d'où il alertera au moindre passant, homme ou chien, et à la moindre mésange ou rousserolle qui aura l'audace de venir se poser sur son saule !




Toutes les photos ont été prises dans le Morbihan : La fauvette à tête noire et l'hypolaïs à Tréauray, la phragmite des joncs, la rousserolle effarvatte, la bouscarle de Cetti et la cisticole à Pen Mané, la fauvette grisette à Étel, le pouillot véloce est un de ceux qui fréquentent le jardin de Kerpotence à Hennebont.


Pouillot véloce dans le sapin de Noël (Phylloscopus collybita)
Le sapin de Noël, déjà cinq ans, réduit à l'état de bonsaï, planté de travers, oublié le plus souvent au froid, à la neige, aux canicules, aux sécheresses extrêmes, mais tellement beau sous tous ces amoncèlements de guirlandes et de boules dont l'affublent nos onze petits enfants, accueillent aussi quand il est tout nu et avec beaucoup d'à propos des tas de mouches, de moucherons, de tipules, d'araignées, de pucerons, de pyrales, de charançons, de fourmis, de cynips, de phalènes, de thrips, de psoques, de psylles, d'aleurodes, de punaises, etc. qui font le bonheur des mésanges et des pouillots.

Pouillot véloce dans le Nord (Phylloscopus collybita)
Pour ceux ou celles qui pourraient penser que nous ne bougeons jamais, je précise qu'il nous arrive même d'aller dans les départements limitrophes proches de la Belgique, comme sur les marais de Frétin, proches de l'aéroport de Lille... et toc ! (Juillet 2013)



Pouillot de Bonelli (Phylloscopus bonelli)
Et même dans le Sud, plus précisément près du hameau de la Mendrerie (Vinas), dans l'Hérault où ce petit pouillot et sa femelle s'activaient à construire leur nid (avril 2015) !

Pouillot de Bonelli (Phylloscopus bonelli)
La preuve : la femelle avec deux brins d'herbe avec lesquels elle va tisser l'enveloppe extérieure du nid...
 
Roitelet huppé (Regulus regulus)
Maintenant il est vrai que fauvette à tête noire, pouillot véloce et roitelet huppé sont des hôtes familiers du jardin, sans pour autant se prêter volontiers à poser pour le photographe qui a fini par apprendre l'infinie patience que le grand âge oblige...





Mise au point sur le statut et la répartition en Maine-et-Loire des Pouillots fitis Phylloscopus trochilus, siffleur Ph. sibilatrix et de Bonelli Ph. bonelli
http://www.lpo-anjou.org/publi/crex2/pouillots.htm

Sylviidés * :
http://www.oiseaux.net/oiseaux/passeriformes/bouscarle.de.cetti.html
[* Ouvrir la fiche et cliquer sur lien : 32 autres fiches de cette famille...]

Mes histoires avec les fauvettes ou les pouillots... (à partir de la bouscarle de Cetti)
http://www.ecritsdesbetes.fr/bouscarle.html





[Corrélats : Oiseaux / ...]

Retour