Entrez un mot-clé
Pollution thermique
Pollution thermique


Tchernobyl : quand un défaut de refroidissement fait 30000 morts
et plus. Sans cynisme aucun : plus de 200000 hectares situés autour
de cette centrale dévastée ont été incorporés depuis à la réserve
naturelle voisine de Dneprovsko - Teterevskoe !
La pollution thermique concerne tous les milieux : l'atmosphère, les eaux douces et marines et même les sols.


Mais c'est surtout la pollution thermique des eaux qui est la plus préoccupante. Cette pollution est la conséquence des rejets d'eaux chaudes provenant des circuits de refroidissement des centrales électriques, surtout nucléaires, et, accessoirement d'autres installations industrielles équipées d'aéroréfrigérants et autres dispositifs de refroidissement.

Une des caractéristiques des hydrosystèmes, c'est que ce sont des milieux extrêmement tamponnés au plan des variations de la température. Pendant des milliers d'années, ces milieux n'ont pas vu varier leur température de façon significative. Les espèces qui les fréquentent étaient ou sont devenues des espèces sténothermes. Or, en moins d'un demi-siècle, la température de ces milieux, au moins aux abords des centrales incriminées, a augmenté de plusieurs degrés, parfois une dizaine et plus. Cette variation est tout à fait insupportable à la plupart des espèces, leurs œufs ou leurs alevins. Par exemple, les œufs de la plupart de nos salmonidés ne peuvent éclore qu'à des températures relativement basses (1 à 4° C). C'est également vrai des œufs des percidés ou des gadidés comme la lotte (Lota lota).

L'élévation de la température des eaux n'a pas seulement des effets sur la faune piscicole. Cette élévation, par exemple, entraîne une diminution du nombre et de la variété des diatomées, d'abord remplacées par des algues vertes filamenteuses, puis par des cyanophycées. Les perles, les éphémères et les trichoptères disparaissent.

Dans le milieu marin, l'élévation de la température joue un rôle important dans le stress manifesté par les coraux (blanchiment).

Même si l'élévation de température n'affecte pas uniformément tout un milieu, les gradients élevés de cette augmentation forment de véritables barrages thermiques qui s'opposent remarquablement aux déplacements des poissons, aussi bien en rivière qu'aux entrées des estuaires (saumons, aloses).




Pollution thermique :
http://www3.uqar.uquebec.ca/jpellerin/seme/08_pollution_industrielle/pollution_thermique.htm

http://www.ec.gc.ca/water/fr/manage/poll/f_pollut.htm


____________________

La température de l'eau, un paramètre important pour la production d'eau potable : http://www.gls.fr/memotec13.htm

____________________

Climat et thermique : http://oc.land.fr/Thermique/climat42.htm

Le CLIMAT expliqué par la Thermique : http://exergie.fr/climat0.htm




[ Corrélats : Énergie nucléaire / Déchets nucléaires / Aéroréfrigérants / ...]

Retour