Entrez un mot-clé
Tortues ou Chéloniens
Tortues ou Chéloniens


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Suivi de la cistude d’Europe en Auvergne /

Sites Internet et articles / Corrélats /


Tortue d'Hermann (Testudo hermanni)
Les tortues sont des reptiles caractérisés par le port d’une carapace formée d’un dôme protecteur et d’un plastron ventral. Cette carapace est percée d’ouvertures qui laissent passer les pattes, la tête et la queue. Cette carapace est soudée à la colonne vertébrale et aux côtes. Par ailleurs, les tortues possèdent un bec corné, dépourvu de dents, comme les oiseaux.
Tortue d'Hermann (Testudo hermanni)
On pourrait penser que les tortues sont bien protégées à l’abri de leurs carapaces. Elles le sont, sans doute, de bien des prédateurs, mais c’est sans compter sur la bêtise des hommes qui les retournent, car incapables de se redresser, elles meurent au terme d’une agonie bien longue et bien cruelle ou celui des automobilistes qui les écrasent ou des pyromanes qui mettent le feu dans les bois ou les garrigues qu’elles fréquentent quand elles sont terrestres ou des pollutions des eaux qui les asphyxient quand elles sont aquatiques. En un mot comme en cent, nos tortues d’Europe sont très menacées.



Quatre espèces de tortues fréquentent l’Europe. Deux sont terrestres (Testudinidés) : la tortue grecque (Testudo graeca) observable en Espagne et dans les Balkans, le tortue d’Hermann (Testudo hermanni) que l’on voit encore çà et là, comme en Normandie, surtout dans le sud de la France et sur tout le pourtour méditerranéen. Deux autres sont aquatiques (Èmydidés) : la clémmyde (Clemmys caspica) essentiellement en Espagne et dans les Balkans et la cistude d’Europe (Emys orbicularis), surtout présente en France au-dessous de la Loire et dans l’Est, jusqu’au Jura.

La clémmyde est très menacée dans les Balkans par l’extraordinaire développement de l’eutrophisation des eaux stagnantes qui transforment les lacs grecs ou macédoniens en véritables cloaques dans lesquels les tortues s’étouffent par centaines. Quant à la cistude, ces populations sont en baisse partout, même en Brenne, où elle souffre des pesticides qui sont utilisés en agriculture et finissent dans les étangs. Elle est aussi menacée par les « nouvelles techniques d’agrainage » des poissons qui consistent à déverser des quantités importantes de maïs dans les étangs de pisciculture pour en augmenter le rendement. Une partie du maïs, non dévoré par les poissons, pourrit dans l’eau où sa décomposition entraîne une sur-consommation d’oxygène préjudiciable à la vie des proies dont se nourrissent les tortues et par voie de conséquence, aux cistudes elles-mêmes.

 
Ah ! J'oubliais l'inénarrable tortue de Floride (Trachemys scripta elegans) qui n'a rien trouvé de mieux pour échapper au pythons de Seba qui pullulent dans les Everglades que de venir envahir nos mares et nos étangs après avoir été relâchées des aquariums dans lesquels elles avaient fini par être trop à l'étroit.

Ici, un spécimen qui fait 40 cm de long, au bas mot, installé dans les marais de Fretin, dans le Nord (59) [Septembre 2013]





Les tortues marines

Tortue verte (Chelonia mydas)
Autrefois très diversifié, le groupe des tortues marines ne compte plus aujourd'hui que 7 espèces regroupées en deux familles : les chélonidés et les dermochélidés.


Les chélonidés comprennent la tortue verte (Chelonia mydas), la tortue à dos plat (Natator depressus), la tortue caouanne (Caretta caretta), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea), la tortue de Kemp (Lepidochelys kempii) et la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata).

Les dermochélidés ne comprennent que la tortue luth (Dermochelys coriacea).

À l'heure actuelle, toutes ces espèces sont en déclin, menacées, voire en voie de disparition. Les raisons de ces menaces sont dues au braconnage, car bien qu'inscrit sur la liste des animaux protégés, ces animaux sont toujours recherchés pour leur chair ou leurs carapaces. La deuxième cause de mortalité importante pour ces animaux est liée à l'utilisation des engins de pêche dans lesquels les tortues se prennent et se noient.

Hormis la tortue à dos plat qui ne fréquente que l'Océanie, toutes les autres espèces de tortues marines peuvent être observées dans les départements français des Antilles et de la Guyane. Divers programmes de sauvegarde de ces espèces ont été initiés dans ces départements.




Testudinés :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Testudines

Cistude / Tortue d'Hermann :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cistude
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tortue_d%27Hermann


Tortues :
http://turtleportal.fr/turtle_fr.html
http://fauneetflore.haplosciences.com/turtle3.html


LES TORTUES MARINES
http://www.ac-reunion.fr/pedagogie/cohfoucque/svt/Paedoc/Html/

Des années 60 à nos jours : Petite rétrospective sur la connaissance des tortues marines...
http://www.terresdeguyane.fr/articles/CPO_0006/

Cours / Les TORTUES marines
http://subgalat.fr/biologie/cocobio/cours_reptiles_tortues%20.htm

Tortue luthhttp://suivi-animal.u-strasbg.fr/luth1.htmhttp://suivi-animal.u-strasbg.fr/luth2.htm




[Corrélats : Reptiles / ...]

Retour