Entrez un mot-clé
Totalitarisme
Totalitarisme, pensée unique,
génocides, massacres et autres barbaries !


Recensement des joies (ou pas) de l'état d'urgence en France


La fin du texte : Quelques réflexions sur le crapeau ordinaire (George Orwell)

Tant que vous n’êtes pas vraiment malades, affamés, terrorisés, emmurés dans une prison ou dans un camp de vacances, le printemps demeure le printemps. Les bombes atomiques s’amassent dans les usines, les policiers rôdent à travers les villes, les hauts-parleurs déversent des flots de mensonges, mais la Terre tourne encore autour du Soleil. Et ni les dictateurs ni les bureaucrates, bien qu’ils désapprouvent profondément cela, n’ont aucun pouvoir d’y mettre un terme.

Pour le texte en entier : clic


Facebook collabore avec le gouvernement israélien pour déterminer ce qui devrait être censuré


Le syndrome d’hypnose capitaliste


L'Europe fellatrice...

De la démocrannie : démocratie tyrannique

Démocrannie ou Démocratyrannie ?


Honte Manie Pull


De l'asservissement continu de l'Europe depuis 1945 et autres fariboles...

ENDIGUER LE TOTALITARISME OCCIDENTAL


De l'usage du 49.3 pour imposer les pires insanités... Je rappelle que les tyrans sont mortels.


Lorsque les gouvernances rendent les peuples impuissants, ceux-ci ne manquent jamais de se tourner vers des régimes totalitaires,
lesquels perdurent alors en rendant les peuples anomiques. Rien de bien étonnant, alors,
quand les valeurs sociétales ne sont plus qu’un vague souvenir, que les peuples se mettent à crier : qu’on les pende !


Rhétorique Totalitaire : Le "Complotisme"…


Les jugements que les foules acceptent ne sont que des jugements imposés
et jamais des jugements discutés.
Gustave Le Bon / Psychologie des Foules


L'exécrable en quête de look



Dans les deux cas de figures suggérées, le socialisme encore dévoyé...
Quant à l'antisémitisme...
Comme ses deux illustres prédécesseurs en matière de socialisme dévoyé et d’esprit tordu, Valls, dont on se rend vite compte qu’il décide qu’il ne peut être question de partager avec qui que ce soit les bénéfices politiques de la tuerie à Charlie, adopte des postures et des mimiques qui laissent perplexe quant à son état mental… Enfin, c’est ce que j’entends souvent.

En outre, ses positions ultra sionistes, par exemple, au sujet des contrôles à exercer sur les sites Internet ou les journaux qui oseraient critiquer la politique d’Israël, démontrent sans ambiguïté que son dévouement au pays dont il voudrait en devenir le chef suprême, n’est qu’une sombre blague qui ne devrait tromper personne… Maintenant, les intérêts supérieurs des capitalistes permettent à tellement de saloperies d’arriver qu’il faut s’attendre au pire, si c’est encore possible… Comme donner des leçons de laïcité aux enseignants ! Ce qui n’est rien d’autre que le comble de la connerie.

Une chose est sûre, à défaut de look, Valls se fait tailler un costar : clic, enfin pour peu que l'on veuille bien comprendre le message subliminal prononcé.



Une de ces deux images illustre la liberté d'expression,
l'autre l'apologie au terrorisme et conduit en prison !


L'inconvénient des régimes totalitaires, c'est que les citoyens sont dans le kolymateur...




Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Semprun sans nous /

Le président qui dérangeait les riches /
Ou Paraguay (juin 2012) - Honduras (juin 2009) : d’un coup d’État à l’autre /
Paraguay : la multinationale Rio Tinto Alcán et le coup d’État /
Rio Tinto Alcán et le coup d’État au Paraguay (2ème partie) /
Les États-Unis sont-ils vraiment une démocratie ? /
☞ Le procès politique d’un homme attentionné et la fin de la justice aux États-Unis /
Nous sommes tous des terroristes /
Noam Chomsky et La Fabrication du consentement /
Verdict contre Bradley Manning : la criminalisation de la révélation de crimes /
« Mandela : Je ne sais que trop bien que notre liberté est incomplète sans celle des Palestiniens » /
Détruire l’ancien monde pour construire le nouveau /
De l’absurdité de la tyrannie /
Katarabiscoté /
Les sales dossiers de Salazar (pour mémoire ou piqure de rappel) /
Affaire Habré : L’injustice de la Justice internationale /
La question ukrainienne : une étape dans le processus de déconstruction du droit international par les puissances occidentales /
Ukraine: la Russie lance une procédure pénale pour génocide /
Pour le Tribunal Russel, Israël coupable de crimes contre l’humanité /
Le gouvernement criminel français exploite le meurtre d’Hervé Gourdel par des islamistes pour élargir la guerre en Irak /
Le Chili engage des poursuites contre Benjamin Netanyahou /
Ils veulent la guerre ! /
L’ « exceptionnalisme » états-unien souffre de la défaite écrasante à Debaltsevo /
Comment la mouvance salafiste s’est enracinée en Algérie ? /


Sites Internet et articles archivés / Corrélats /


Semprun sans nous

13 juin 2011 par Serge ULESKI

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5168



Semprun qui vient de nous quitter (et que l’on avait, quant à nous, oublié depuis longtemps), souhaitait que les générations nées après 45 s’approprient les camps, la déportation, l’horreur du nazisme, le mensonge du Stalinisme...

On lui répondra : « Pour ça, il y a Arendt... et c’était dans les années 50 et 60 ».

Tout en poursuivant : « Mais... qui, en revanche, nous aidera à penser le nouvel enfer qui nous attend d’ici 2050 ; un marché mondialisé triomphant qui aura tout emporté : États, démocratie, nations, peuples, liberté, indépendance. »

Car le vrai danger, c’est bien la libéralisation des marchés financiers, l’hypermobilité des capitaux et la désintégration des processus de production ; des milliards d’êtres humains livrés à la logique d’un monde économique, un monde sans morale et sans esprit autre que mercantile et qui, à terme, n’habiteront plus aucun monde.




Et ce totalitarisme-là, sous notre nez, dans notre vie, chaque jour, sur tous les continents, Semprun et les autres semblent totalement l’ignorer sous prétexte que cette menace n’a pas encore creusé au grand jour ses fausses communes, bâti ses camps... comme si seules l’architecture et la technique déterminaient la présence ou l’absence d’une pensée, d’une organisation de l’existence totalitairement arbitraire, liberticide et criminelle.

Confronté à cette nouvelle donne (qui trouve et prend racine à la fin des années 70, quand même !), Semprun est en panne ; et toute sa génération avec lui, à l’exception de quelques-uns...

***

Mais alors...

Pourquoi donc ne sont-ils pas allés faire un tour dans nos banlieues, nos écoles, dans nos hôpitaux psychiatriques, dans les tribunaux, les prisons, les entreprises ?...

Pourquoi n’ont-ils pas cherché à recueillir la parole des médecins du travail, celle des juges contre la mafia économique et financière, des bénévoles d’associations luttant contre la pauvreté et l’exclusion ?...

Pourquoi n’ont-ils pas dénoncé les interventions militaires arbitraires et inconsidérées des États-Unis et de l’Europe ? ...

Questionné les auteurs, essayistes, pamphlétaires, artistes de scène, journalistes, syndicalistes, activistes censurés, muselés, calomniés ?...

Pourquoi n’ont-ils pas eu une pensée pour tous ces peuples aujourd’hui occupés, humiliés, bombardés, massacrés (Irak, Palestine, Tchétchénie, Afghanistan...) ?...

Rien d’étonnant que seuls ceux qui n’ont de cesse de discourir sans fin autour du fascisme, du nazisme et du stalinisme soient ceux qui ne tarissent pas d’éloges à l’endroit de Semprun...

Un Semprun et une génération inoffensifs ; les médias ne s’y sont pas trompés et leurs commentateurs patentés non plus, car… qui ne dit mot consent ou bien, signe avec l’Histoire encore inédite un pacte d’indifférence fruit d’un nombrilisme à l’aise avec l’Histoire mais… une fois qu’elle a été écrite, comme pour mieux la ressasser sans fin ; une Histoire qui ne gêne plus personne puisqu’elle n’appartient plus qu’à sa propre histoire.

D’où cette célébration de Semprun par des leaders d’opinion acquis à la cause d’une réalité (est-ce une coïncidence ?) qui n’a de cesse de nous annoncer, non pas la mort des idéologies, mais le triomphe d’une seule, et dont l’histoire n’a pas encore été écrite : une mondialisation qui annonce la fin de la politique et de la démocratie.

Ce que toute cette génération Semprun s’est bien gardée de dénoncer occupée qu’elle était par un passé sacralisé autant pour son caractère d’exception que pour son pouvoir hypnotique ; pouvoir qui, d’une pierre deux coups, aura permis à cette autre histoire de pousser ses pions tout en cachant ses desseins : l’asservissement du monde et la guerre de tous contre tous.

Et quand d’aventure, aujourd’hui encore, ces mêmes hommes, nés dans les années 20 et 30 qui semblent avoir eu très tôt leur avenir derrière eux (ceci expliquant sans doute leur indifférence ou leur myopie), daignent se pencher sur nous, pauvres contemporains sans passé utile et sans avenir probant, c’est pour mieux affirmer, tel Semprun, et à titre d’exemple, que la classe ouvrière a bel et bien disparu... et que la Marxisme, la lutte des classes... tout ça…

Quel aveu pour cet homme dit de gauche !

C’est dire ! C’est... tout dire ! (Semprun s’était très certainement alors rapproché du PS ; meilleure façon de ne plus rien penser sur rien)

Face à Semprun et à sa génération, difficile de ne pas penser à cette anecdote : « Je me souviens que le triomphe de la novlangue d’Orwell fut un événement qui passa totalement inaperçu ; et en premier lieu auprès de ceux qui n’avaient pas cessé d’en dénoncer son utilisation insidieuse ; en effet, ces derniers avaient commencé d’en faire usage, il y a longtemps à leur insu.* »

***

Si ceux qui ignorent l’Histoire sont condamnés à la revivre – même si cette dernière a bien plus d’un tour dans son sac -, de même sommes-nous autorisés à affirmer que ceux qui ne réfléchissent qu’au passé courent le risque d’oublier le présent ; présent qui pourtant porte en germe le futur ; notre futur à tous : ses catastrophes et ses démons.

Et aujourd’hui bien plus qu’hier, depuis que les Maîtres du monde ont la prétention de nous concocter un monde qui, chaque jour, avance et invente, comme il va, de nouvelles raisons de s’inquiéter, ou bien d’autres raisons de désespérer ; un monde tel une horloge que l’on remonte à chaque minute et à chaque heure et sans laquelle, aucune heure, ni bonne ni mauvaise, n’est envisageable - ou bien la même heure pour tous ; et là, gare aux retardataires ! ; un monde donc… au passé dépassé par des événements toujours imprévisibles ; passé stérile et caduc, assurément.

On n’a jamais autant trucidé d’êtres humains depuis que l’Histoire occupe les salles de conférences, les amphis, les bibliothèques, les médias et nos consciences maintenant saturées d’un passé qui a pour seul enseignement : son propre passé, laissant le présent et l’avenir sur le bas-côté.

Là encore, rien d’étonnant à cela : les entreprises de destruction massive ne se décident pas en Sorbonne, ni à la Mutualité.

***

La postérité ?

À la vue de Semprun, on peut craindre et d’autres souhaiter qu’elle détourne son visage pour mieux s’empresser de regarder ailleurs, plus loin aussi, et plus haut... finalement.

Qui la blâmera ?!

Car, il est grand temps de préférer le devin prophète aux littérateurs historiens ; une lecture du présent dans lequel on pourra y lire tous les dangers de l’avenir aux commentateurs témoins ressasseurs d’un passé miroir de sa propre image, impasse et cul-de-sac, tout à la fois.




Cela fait très longtemps que j’éprouve une envie irrésistible de moucher Caroline Fourest, surtout quand je sais qu’elle ne me répondra pas… Je suis bien trop insignifiant pour cela et j’aime le confort que me procure cette insignifiance. Très franchement, je n’ai pas grand-chose contre cette dame sinon qu’elle m’a insupporté, une fois de trop* et définitivement, il y a quelques années, lors d’une rencontre avec M. Ramadan avec lequel elle n’avait pas débattu, mais seulement été d’une impolitesse insupportable, laquelle relevait, sans conteste et à l’occasion, de la plus insondable connerie.

[* Voir aussi : soeur Caroline et ses ami(e)s]

Alors quand je suis tombé sur le texte de Serge ULESKI, ce fut un (autre) véritable ravissement… Caroline Fourest... de digressions en diversions.

26 juin 2011 par Serge ULESKI

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5185

La mâchoire serrée et la dent dure, les lèvres pincées, des yeux de laborantin (et de souris de laboratoire car les chercheurs finissent toujours par ressembler à leurs cobayes), le regard droit et déterminé qui annonce des procès d’intention sans nombre…

Une coupe de cheveux qui fait que rien ne dépasse car, rien ne doit dépasser, jamais ! Une tenue vestimentaire, celle de tout le monde, unisexe - chemise grande taille aux manches retroussées et jeans, dans la plus pure tradition des sorties du vendredi soir, à l’heure où il nous faut tous remplir un cadi chez Auchan (même les magasiniers de chez Leroy Merlin l’enchanteur sont mieux vêtus)…

Sans goût donc (plus généralement, d’aucuns diront : « sans appétence »), sèche… mais forte de ses études d’Histoire, de sociologie et de communication, Caroline Fourest n’a qu’une seule idée en tête : nous mettre tous à l’abri de trois fléaux imminents :

Le catholicisme intégriste omniprésent dans les médias, à la propagande ravageuse, et aux effets sociétaux dévastateurs…

Un Front national… non pas variable d’ajustement de la vie politique et des laissés-pour-compte de la société française (copyright Serge ULESKI), tout comme le chômage pour ce qui est de l’économie… mais bien un FN sur le point de conquérir tous les postes clés du pouvoir - Le Parlement, Matignon, l’Elysée, télés, journaux, radios, banques, multinationales...

Et pour finir : Tariq Ramadan… de la religion du même nom ; un Tariq Ramadan entouré de ses troupes de choc, musulmans déchaînés, véritables bombes vivantes d’un feu de Dieu, par millions, à la tête d’un complot national aux ramifications internationales : la conquête de l’Europe par des arabes en bivouac à Poitiers et dont les têtes pensantes ont élus domicile en Suisse dans l’attente de l’assaut final.

***

Pasionaria de la lutte contre les extrêmes, surtout quand ils sont minoritaires – mais… ne le sont-ils pas toujours par définition ? -, le courage étant la qualité la moins bien répartie chez les êtres humains, Fourest prend pour cibles, non pas les causes mais les effets ; en d’autres termes… les petits poissons plutôt que les gros…

Rien de surprenant en la matière : les petits n’ont-ils pas pour unique fonction de nourrir les gros, seuls à même de vous aider à prospérer ?

En effet, avec eux, n’a-t-on pas la garantie d’une évolution, ou bien plutôt… d’une prolifération de carrières jusqu’aux confins de l’ubiquité, salaires mirobolants, voyages voyages ! partenaires très certainement bedonnant et gras (ou grasses, c’est selon) mais riches et influents - compensations qui en valent bien d’autres...

Car… manifestement, l’Histoire que Caroline Fourest a étudiée à l’EHESS, ainsi que la sociologie, appuyée par une solide méconnaissance du réel qui n’a de robuste que son ignorance des véritables causes et enjeux, lui ont enseigné que, dans les années à venir, le fascisme et l’intégrisme religieux sont bel et bien les deux périls en la demeure ; fléaux qui nous menacent tous autant que nous sommes… et plus encore si nous ne sommes ni d’extrême droite ni musulman ni sympathisant…

Voyez où en sont aujourd’hui les Grecs et les Espagnols pour avoir ignoré les alertes de Fourest ?

Et demain… qui d’autres ?

« Les Grecs ? Les Espagnols ? De quoi parlez-vous ? Quel rapport ?!

– Ben… aucun justement ! »

La sociologie quant à elle, aura permis à Fourest de réaliser à quel point des pans entiers de notre société étaient sous l’emprise démoniaque – surtout dans les beaux quartiers -, de barbus racistes, anti-républicains, machistes et antisémites...

Et la communication - qu’elle a étudiée en Sorbonne... combien il est urgent d’opposer à tous ceux qui contrôlent nos chambres à coucher, nos quartiers, nos villes, nos départements, nos régions, notre pays et notre continent, la diffusion d’une information à la fois offensive et dissuasive.

"Et devinez quoi ?

.................

Allez ! Faites un effort !

Euh... Caroline Fourest est omniprésente dans les médias ? C’est ça ?

Bravo ! Vous voyez quand vous voulez !"

Oui ! Caroline Fourest est bien omniprésente dans les médias ! Télés, radios, journaux… chroniqueuse au Monde, à France 24, à France Culture, à France Inter...

***

Approximative et sans scrupules, un peu comme ses adversaires tout désignés par elle… si tant est qu’elle soit intellectuellement et humainement capable d’identifier nos vrais ennemis : ceux qui préparent une organisation de l’existence liberticide et dégradante pour l’immense majorité...

Alliée objective de l’extrême droite (1) dans sa victimisation de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un musulman…

Imbécile ô combien utile ! en larbin d’une stratégie de la diversion – on aura tous remarqué depuis une bonne trentaine d’années que les intellectuels de récré et les journalistes de bac à sable passent mais l’entreprise de diversion demeure...

N’occupe-t-elle pas son temps de cerveau disponible à prendre pour cibles des catégories qui ne sont en aucun cas une menace pour la liberté, la justice sociale et notre cohésion nationale, pour le plus grand bonheur de ceux qui n’ont qu’un seul programme - et ces derniers en ont les moyens, contrairement à d’autres : remettre en cause les trois piliers de notre république – la liberté, l’égalité et la fraternité…

***

N’en doutons pas un seul instant ! Avec Caroline Fourest, en nouvelle faussaire de l’intelligence et de la lucidité, on en prend pour trente ans ! Oui, pour trente ans ! Pour peu que l’on ait encore la folie et le courage d’allumer un poste de télé, une radio, ou bien, de lire un journal…

Car, dans les années à venir, ce sont bien les Fourest, Clark, Morandini et consorts, (après les Elkabbach et les Duhamel), véritables nains de l’existence et de l’engagement... individus sans colonne vertébrale autre que celle que peut leur offrir le confort du dos du fauteuil dans lequel ils posent chaque jour des fesses tièdes et maigrichonnes (à force de les serrer ?)… qui feront la leçon… toutes les leçons et qui rendront tous les verdicts…

Et c’est alors que tous ces acteurs, bras armés de toutes les stratégies de diversion, viendront donner à la représentation du réel son dernier coup de grâce : libre ensuite au mensonge de régner sans entraves ; mensonge qui donne au pouvoir et à l’argent, toutes les clés de l’avenir mais… sans nous puisque cet avenir se passera de notre consentement...

Telle est la finalité de ce mensonge.

________________________________________

1 - Avec des détracteurs tels que Fourest, le FN, qui en a connus bien d’autres - pensons à un certain Karl Zéro, blaireau pur jus dans le style Canal+ dont l’action anti-FN culminera avec la présence de le Pen au second tour de la Présidentielle de 2002... le FN peut donc dormir tranquille ; ses jours sont assurés et ses nuits aussi.






Articles archivés :


Filtrage global généralisé : Le gouvernement tisse sa toile /
Fichage des étrangers par agdref2 : la totale /
Je me croyais humain, J’étais un mouton. /
Alain Finkielkraut... contre toute raison /
Un raisonnement de fou /
À l’initiative de Mikis Théodorakis, un appel de citoyens grecs aux citoyens d’Europe /
L’apathie collective répond à la punition collective (MIFTAH) /
Recouvrons notre souveraineté citoyenne en matière monétaire et budgétaire ! /
Grande distribution : les petits fournisseurs se regroupent /
La crise grecque au-delà de la mythologie /
Leurs collégiens et lycéens n'ont que le choix du privé /
« Ne rougissez pas de vouloir la lune : il nous la faut » /
Le coup de pub de Luc Chatel ou Kolcause toujours ! /
Urgence pédagogique à l’attention des médias français /
Les imposteurs de l’intelligentsia médiatique enfin démasqués /
Surplombance d’une idée ou d’un combat versus globalisation des idées et des combats /
Le Diktat des banques : le peuple grec dans le laminoir du néolibéralisme./
Retour de week-end… Démocratie en berne ? /
Empire et Dénaturation humaine monstrueuse… /
La tentation autoritaire /
Le glissement de la démocratie vers le totalitarisme des marchés /
☞ Spécial Caroline Fourest, la barabegouineuse /
Burqa Pride à l'ULB
Fourest chahutée à Bruxelles : atteinte à la démocratie, oui mais par qui ? - Grégoire Lalieu
Au nom de la démocratie, il faut exclure le chahuteur qui demandait plus de démocratie...

Clash Chichah/Fourest, l'ULB : Alma Mater ou Matamore ? - Bahar Kimyongür
Un petit fichu agité devant Fourest et c'est le péril vert qui se répand dans nos chaumières.

La méthode Fourest
Oui, certes... mais les Grecs sont quand même des salauds ! - CPPN
La méthode Fourest pour les Nuls...

À propos de « Frère Tariq », de Caroline Fourest - Alain Gérard
L'ouvrage qui a propulsé la carrière de Fourest passé au détecteur de mensonges.

À l'école de la pensée unique ?Pourquoi je démissionne de l'université après dix ans d'enseignement - Annick Stevens
« Il n'y a plus de temps à perdre à lutter contre une institution qui se trompe d'excellence ».

La pensée critique dans l'enclos universitaire - Pierre Rimbert
« Les intellectuels critiques n'ont pourtant pas disparu. Que font-ils ? »





[ Corrélats :
Rayonnement de la France / Occident / ...]



Retour