Entrez un mot-clé
Toundra
Toundra


La toundra au mois de juillet
(Presqu'île de Varanger, Finnmark)
Les toundras, en principe, correspondent aux zones comprises entre la taïga et les zones parabiosphériques polaires.



Les toundras constituent alors un biome. Les fruticées et les pelouses d’altitude des montagnes en région tempérée de l’hémisphère nord peuvent être assimilées à des toundras au moins par la similitude de leurs cortèges floristiques et certaines de leurs caractéristiques biotopales.

Les toundras sont caractérisées par une période de végétation courte (2 à 3 mois au total), des températures moyennes estivales toujours au-dessous de 10° C, des précipitations rareset faibles, un sol gelé en permanence ce qui a pour effet d’empêcher la percolation des eaux de fonte de la neige et de laisser les sols des parties basses gorgés d’eau.

Si les parties élevées des toundras restent relativement sèches et pauvres en végétation pendant l’été (lichens)...
Pluviers guignards (Charadrius morinellus)
sur une montagne d'Andoya


(À 350 mètres au-dessus du niveau de la mer, le sol du plateau de la presqu’île de Varanger, Finnmark, ne dégèle que sur quelques centimètres) ;

... les parties basses, très humides à inondées (nombreux marécages et tourbières), voient s’installer une végétation très riche : arbustive (saules et bouleaux nains, diverses éricacées) et herbacée (laîches, joncacées, graminées, éricacées, renonculacées, rosacées, nombreux ptéridophytes et bryophytes).

Les toundras accueillent pendant la belle saison une grande diversité d’oiseaux nicheurs, principalement des oiseaux inféodés aux eaux et aux marais (canards, oies, chevaliers, bécasseaux, bécassines, phalaropes, goélands et sternes), sur les parties élevées, des lagopèdes, le chevalier guignard, le tournepierre ou le bécasseau violet, mais aussi des passereaux (bruants, linottes, sizerins) ou des espèces aux mœurs prédatrices (faucons, aigles, buses, labbes, chouette harfang).

Rennes (Rangifer tarandus) sur la toundra (Varanger)
Si la productivité primaire des zones marécageuses et des tourbières reste relativement bonne, celle des autres parties de la toundra demeure faible à très faible.


Les micromammifères herbivores sont rares ou localisés, même s’il arrive que, localement, ils semblent pulluler (campagnols et lemmings). Les autres herbivores sont principalement le lièvre variable, le renne ou caribou, le bœuf musqué. Les prédateurs (au moins sur la toundra scandinave) ont beaucoup diminué : une trentaine de loups (trois ou quatre meutes), moins de 50 ours bruns (surtout sur les toundras de montagne : Sarek), quelques dizaines de gloutons, peu ou plus de renards polaires… Seul le renard roux semble plutôt bien se porter.




La Toundra :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/etlitoundra.htm

Les mers polaires et leurs rivages :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/merpolaire.html

La neige : son importance dans le monde tempéré et polaire
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/neigeetli.html

Le gel du sol et les milieux périglaciaires :
http://www.univ-st-etienne.fr/crenam/donnee/cours/etli/etligelsol.htm




[ Corrélats : Laponie / Bœufs musqués / Symboles / ]

Retour