Entrez un mot-clé
Tourbe
Tourbe


Extraction de la tourbe dans la taïga suédoise (Pajala)
La tourbe est souvent définie comme une matière combustible médiocre d'origine végétale qui se forme par la fermentation et la carbonisation partielle de certaines mousses (sphaignes).



En réalité, il s'agit d'une forme d'humus qui se forme dans des sols hydromorphes et asphyxiques. Les végétaux morts ne se décomposent pas ou, s'ils le font, c'est de manière très incomplète, puisque le cycle du carbone est très ralenti et seule la cellulose est dégradée. Généralement, le taux d'humification est très faible. Seuls des acides fulviques, solubles, sont produits. Ces acides donnent aux eaux qui suintent de ces milieux, une couleur brune à noirâtre, un pH très acide incompatible avec la vie. Cette acidité associée au manque d'oxygène explique la présence, dans ces milieux, d'une faune très peu variée et la quasi-absence d'une flore bactérienne et cryptogamique.

Dans ces conditions, la matière organique s'accumule souvent en grande épaisseur (plus de 10 mètres dans certaines tourbières).

On distingue deux types de tourbes : les tourbes eutrophes, le plus souvent édifiées sur des sols où la nappe affleure en permanence. Ces tourbes sont surtout constituées de carex et de roseaux ; et les tourbes acides qui se rencontrent plutôt en montagne, sur la taïga ou la toundra. Ces tourbes sont constituées par des sphaignes. Dans les deux cas, ces tourbes sont pratiquement constituées de la seule lignine qui n'a pas subi de transformation au cours du temps pendant lequel elle s'est accumulée.




Zone humide de Langazel / Tourbe
http://www.langazel.asso.fr/delatourbe_exploitation.htm

Tourbières
http://www.pole-tourbieres.org/generalites2.htm

La clef de détermination des principaux habitats tourbeux (d'après J. Thomas) :
http://enmp.fr/tbmp/tbclef.htm




[Corrélats : Tourbières / ...]

Retour