Entrez un mot-clé
Chaînes et réseaux trophiques
Chaînes et réseaux trophiques


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Processus énergétiques - Photosynthèse et respiration (cours MF GODART – IGEAT/ULB) / Dossier : le requin, un prédateur en péril / Sites Internet et articles / Corrélats /


Une chaîne trophique ou chaîne alimentaire décrit, en écologie, les différents acteurs impliqués dans un processus particulier de production et de consommation des aliments.

Requin blanc (Cacharodon cacharias)
Un réseau trophique est la réunion de plusieurs chaînes trophiques associées.


Par exemple : mes poules sont nourries avec des grains de blé pour que je puisse me faire une blanquette le dimanche ;
ou le phytoplancton benthique et le zooplancton qui s’en nourrit, dans le Scorff, sont consommés par des gammares, des éphémères, des phryganes lesquels engraissent divers poissons dont des vairons, des vandoises et surtout des truites que je pêche à la mouche quand j’en ai le loisir, mais que je remets à l’eau, c’est plus sport et surtout, cela permet au couple de loutres qui fréquente ces lieux de tenter aussi leur chance !

Si la production de matière organique, et d’énergie contenue, est quasi exclusivement le fait des producteurs autotrophes photosynthétiques (plantes vertes, phytoplancton et cyanobactéries), la circulation de la matière et de l’énergie dans un écosystème est surtout le fait des consommateurs hétérotrophes (animaux, champignons), puis des décomposeurs (bactéries).

Toute la matière et l’énergie produite par les producteurs n’est pas directement exploitable par les consommateurs ou les décomposeurs. De même, toute la matière et l’énergie mobilisée par les consommateurs ou les décomposeurs n’est pas totalement, et sur le champ, recirculée.

Une part plus ou moins importante de la matière et de l’énergie est affectée au budget « réserves », c’est-à-dire essentiellement à la constitution d’une biomasse (les autres affectations budgétaires étant surtout pour l’entretien et pour la reproduction).

Une part non négligeable de l’énergie est dispersée sous forme de chaleur, donc non récupérable, principalement au cours de la respiration des aliments, fonction nécessaire aussi bien aux autotrophes qu’aux hétérotrophes pour qu’ils trouvent des accepteurs aux protons produits au cours de leurs métabolismes énergétiques ou fonctionnels.

Si sur un temps suffisamment long, et pour la matière seulement, « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme », sur un temps court : tout n’est pas tout de suite disponible.

Plusieurs conséquences découlent inévitablement des pertes énergétiques obligatoires et des non-mises en disponibilité immédiate de la matière produite.

La première étant que dans la hiérarchie des consommateurs qui se succèdent, les consommateurs de rang inférieur seront plus nombreux et plus petits que les consommateurs du rang suivant et ainsi de suite jusqu’au dernier rang de consommateur connu pour une chaîne trophique (voir notion de pyramide écologique).

La deuxième étant que les consommateurs des rangs inférieurs présenteront toutes les caractéristiques qui leur feront « choisir » des stratégies adaptatives de type r, alors que les consommateurs des rangs supérieurs « adopteront » plutôt des stratégies adaptatives de type K.

La troisième, qui découle des pertes énergétiques essentiellement dues à la respiration, porte sur l’efficacité thermodynamique de la consommation entre les différents niveaux de consommation. Très schématiquement, il faut une certaine quantité de proies pour satisfaire les besoins du prédateur de rang immédiatement supérieur. Pour simplifier, on pourrait envisager qu’il faille dix organismes du phytoplancton pour nourrir un organisme du zooplancton, dix organismes du zooplancton pour subvenir à un organisme sardine, dix sardines pour nourrir un thon, dix thons pour nourrir un espadon et dix espadons pour assurer les revenus d’un organisateur de pêche sportive à la Jamaïque. Ce qui revient à dire qu’il faut 10 puissance 6 organismes du phytoplancton pour que l’économie touristique dans le Golfe du Mexique perdure.

Dans ce cas extrême, l’efficacité thermodynamique est de l’ordre du millionième de la productivité primaire. Moins le nombre d’intermédiaires ou de rangs de consommateurs est faible, plus l’efficacité est importante. C’est le cas du krill planctonivore directement consommé par les baleines pour lesquelles l’efficacité thermodynamique est le millième de la productivité primaire.

Cela écrit, le bénéfice apparent d’une chaîne trophique courte, dans le domaine thermodynamique reste difficilement comparable au bénéfice écosystémique d’une chaîne trophique plus biodiversifiée.

L’analyse un tant soit peu objective des chaîne trophiques voudrait que l’on condamne définitivement et irrémédiablement, par exemple, l’élevage des saumons en batteries et à partir de farines de poissons fourrage, sans qu’il soit nécessaire que les américains fassent appel à une publication comme Nature pour tenter d’accréditer que les saumons européens sont cancérigènes et que les leurs sont bien meilleurs et les seuls consommables.




Interactions et Régulations dans les écosystèmes aquatiques
http://www.epoc.u-bordeaux.fr/fr/theme4/reseaux.html

ORIGINE ET FLUX DE CARBONE DANS LES RÉSEAUX TROPHIQUES LACUSTRE:
http://www.dijon.inra.fr/thonon/poisson/these_Marie_Perga.pdf

Le milieu lacustre et son environnement
http://www.dijon.inra.fr/thonon/poisson/reseau-trophique/milieu-lacustre.htm

Relations trophiques, réhabilitation et gestion des ressources piscicoles et de la macrofaune benthique
http://www.dijon.inra.fr/thonon/poisson/poisson.htm

Modalités de contamination par les polluants organiques persistants des réseaux trophiques lagunaires
http://tel.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/88/51/tel-00008851-00/tel-00008851.pdf
http://tel.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/88/51/index_fr.html


Réseaux trophiques : structure, fonctionnement, dynamique
http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=157

Évaluation de la biodisponibilité et des transferts de polluants métalliques et organiques dans des réseaux trophiques "sols-plantes-invertébrés"
http://www.ademe.fr/htdocs/actualite/theses/th280602.htm

Cycles Biogéochimiques / Chaînes trophiques / Thermodynamique @@@@
http://www.unice.fr/LEML/Francour_Internet/Fichiers_en_ligne/Cours_3_Synthese_Cycles.pdf





[Corrélats : Alimentation / Écosystèmes / Thermodynamique / ... ]

Retour