Entrez un mot-clé
Tropismes
Tropismes


Le tropisme ou taxie désigne le comportement d'orientation qu'adoptent des êtres vivants quand ils répondent à des facteurs environnementaux externes comme la pesanteur, la lumière, la salinité, l'acidité, le taux de phéromones, la concentration en AMP cyclique, etc.

La photo ci-dessous montre comment des racines émergeant des rives d'un fleuve tropical vont développer un cimier, puis attirées par la lumière se développer en empiétant largement sur le cours d'eau.

On parle de géotropisme ou de gravitropisme lorsque le facteur orientant est la pesanteur.


Ainsi les racines principales des plantes montrent un géotropisme positif, c'est-à-dire qu'elles s'enfoncent verticalement dans le sol (orthotropisme). On parle de plagiotropisme pour les racines latérales puisqu'elles s'enfoncent obliquement. On parle de géotropisme négatif pour l'orientation des tiges, celles-ci croissant en s'opposant au gradient de pesanteur. Le géotropisme touche aussi des animaux (insectes, vers).

On parle de phototropisme quand le facteur orientant est la lumière. La plupart des plantes présentent un phototropisme positif, c'est-à-dire qu'elles s'orientent vers la source lumineuse. Beaucoup d'animaux présentent un phototropisme positif, et pas seulement les papillons qui viennent se brûler les ailes sur les lampes.

Chez les plantes, les tropismes sont beaucoup en relation avec l'activité et la répartition des hormones de croissance (auxines).

Parmi les tropismes assez remarquables des plantes, on doit citer ceux qui concourent à permettre à certaines plantes d'enrouler leurs tiges ou de vrilles autour d'un support. Ces phénomènes d'enroulement et d'accrochage dépendent de deux mécanismes qui sont la circumnutation et le thigmotropisme.

La circumnutation :

Tous les apex de plantes (tiges ou racines) décrivent en croissant une spirale, ce phénomène est appelé nutation. Chez les plantes volubiles, ce mouvement peut être de très grande amplitude. Il est appelé circumnutation. Ce mouvement permet de balayer une grande partie de l'espace et augmente ainsi la possibilité pour la plante de rencontrer un support. Ce type de mouvement fait partie du phénotype normal de l'individu. Il est fixé génétiquement.

Le thigmotropisme (ou haptotropisme) :

Le thigmotropisme est un tropisme dont le stimulus est le contact. Le contact d'un objet au niveau d'une zone de croissance peut provoquer une inhibition locale de croissance. Ceci se traduit alors par une courbure dirigée vers l'objet. Cette réaction est particulièrement remarquable chez les tiges de plantes volubiles et chez les vrilles. Le mouvement intrinsèque de circumnutation a permis de rencontrer un tuteur. Le thigmotropisme développé au contact du tuteur permet de s'enrouler précisément autour de lui.

Chez les animaux, les tropismes sont en relation avec des fonctions physiologiques parfois complexes. Par exemple, le halotropisme des poissons migrateurs comme les saumons ou les civelles est lié à l'activité des glandes thyroïdes. Les tropismes manifestés par certaines amibes sont en relation avec leur capacité à retrouver des traces laissées par des molécules d'AMP cyclique, ce qui est très comparable aux " tropismes " que manifestent les neurones en croissance pour atteindre leur cible.




Les myxogastrides ... des champignons intelligents ?
http://cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/myxogastrides.htm

Les mouvements des végétaux : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/mouvements/index.htm

Le gravitropisme des végétaux : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/gravitropismeBM/index.html

LA CIRCUMNUTATION DES PLANTES VOLUBILES :
http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/circum/index.html

Les mouvements de la Sensitive : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/sensitive/index.html




[ Corrélats : Phototropisme / Facteurs écologiques / ...]

Retour